Chronologie des techniques d'éclairage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éclairage à travers les ages. Antiquité: 1. Préhistoire. - 2-3. Ancienne Égypte - 4-5. Assyrie. 6-13. Rome antique. - 14-15. Carthage. - 16-17. dynastie mérovingienne. - Moyen age et temps modernes: 19-20. XIe siècle. - 21. XIIe siècle. - 22. XIIIe siècle. - 23-24. XIVe siècle. - 25-26-27. XVe siècle. - 28. XVIe siècle. - 29. XVIIe siècle. - 30-31. XVIIIe siècle. - Période contemporaine: 32. Lampe d'Argand originale. - 33-34. Lampe d'Argand: Les améliorations d'Antoine Quinquet. - 35. Geordie Stephenson (Lampe de mineur). - 36. Éclairage public. - 37. Lampe Davy. - 38. Lampe wick (théâtre). - 39. Lampe des chemin de fer. - 40. Lampe Carcel. - 41. Gazéification. - 42. Bec Auer (gas) lampe avec Manchon à incandescence. - 43. Gaz d'éclairage (bec de gaz normal). - 44. Gaz d'éclairage (bec de gaz) intensif. - 45. Lampe à pétrole Bec Auer . - 46. Lampe à pétrole - 47. Lampe à incandescence classique (électricité). - 48. Phare (Électricité). - 49. Lampe de mineur (électricité). - 50. Lampe à incandescence classique (électricité) éclairage public. - 51. Lampe à arc (électricité).. - 52. Lampe à acétylène (bec de gaz). - 53. Lampe à acétylène (Bicyclette). - 54. Lampe à acétylène (lampe). - Japon: 55. éclairage public. - 56. Transport(rickshaw). - 57. Lanterne de funérailles. - 58. lanterne portable

L'éclairage est l'ensemble des moyens qui permettent à l'homme de doter son environnement des conditions de luminosité qu'il estime nécessaires à son activité ou son agrément. Une chronologie des techniques d'éclairage s'attache éventuellement à décrire :

  • les mutations technologiques attachées à l’évolution des sources d'approvisionnement en énergie ;
  • l'évolution technique des lampes et luminaires ;
  • les transformations qui se sont effectuées au sein de certaines typologies :

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

Chronologie de la bougie[modifier | modifier le code]

Chronologie de la lampe à huile[modifier | modifier le code]

  • -15000 : le brûloir de Lascaux, en grès rose. Magdalénien ancien ou Solutréen[1].
  • Ier siècle : Pline l'Ancien (23-79) décrit l'usage qui est fait du naphte dans les environs de Babylone. Le naphte a vraisemblablement été distillé par les Arabes et d'autres peuples de longue date. Le naphte désigne les affleurements de pétrole que l'on trouve fréquemment au Moyen-Orient et en Asie centrale[2].
  • 1780 : Aimé Argand invente en 1782 une lampe à huile à réservoir latéral et double courant d'air, dix à douze fois plus puissante qu'une simple chandelle, à laquelle Antoine Quinquet, pharmacien de Paris, a laissé son nom. C'est lui qui substitue aux mèches pleines, qui donnaient beaucoup de fumée et peu de lumière, des mèches en forme de tube cylindrique.
  • 1784 : Antoine Quinquet adjoint une cheminée de verre, qui se loge dans un « bec d'Argand ».
  • 1800 : Bertrand Guillaume Carcel met au point en 1800 sa lampe à huile (de colza, par exemple) comportant une pompe aspirante-refoulante actionnée par un moteur d'horlogerie, qui assure l'alimentation constante de la mèche. Le réservoir n'est plus latéral : il est maintenant sous le brûleur. Cette lampe, sur pied, a un brûleur à mèche cylindrique et un porte-verre mobile pour régler la flamme. Le verre-cheminée est à étranglement au niveau de la flamme.
  • 1810 : Isaac-Ami Bordier-Marcet apporte des perfectionnement à la lampe à huile à réflecteurs paraboliques. Sa « lampe astrale », à réservoir circulaire entourant le brûleur, brevetée en France en 1809-1810, fait date dans l'histoire de l'éclairage : si la puissance demeure assez faible, du moins, l'ombre du réservoir latéral disparaît. Sa lampe, qui annonce la « lampe sinombre » des années suivantes, est élégante et peut se voir couronnée d'un globe supporté par le réservoir.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Chronologie du bec de gaz et du gaz d'éclairage[modifier | modifier le code]

