Cidaroida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ordre des cidaroïdes (Cidaroida [′sid·ə′röi·də]) est un groupe d'oursins (échinodermes à symétrie radiale et corps subsphérique).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Cidaroida sont des oursins réguliers, au test (coquille) globulaire et couvert de radioles (piquants) longues, épaisses et clairsemées. Contrairement à la plupart des oursins, les radioles des Cidaroida sont nues (leur squelette n'est pas recouvert d'un épiderme), ce qui permet souvent à des algues, des éponges et d'autres organismes de s'y développer[1]. Ces radioles ont parfois des formes spectaculaires (bâtons, lances, massues, conifère...), notamment chez les espèces fossiles[2].

Les plaques ambulacraires sont disposées en deux colonnes, avec chaque pour chaque plaque une paire de pores aquifères unique. Les interambulacres sont nettement plus larges que les ambulacres, chaque plaque portant un unique tubercule primaire élargi et protubérant supportant une radiole primaire robuste (sauf chez les Tetracidaris qui en ont deux). Les radioles secondaires sont courtes et plates, ressemblant à des écailles, et elles recouvrent le test et les tubercules pour les protéger.

La mâchoire (« Lanterne d'Aristote ») porte cinq dents non carénées, en forme de gouttière (type aulodonte) ; les pyramides n'ont pas de foramen magnum. La membrane péri-buccale est large et entièrement recouverte de petites plaques. Il n'y a pas de fentes branchiales ni de « spheridia ». Les pédicellaires sont de forme globifère ou tridentée uniquement[3].

Origine[modifier | modifier le code]

Les Cidaroida font leur apparition au Pridolien : ils sont un des ordres d'oursins les plus vieux subsistant encore, et le plus dérivé. Ils connurent d'importantes radiations évolutives dans leur histoire, mais peu de clades subsistent aujourd'hui, souvent confinés aux grandes profondeurs, supplantés ailleurs par les Euechinoidea (oursins « modernes »).

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Radioles de différents cidaridés fossiles (MNHN).
Gros plan sur un Cidaris cidaris.

Liste des sous-familles actuelles :

Selon World Register of Marine Species (10 septembre 2013)[4] : ...

Selon ITIS (10 septembre 2013)[5] :

Cet ordre compte de très nombreux groupes éteints.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chritopher Mah, « The Echinoderm Christmas Tree : Antarctic Cidaroid Sea Urchins », sur Echinoblog,‎ 7 décembre 2009 (consulté le 27 octobre 2013)
  2. (en) Chritopher Mah, « Strange Urchin Spines ! Past and Present ! », sur Echinoblog,‎ 20 août 2013 (consulté le 27 octobre 2013)
  3. (en) « Cidaroida », sur L'Echinoid Directory du Natural History Museum
  4. World Register of Marine Species, consulté le 10 septembre 2013
  5. ITIS, consulté le 10 septembre 2013