Cimetière de Noradouz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière de Noradouz
Նորատուսի գերեզմանատուն (hy)
Image illustrative de l'article Cimetière de Noradouz
Pays Arménie
Marz Gegharkunik
Ville Noradouz
Religion(s) Christianisme arménien
Mise en service IXe ‑ Xe siècle (?)
Coordonnées 40° 22′ 26″ N 45° 10′ 52″ E / 40.373931, 45.18123340° 22′ 26″ Nord 45° 10′ 52″ Est / 40.373931, 45.181233  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
Cimetière de Noradouz

Le cimetière de Noradouz (en arménien Նորատուսի գերեզմանատուն) est un cimetière arménien situé dans la communauté de Noradouz, en bordure du lac Sevan, en Arménie. Il est divisé en deux zones : un cimetière ancien comptant plusieurs centaines de khatchkars (ce qui en fait le plus grand cimetière de khatchkars d'Arménie), et un cimetière moderne.

Situation[modifier | modifier le code]

Le cimetière est situé sur le territoire de la communauté rurale de Noradouz, dans le marz de Gegharkunik[1], à 90 km au nord d'Erevan, la capitale arménienne, et sur la rive occidentale du lac Sevan[2].

Cimetière de khatchkars[modifier | modifier le code]

Le cimetière ancien compte 728 khatchkars du IX/Xe au XVI/XVIIe siècles[1],[3]. Un des grands cimetières de khatchkars avec notamment le cimetière de Djoulfa[4], il est le plus grand de l'Arménie moderne[1]. Le khatchkar le plus ancien est daté de 996[2], et le cimetière comprend également un ensemble remarquable de khatchkars tardifs[5].

Une légende locale veut que les villageois, s'apprêtant à subir les assauts des troupes de Tamerlan, auraient muni les khatchkars de casques et d'épées ; de loin, ceux-ci auraient été pris pour des soldats, causant la fuite de l'ennemi[2].

On y trouve en outre d'anciennes pierres tombales sculptées[2].

Cimetière moderne[modifier | modifier le code]

Cette partie compte des tombes du XVIIIe siècle à l'époque actuelle[1].

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Le poète Serge Venturini, amoureux de l'Arménie, a écrit deux poèmes à propos du cimetière de Noradouz. Le premier : (...) « Tu murmures des bribes de vers, tes lèvres chantent No — ra — douz... Tu chemines au hasard entre deux mondes. Les vivants et les morts te côtoient. Tu dialogues avec eux[6]. (...) » Un second poème, dans le même livre dit ceci : « Dressé comme un khatchkar, je vis l'espace-temps d'un éclair sans cesse renouvelé, le temps d'un coup d'œil jeté contre, — toujours par-delà les ténèbres, vers la verte aurore boréale. Envahi par les voix chères, mes effrois, gouffres étoilés, moi droite stèle érigée, rivière debout dans la touffeur pesante de l'été, porte sous le gel et la neige. — Je crie, miroite d'éternité[7]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sèda Mavian, Arménie, coll. « Guides Évasion », Hachette, Paris, 2006 (ISBN 978-2-01-240509-7), p. 175.
  2. a, b, c et d (en) Julia Hakobyan, « Life in the Monuments of Death: A visit to the cemetery village, Noraduz », sur ArmeniaNow.com,‎ 12 septembre 2003 (consulté le 22 mai 2012).
  3. (hy+ru+en) Levon Azarian, Խաչքարեր / Хачкары / Armenian Khatchkars, Editions Erebuni, Erevan, 1978 (ASIN B000TD1OSK), p. 31.
  4. Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni (dir.), Armenia sacra — Mémoire chrétienne des Arméniens (IVe ‑ XVIIIe siècle), Somogy / Musée du Louvre, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7572-0066-7), p. 160.
  5. Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni (dir.), op. cit., p. 370.
  6. * Éclats d'une poétique de l'approche de l'inconnaissable, Livre VI, (2010-2013), coll. « Poètes des cinq continents », éd. L'Harmattan, Paris, mars 2013, (ISBN 9782343005225), p. 111
  7. idem, p. 32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (hy+ru+en) Levon Azarian, Խաչքարեր / Хачкары / Armenian Khatchkars, Editions Erebuni, Erevan, 1978 (ASIN B000TD1OSK).