Chronologie du Gabon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Préhistoire, protohistoire[modifier | modifier le code]

-400 000 ans : des pierres taillées retrouvées près d'Otoumbi, au centre du pays, attestent d'un peuplement dès cette époque.

-12 000 ans : des haches et des têtes de flèches en pierre datant de cette époque sont retrouvées dans la province du Moyen-Ogooué et dans le sud du pays.

-8 000 ans : des dessins gravés sur roche, datant de cette époque, sont retrouvés près du Cap Lopez.

-5 000 ans : Les premiers pygmées peuplent le territoire de l'actuel Gabon.

Âge du fer : métallurgie du fer au Gabon, attestée par des traces retrouvées dans plusieurs sites.

XIe siècle : migrations bantoues, venues du nord. Petit à petit les bantous supplantent numériquement les pygmées.

Avant la colonisation[modifier | modifier le code]

1472 : des marins portugais sont les premiers Européens à entrer dans l'estuaire du Komo.

1480 : le navigateur portugais Fernan Vaz explore la lagune qui porte aujourd'hui son nom, au sud du delta de l'Ogooué.

1600 : les Hollandais construisent un fortin dans l'île de Corisco qui sera détruit peu après par les Mpongwè.

1609 : naufrage du Mauritius, navire de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales au large du Cap Lopez.

1698 : des marins hollandais détruisent plusieurs villages mpongwés de l'Estuaire du Gabon.

1722 : le capitaine pirate Bartholomew Roberts est tué par la marine anglaise au large du Cap Lopez.

L'époque coloniale[modifier | modifier le code]

1839 : le chef mpongwe Denis Rapontchombo autorise les Français à s'installer sur la rive gauche de l'estuaire du Komo.

1841 : le « roi » Louis Dowe autorise à son tour les Français à s'installer sur la rive droite de l'Estuaire.

1843 : construction du Fort-d'Aumale, premier établissement français permanent sur l'estuaire du Komo.

1849 : Louis-Édouard Bouët-Willaumetz fonde Libreville où il installe des esclaves libérés d'un navire négrier.

1862 : traité instituant la souveraineté française sur le Cap Lopez.

1873 : Alfred Marche et le marquis Victor de Compiègne tentent de remonter le cours de l'Ogooué.

1875-1878 : première expédition de Pierre Savorgnan de Brazza dans le bassin de l'Ogooué.

1886 : le Gabon devient une colonie française.

1889 : la société Woermann exporte la première bille d'okoumé à destination de Hambourg.

1896 : les Awandji prennent le poste de Lastourville et tuent l'administrateur français.

1898 : des compagnies concessionnaires se voient attribuer de vastes territoires qu'elles mettent en coupe réglée.

1899 : André Raponda-Walker est le premier Gabonais ordonné prêtre.

1900 : fixation de la frontière entre le Gabon et la Guinée espagnole.

1900 : mort en captivité, au Gabon, de Samory Touré.

1903-1908 : révolte des Mitsogo contre l'implantation française dans la Ngounié.

1908 : pacification du Haut-Ivindo par le capitaine Fabiani qui fonde le poste de Makokou.

1911 : la France cède le Woleu-Ntem à l'Allemagne qui le rattache au Cameroun.

1911 : reddition du chef des Bakaya, Maruvulu, après plusieurs années de guérilla.

1913 : Albert Schweitzer fonde un hôpital à Lambaréné.

1913 : le chef mitsogo Mbombé meurt en prison à Mouila.

1914-1915 : combats dans le Woleu-Ntem entre tirailleurs sénégalais et troupes allemandes du Cameroun.

1922 : l'administrateur Montespan signe un traité de paix avec le chef Wongo, mettant fin ainsi provisoirement à la guérilla des Awandji.

1925 : le Haut-Ogooué est rattaché au Moyen-Congo.

1929 : la reddition du chef Wongo met fin au soulèvement des Awandji de la Ngounié.

1933 : Léon Mba est exilé en Oubangui-Chari.

1940 : la colonie du Gabon se rallie à la France libre après quelques combats entre Vichystes et Gaullistes.

