Cimetière juif de Worms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heiliger Sand
Image illustrative de l'article Cimetière juif de Worms
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Rhénanie-Palatinat
Ville Worms
Religion(s) judaïsme
Nombre de tombes 2000
Mise en service 1034
Date d'abandon années 1930
Coordonnées 49° 37′ 47″ N 8° 21′ 20″ E / 49.6297, 8.3556 ()49° 37′ 47″ Nord 8° 21′ 20″ Est / 49.6297, 8.3556 ()  

Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-Palatinat

(Voir situation sur carte : Rhénanie-Palatinat)
Cimetière juif de Worms

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Cimetière juif de Worms

Le Heiliger Sand de Worms est considéré comme le plus ancien cimetière juif d'Europe. On estime qu'il fut aménagé à l'époque où la première synagogue fut construite en 1034.

La plus ancienne pierre tombale, celle de Jakob ha Bachur, date de 1076. En tout, le cimetière compte à peu près 2000 stèles gravées en hébreu. Après l'aménagement d'un nouveau cimetière juif en dehors de la ville en 1911, on cessa peu à peu d'utiliser le Heiliger Sand. Les dernières funérailles se sont déroulées dans les années 1930.

Près de l'entrée, les pierres tombales de Meïr de Rothenburg (décédé en 1293) et d'Alexander ben Salomon Wimpfen (décédé en 1307) font partie des mémoriaux les plus importants du cimetière ; des visiteurs juifs viennent du monde entier pour les voir. D'autres pierres tombales célèbres se situent dans la partie appelée la « vallée des rabbins » (Rabbinental) et ses environs. On y trouve entre autres les tombes des rabbins Nathan ben Issak (décédé en 1333), Yaakov ben Moshe Levi Molin (aussi appelé MaHaRil), (décédé en 1427), Meir ben Isaak (décédé en 1511) et Elia Loanz (aussi appelé Baal-Schem) (décédé en 1636).

Le point de vue Martin Buber[modifier | modifier le code]

le point de vue Martin Buber sur la cathédrale de Worms

Dans son œuvre Aber gekündigt ist mir nicht de 1933, Martin Buber décrit une promenade dans ce cimetière :

« Je me promène en regardant la cathédrale, plein de joie. Puis je vais au cimetière juif en face. Il est composé de pierres [tombales] fendues, de travers, dans n'importe quelle direction. Je m'y installe, regarde vers cette magnifique harmonie depuis ce cimetière enchevêtré, et pour moi, c'était comme si je levais les yeux depuis Israël vers l'église. »
Heiliger Sand, vallée des rabbins

Références[modifier | modifier le code]

  • (de) Otto Böcher, Der alte Judenfriedhof zu Worms, (Rheinische Kunststätten 148), Neusser Verlag und Druckerei, Neuss 1992. ISBN 3-88094-711-2
  • (de) Fritz Reuter, Warmaisa: 1000 Jahre Juden in Worms, Jüdischer Verlag bei Athenäum, Frankfurt am Main 1987. ISBN 3-610-00405-3
  • (de) Fritz Reuter, Christa Wiesner, Der Judenfriedhof zu Worms, In: Ein edler Stein sei sein Baldachin, Jüdische Friedhöfe in Rheinland-Pfalz, Herausgegeben vom Landesamt für Denkmalpflege Rheinland-Pfalz, Mainz, 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :