Cinéma azerbaïdjanais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cinéma azéri)
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Azerbaijanfilm.png

Le cinéma azerbaïdjanais désigne la production cinématographique de l'Azerbaïdjan. Le cinéma azerbaïdjanais est des premiers cinémas dans le monde et une cinématographie nationale a été créée dans les années 1920.
Il a connu une importante crise durant les années 1990 et compte, depuis les années 2000, de nouveau prolifique.

Histoire[modifier | modifier le code]

«The Oil Gush in Balakhany», le premier film produit en Azerbaïdjan et l'un des premiers films dans le monde (1898).
Le premier studio de cinéma à Bakou établies dans les années 1920. L'emplacement du studio était derrière au Palais du Gouvernement de Bakou (en haut à droite). Le bâtiment n'existe plus.
Huseyn Arablinski, célèbre acteur azéri de début du XX siècle.
Premier film soviétique d'Azerbaïdjan, « Légende de la Tour Vierge » (1924).

En 2002, le réalisateur iranien Mehdi Parizad, a tourné un documentaire sur la réalisation de films azéris.

Le 10 janvier 2005, une partie sur le cinéma azéri s'est ouvert au Musée des Arts Contemporains de Téhéran.

Festivals[modifier | modifier le code]

Créé par Rustam Ibragimbekov, le Festival international du film de Bakou décerne chaque année en septembre, et c'est le plus grand festival de cinéma du Caucase.

Cinéastes d'avant 1955[modifier | modifier le code]

  • Aga Rza Kuliev (1898-) : Les amis (1934), Le nouvel horizon (1940), Le fils de la patrie (1941), Bakhtiar (1942), Les rochers noirs (1956), Le matin (1960)
  • Aleksandr Litvinov (1898-) : Le mineur pétrolier au repos et à la cure (1924), Oeil pour oeil, gaz pour gaz (1924), Sur divers rivages (1926)
  • Abas-Mizra Sarif-Zade (Safirov) (1892-1937) : Au nom de Dieu (1925), Gadji-Kara (1928), Le jeu de l'amour (1936)
  • Rza Abas-Kuli-Ogly Tahmasib (1894-) : Saboukhi (1941), Une famille (1943), Archin mal-alan (1945), Les feux de Bakou (1950), Ainsi naît une chanson (1957)

Principaux metteurs en scène 1955-1980[modifier | modifier le code]

  • Azder Ibragimov (1919-) : Amis d'enfance (1957), Son grand cœur (1959), Une fois en automne (1962), Deux soldats (1962), Les 26 commissaires de Bakou (1965), Les affaires de cœur (1973), Mon amour, ma tristesse (1975)
  • El'dar Tofik-ogly Kouliev (1941-) : Il était une fois (1967), Dans cette ville du sud (1970), La principale interview (1969), Fillettes, le bonheur est pour vous (1972), Vent arrière (1973), Coeur, coeur... (1975), La baie de la joie (1977), Babek (1979)
  • Samil Mahmudbekov (1924-) : Romeo, mon voisin (1963), La noiraude (1965), Terre, mer, feu, ciel (1967), Le pain partagé (1969)
  • Ljatif Basir-ogly Safarov (1920-1963) : La chanson préférée (1955), Sous un ciel torride (1957), Le dit de l'amour (1961)
  • Gasan Seidbejli (1920-) : La téléphoniste/standardiste (1962), L'île des miracles (1963), Pourquoi te tais-tu ? (1966), Je me souviens de toi, maître (1969), Chercher la femme (1970), Nassimi (1973), Le prix du bonheur (1976)
  • Tofik Tagi-Zade (1919-) : Rencontre (1955), Rives lointaines (1958), Un ami véritable (1959), Je vais danser (1962), Archin mal-alan (1965), Je n'étais pas une beauté (1968), Mes sept fils (1970), La lumière des feux de camp éteints (1975)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael G. Smith, "Cinema for the Soviet East: National Fact and Revolutionary Fiction in Early Azerbaijani Film", Slavic Review Vol. 56 No. 4 (Winter 1997), p. 645–678.
  • (en) Robin L. Murray, Heumann, Joseph K., Ecology and popular film: cinema on the edge, Albany, SUNY Press,‎ 2009, poche (ISBN 978-0-7914-7678-9, lire en ligne), p. 23
  • (fr) Myriam Tsikounas, Les Origines du cinéma soviétique, Cerf, 1992, collection « Septième Art », 244 pages (ISBN 2204045616). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Marc Ferro, Cinéma et histoire, Paris, Denoël, 1977, 168 pages, collection "Bibliothèque Médiations". Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Marc Ferro, Analyse de film, analyse de sociétés : une source nouvelle pour l'histoire, Paris, Hachette, 1976, 135 pages, collection « Pédagogies pour notre temps » (ISBN 2-07-032805-8). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]