Collo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chullu)
Aller à : navigation, rechercher
Collo
Le port et la ville (vue partielle)
Le port et la ville (vue partielle)
Noms
Nom algérien القل
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Skikda
Daïra Collo
Président de l'APC M. Ghemired
Code ONS 2110
Démographie
Population 35 682 hab. (2008[1])
Densité 1 487 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 00′ 23″ N 6° 33′ 39″ E / 37.0065, 6.560937° 00′ 23″ Nord 6° 33′ 39″ Est / 37.0065, 6.5609  
Superficie 24 km2
Localisation
Image illustrative de l'article Collo

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Collo

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Collo

Collo (anciennement Chullu) est une ville portuaire, chef-lieu de commune de la wilaya de Skikda en Algérie située à environ 500 km à l'Est d'Alger.

Géographie[modifier | modifier le code]

Collo située au nord-est de l'Algérie à 70 km à l'Ouest de Skikda et 120 km au nord de Constantine s'est développée au fond de la baie éponyme, abritée à l'Ouest par un promontoire semi-circulaire dont les sommets boisés dépassent 1 000 m d'altitude.

La ville est bâtie dans une vallée, à 20 m d'altitude, qui s'ouvre par une plage de sable fin sur une rade étroite limitée à l'Est par la presqu'île d'El-Djarda et à l'Ouest par le massif colliote. Son port se niche au pied du versant Est de la presqu'île d'El-Djarda et est protégé des vents de l'Est par une jetée de 130 m.

Le cap Bougaroun est le point septentrional le plus avancé de toute la côte algérienne et se trouve à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest.

La région est réputée pour ses belles plages de sable fin qui s'étendent sur une cinquantaine de kilomètres .

Le climat, de type méditerranéen, y est , doux en hiver et assez chaud en été: la température pouvant atteindre 40 °C. De son climat marin, l'humidité y est très forte. Ainsi les précipitations sont abondantes en automne. L'ensoleillement est de plus de 3000 heures par an et la température moyennes est de 20,2 °C.

La végétation naturelle des plaines colliotes, largement disparue au profit des cultures (agrumes, oliviers, vigne) est le maquis méditerranéen qui se développe également sur les premières pentes du Tell. En haute montagne, poussent le pin d'Alep, le chêne liège, le cèdre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la Numidie à l'époque romaine

Collo était un comptoir phénicien, Chullu, en 430 avant notre ère, puis un port numide par lequel le roi Bocchus aurait livré son gendre Jugurtha aux Romains. Selon Pline c'était la seconde cité numide après Cirta.

À l'époque césarienne, elle était une colonie portuaire puis un municipe romano-numide de qui dépendait, ce que Pline appelle au Ier siècle la colonia Cirta Sittianorum[2] avec Rusicade, Milev et Cuicul dans ce qui constitue un territoire autonome de la nouvelle province d'Africa Nova.

À l'époque romaine Collo fut la Chulli Municipum sous Antonin en 138 de notre ère, réputée pour sa teinturerie, ses étoffes pourpres, ses cuirs et ses bois de construction; puis Kellops Magnus de Ptolémée d'où elle tirera son nom de Collo. La cité aurait été rasée à cette époque par les Vandales pour certains, un tremblement de terre pour d'autres.

Marsa el Kol des Arabes, habitée par les Kotamas, servit de port à Constantine sous les Hammadides au XIe siècle et le restera jusqu'à l'occupation française en 1843. Aux XIIIe et XIVe siècles, Gênois et Pisans y font commerce des cuirs, des céréales et de la cire.

Au XVIe siècle, Collo était sous l'autorité d'un gouverneur dépendant de l'autorité turque de Constantine. La Compagnie d'Afrique, française, y a possédé un établissement de 1604 à 1685 pour le commerce intérieur et la pêche du corail.

Sur le plan ethnographique, à la fin de la période Ottomane, la région de Collo était composée d'un mixage d'arabes et de kabyles organisés en tribus indépendantes entre elles mais solidaires face à l'envahisseur comme ce fut le cas contre les Turcs à Oued Zhor en 1804 et la mort du bey Osman.

Occupée par les Français après une forte résistance autour des cheikhs Zeghoud, Messaoud Benmansour et Mohamed Benabdellah, sa population, réduite à 500 habitants , vit dans la misère. À l'instigation de Bou Bagheriche surnommé le "sultan de la montagne" elle se soulève en 1846. L'année suivante, Cherif Mohamed Benabdellah s'insurge mais la révolte est réprimée par le général Herbillon. En 1848 les Achache attaquent une colonne française et s'emparent de la ville, contraignant les Français à rejoindre Philippeville par la mer. En 1859, l'autorité militaire crée une annexe dépendant du bureau arabe de Philippeville. De nouvelles révoltes éclatent en 1856 et 1858, sauvagement réprimées, en 1870, l'insurrection du Cheikh El Mokrani replonge le douar Collo dans la rébellion. Commune de plein exercice en 1870 dans le département de Constantine, arrondissement de Philippeville, elle est chef-lieu de la commune mixte du même nom (1874).

Durant la guerre d'Algérie, la région de Collo fut un bastion de la Willaya 2.

À la veille de l'indépendance, Collo comptait 6941 habitants.

Administration[modifier | modifier le code]

Collo est le siège d'une commune qui englobe également les agglomérations secondaires d'Ouled Maazouz, Beni Saïd et Ramoul Abdelaziz.

Elle est également chef-lieu de daïra.

Économie[modifier | modifier le code]

La région de Collo tire ses revenus de la p$eche et de la commercialisation et du traitement du poisson, du tourisme balnéaire et de la production de liège.

Sites et patrimoine[modifier | modifier le code]

Il existe à Collo des ruines romaines importantes : des têtes, des caisses en marbre, des médailles, de la mosaïque et des pièces de monnaie. Cela nous fait comprendre que cette ville est très riche dans l'archéologie qui signifie bien sûr l'ancienneté de cette ville.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Collo est une ville accueillante et très attirante en période estivale notamment grâce à ses plages recouvertes de sable fin où se confondent montagnes et mer. Une flore impressionnante qui fait le bonheur des amoureux de la nature lors des visites des sentiers de Dombo ou El Djarda. La collectivité a développé récemment le charme de la ville en y investissant dans l'aménagement du port pour y accueillir les touristes. Aussi, un réel effort a été fourni dans les infrastructures, précisément dans la construction des routes pour faciliter l'accès dans l'entrée de la ville et sa visite.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Sur le plan gastronomique, il existe divers plats spécifiques a la ville de Collo. Souvent à base de crustacés et de poissons avec des saveurs épicés: la sardine est le poisson le plus utilisé dans cette cuisine: en effet, il est très pêché et toujours de très bonne qualité. Il a gardé sa réputation mondiale jusqu'à aujourd'hui. Les gâteaux traditionnels sont nombreux et variés et nous rappelons que les colliottes ont vécu avec la communauté turque pendant près de cinq siècles: ce qui leur a amené à échanger plusieurs saveurs: on retrouve des parfums et des mélanges très exotiques.

Personnalité liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Skikda : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, V, 22

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]