Ciment Portland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ciment artificiel)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portland (homonymie).
Sacs de ciment Portland.

Les Ciments Portland sont des liants hydrauliques composés principalement de silicates de calcium hydrauliques qui font prise et durcissent en vertu d'une réaction chimique à l'eau appelée hydratation. Lorsqu'on ajoute la pâte (ciment, air et eau) aux granulats (sable et gravier, pierre concassée ou autre matériau granulaire), elle agit comme une colle et lie ensemble les granulats pour former une masse semblable à de la pierre, le béton, le matériau artificiel le plus polyvalent et le plus répandu qui existe[1].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Le ciment Portland est le produit que l'on obtient en réduisant en poudre un clinker constitué essentiellement de silicates de calcium hydrauliques auxquels on ajoute diverses formes de sulfate de calcium (gypse/plâtre), du calcaire et de l'eau, ainsi que divers produits d'addition au choix du fabricant.
Les matières qui entrent dans la fabrication du ciment portland doivent contenir des proportions appropriées de chaux, de silice, d'alumine et de fer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La mise au point du ciment Portland a été le fruit des recherches assidues effectuées dans les milieux de la science et de l'industrie, au XIXe siècle, pour produire un ciment naturel de qualité supérieure.
En 1817, le Français Louis Vicat découvrit le principe de l'hydraulicité des chaux et publia ses travaux sans prendre de brevet.
En 1824, le Britannique Joseph Aspdin déposa un brevet pour un produit semblable à celui décrit par Louis Vicat, qu'il nomma « ciment Portland » parce qu'une fois pris il avait la couleur de la pierre extraite de la presqu'île britannique de Portland, sur la Manche.
Le nom s'est conservé. On l'utilise partout dans le monde, de nombreux fabricants y ajoutant leur marque commerciale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dosage et contrôle des mélanges de béton, page 22. Kosmatka, Kerkhoff, Panarese, MacLeod et McGrath. 7e édition, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]