1946 : Jean-Hilaire Aubame, fondateur de l'Union Démocratique et Sociale du Gabon, est le premier député gabonais à l'Assemblée nationale française.

1946 : le Haut-Ogooué est rattaché définitivement au Gabon.

1956 : Léon Mba est élu maire de Libreville.

1956 : forage du premier puits de pétrole, à Ozouri, par la Société des Pétroles d'Afrique Équatoriale, future Elf-Gabon.

1958 : Le Gabon devient un État autonome dans le cadre de la Communauté française.

Depuis l'indépendance[modifier | modifier le code]

1960 : la République du Gabon devient un État indépendant.

1961 : Léon Mba est élu président de la République.

1962 : la COMILOG (Compagnie Minière de l'Ogooué) débute l'exploitation du manganèse.

1964 : échec d'une tentative de coup d'État militaire contre Léon Mba grâce à l'intervention de militaires français.

1967 : mort de Léon Mba. Albert-Bernard Bongo lui succède comme président de la République.

1968 : le président Bongo instaure un régime de parti unique.

1970 : ouverture des premiers bâtiments de l'université de Libreville.

1971 : assassinat à Libreville de l'opposant Germain Mba par deux mercenaires.

1973 : Albert-Bernard Bongo se convertit à l'Islam et devient Omar Bongo.

1975 : le Gabon devient membre de l'OPEP.

1976 : construction du stade omnisports de Libreville qui accueille les premiers Jeux de l'Afrique Centrale.

1977 : assassinat du poète gabonais Ndouna Depenaud.

1977 : Omar Bongo lance une série de grands travaux à Libreville.

1977 : création de la compagnie nationale Air Gabon.

1977 : sommet de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) à Libreville.

1978 : le gouvernement gabonais fait expulser des milliers de ressortissants béninois.

1981 : fondation du MORENA (MOuvement de REdressement NAtional), parti d'opposition illégal.

1981 : le Gabon expulse plusieurs milliers de ressortissants camerounais.

1981 : Omar Bongo est reçu par Ronald Reagan à Washington.

1982 : voyage officiel du pape Jean-Paul II au Gabon.

1983 : François Mitterrand, président de la République française, en voyage officiel au Gabon.

1983 : création, à Libreville, du CICIBA (Centre International des CIvilisations BAntoues).

1985 : exécution capitale du capitaine Alexandre Mandja Ngokouta à Libreville.

1986 : inauguration de la ligne de chemin de fer Libreville-Franceville (le Transgabonais).

1990 : après une période d'agitation politique, rétablissement du multipartisme.

1990 : intervention militaire française à Port-Gentil et à Libreville pour évacuer des ressortissants étrangers (opération Requin).

1993 : élection présidentielle, Omar Bongo l'emporte sur le père Paul Mba Abessole.

1994 : la dévaluation du franc CFA entraîne un renchérissement des produits d'importation et une baisse du pouvoir d'achat des Gabonais.

1994 : le Gabon quitte l'OPEP.

1995 : la police gabonaise expulse des milliers d'étrangers "sans-papiers".

1996 : le père Paul Mba Abessole est élu maire de Libreville.

1996 : une épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola tue plusieurs dizaines de personnes dans l'Ogooué-Ivindo (village de Mayibout).

1997 : Omar Bongo soutient le retour au pouvoir de Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville.

1998 : réélection d'Omar Bongo à la présidence de la République.

2001 : Omar Bongo, Denis Sassou-Nguesso et Idriss Déby perdent le procès qu'ils ont intenté devant la justice française contre l'écrivain François-Xavier Verschave pour "offense à chef d'État étranger".

2002 : Paul Mba Abessole devient ministre chargé des droits de l'homme du président Bongo.

2005 : nouveau succès électoral sans surprise d'Omar Bongo Ondimba à la présidentielle.

2006 : liquidation de la compagnie nationale Air Gabon aux prises depuis des années à des difficultés financières.

2007 : création de la compagnie privée Gabon Airlines.

2009 : décès d'Omar Bongo le 7 juin.

2009 : élection d'Ali Bongo Ondimba, ministre de la Défense et fils d'Omar Bongo Ondimba (30 août).

2013 : mise en liquidation de la compagnie Gabon Airlines.