Chuck Hagel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chuck Hagel
Portrait officiel de Chuck Hagel, 2013.
Portrait officiel de Chuck Hagel, 2013.
Fonctions
24e secrétaire à la Défense des États-Unis
En fonction depuis le 27 février 2013
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Leon Panetta
Sénateur des États-Unis
pour le Nebraska
3 janvier 19973 janvier 2009
Prédécesseur J. James Exon
Successeur Mike Johanns
Biographie
Nom de naissance Charles Timothy Hagel
Date de naissance 4 octobre 1946 (67 ans)
Lieu de naissance North Platte (Nebraska, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Parti politique Parti républicain
Religion Épiscopalien

Chuck Hagel
Secrétaires de la Défense des États-Unis

Charles Timothy « Chuck » Hagel (né en 1946) est un homme politique américain membre du Parti républicain. Il a par ailleurs occupé le poste de sénateur du Nebraska au Congrès des États-Unis entre 1997 et 2009, et est l'actuel secrétaire à la Défense sous l'administration Obama.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière civile[modifier | modifier le code]

Chuck Hagel est né le 4 octobre 1946 à North Platte, Nebraska. Il est diplômé en 1966 de l'Institut Brown sur la Radio et la télévision. En 1967-1968, il fait son service militaire dans l'infanterie occupant le rang de sergent et participe à la guerre du Viêt Nam. Il est plusieurs fois décoré, notamment de la médaille Purple Heart.

En 1971, il termine ses études à l'Université du Nebraska à Omaha et se lance dans les affaires. Il devient alors, à l'apogée de sa carrière professionnelle, le directeur de l'« American Information Systems Inc. » (AIS) - rebaptisé « Electronic Systems & Software » (ES&S) en 1997 - entreprise fournissant de nombreuses machines à voter. On peut cependant soulever qu'un nombre important de ces machines se sont par la suite révélées défectueuses. Elles seront également fortement décriées dans les années 2000 pour leur complexité et leur manque de fiabilité.

Sénateur républicain du Nebraska[modifier | modifier le code]

Un sénateur atypique[modifier | modifier le code]

Chuch Hagel avec Barack Obama en visite au Koweït alors qu'ils étaient tous les deux sénateurs, en juillet 2008.

En 1996, Chuck Hagel se présente aux élections du Sénat des États-Unis. Son principal adversaire est alors le démocrate Ben Nelson, encore gouverneur du Nebraska à l'époque. C'est avec surprise que Chuck Hagel est alors élu avec 54 % des suffrages. En 2002, il se voit réélu avec 83 % des votes.

Chuck Hagel est membre de trois commissions sénatoriales : la première concernant les affaires étrangères, la seconde portant sur l'urbanisme et la troisième sur les services secrets. Sénateur républicain atypique et libertarien conservateur, il est souvent comparé à l'autre sénateur républicain vétéran du Viêt Nam, John McCain.

Opposition à la guerre en Irak[modifier | modifier le code]

Le 18 août 2005, Hagel est l'un des premiers républicains à comparer la guerre en Irak avec la guerre du Viêt Nam, n'hésitant pas à railler les déclarations du vice-président Dick Cheney sur ce sujet. Peu de temps après, il se prononce pour la mise en place d'un calendrier de retrait des troupes d'Irak. En décembre 2005, confirmant ses prises de position souvent détonantes par rapport aux autres sénateurs républicains, Hagel se justifie par le fait qu'il a prêté serment à la constitution américaine et non à son parti ou son président. Cette justification sera également reprise par Joseph Lieberman, un sénateur également atypique mais membre du parti démocrate.

En janvier 2007, il conteste l'envoi de 20 000 soldats américains supplémentaires en Irak par le président Bush dont il dénonce « la politique étrangère aveugle », la plus grande depuis la guerre du Viêt Nam. En 2007, son taux d'approbation parmi les électeurs du Nebraska est plus élevé chez les démocrates que chez les républicains. En mars 2007, il est le seul républicain à joindre sa voix à celle des démocrates (majoritaires au Sénat depuis janvier 2007) pour demander le retrait des troupes américaines en Irak au plus tard en mars 2008 (Ce soutien au retrait des troupes a été accordé par 50 voix contre 48).

Opposition à l'administration Bush[modifier | modifier le code]

Durant l'année 2006, Hagel est encore l'un des plus importants détracteurs républicains de l'administration Bush et de sa politique, et met alors en garde son propre parti sur les conséquences encourues lors des prochaines élections. Il déclare ainsi que « la sécurité nationale est plus importante que le parti républicain ou le parti démocrate. Et [pour un parti] s'en servir à but électoral se terminera par une défaite et un désastre politique ». Après la défaite des républicains au Congrès lors des élections de novembre 2006, il signe un éditorial où il dénonce la stratégie militaire en Irak du président Bush et en appelle à un calendrier de retrait du pays des troupes américaines.

Chuck Hagel a quelquefois été cité comme candidat potentiel à la vice-présidence des États-Unis aux élections présidentielles de 2008 sur un ticket indépendant au côté de Michael Bloomberg, maire de la ville de New York. Malgré ses deux mandats en tant que sénateur, il annonce le 10 septembre 2007 qu'il n'était pas candidat à sa réélection au Sénat en 2009. Cette même année, il est nommé codirecteur du President's Intelligence Advisory Board par le président Barack Obama.

Secrétaire à la Défense dans l'administration Obama[modifier | modifier le code]

En janvier 2013, il est désigné par Barack Obama, président démocrate, afin de devenir secrétaire à la Défense des États-Unis et succéder à Leon Panetta[1]. Sa nomination suscite de nombreuses réserves au Sénat (notamment chez ses anciens collègues républicains) qui doit valider sa nomination. Si certains démocrates lui reprochent des propos « politiquement incorrects » sur les homosexuels[2], plusieurs de ses anciens collègues lui reprochent des opinions supposées trop pacifistes, trop anti-israéliennes ou favorables à la dénucléarisation du monde. Il a cependant le soutien de plusieurs personnalités républicaines comme John Warner, ancien sénateur et membre de la commission des forces armées[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]