Chronologie de la lampe à pétrole[modifier | modifier le code]

Chronologie des lampes à décharge et à arc[modifier | modifier le code]

Chronologie de la lampe à incandescence classique[modifier | modifier le code]

  • 1835 : James Bowman Lindsay présente un prototype de lampe électrique lors d'une assemblée publique à Dundee (Écosse). L'ampoule est posée sur le culot et offre une puissance lumineuse adaptée à la lecture. Il ne protège pas son invention et ne développe pas la technologie au-delà du prototype[10].
  • 1838 : Marcellin Jobard suggère qu'un filament de carbone, placé dans le vide, et parcouru par un courant électrique pourrait émettre une lumière intense, à destination des mines. L'idée est reprise par l'ingénieur français Charles de Changy qui réalise une lampe électrique à filament de platine en 1858. Le filament brûle à l'air libre et non dans le vide[11],[12].
  • 1850 : Joseph Swan commence à travailler sur une ampoule utilisant un filament de papier carbonisé ou un gros fil de coton, préalablement parcheminé par son immersion dans l'acide sulfurique concentré, en forme de boucle[12].
  • 1872 : les premières lampes électriques à fil placé dans le vide sont les lampes dites « russes » d'Alexandre Lodyguine[12].
  • 1876 : Henry Woodward brevète un premier système de lampe électrique[13].
  • 1878 : Joseph Swan dépose un brevet de lampe électrique. Sa maison à Gateshead, Angleterre, est la première dans le monde à être éclairée par une lampe électrique[14]. En 1890, il existe plusieurs types de lampes Swan à incandescence donnant l'intensité de 3, 10, 16 ou 32 bougies.
  • 1878 : Thomas Edison fonde la Edison Electric Light Company.
  • 1879 : Thomas Edison dépose un brevet de lampe électrique constituée d'un filament de bambou du Japon sous faible tension dans une ampoule de verre sous vide, après avoir testé 6 000 substances végétales du monde entier, avec un budget de 40 000 dollars[15],[16],[17],[18]. En 1890, il existe deux types de lampe à incandescence Edison, l'une donnant une intensité de 16 bougies, l'autre de 10 bougies. Elles brûlent, en moyenne, mille heures, avant d'être usées.
  • 1881 : Joseph Swan fonde la Swan Electric Light Company.
  • 1881 : Lewis Howard Latimer, ingénieur de la Edison Company, remédie au problème majeur de l'ampoule à filament en bambou, qui grille au bout de 30 h. En 1881, il brevète donc, avec son ami Joseph V. Nichols, la première ampoule à incandescence avec filament de carbone puis obtient, seul, en 1882, un brevet pour son procédé de fabrication et de montage de filaments de carbone[19].
  • 1882 : en Angleterre, Thomas Edison et Joseph Swan fusionnent leurs entreprises pour former la Edison and Swan Electric Light Company (en) ou Edi-swan.
  • 1898 : Carl Auer von Welsbach parvient à remplacer le filament de carbone par un filament métallique beaucoup plus lumineux et durable. En 1906, il met au point le filament osmium-tungstène.
  • 2008 : Le 8 décembre, les États de l'Union européenne approuvent l'interdiction progressive des lampes à incandescence classiques à partir du 1er septembre 2009 jusqu'à leur abandon total en 2012. Le passage à des méthodes d'éclairages moins dépensière en énergie permettrait de réduire les émission de dioxyde de carbone de 15 millions de tonnes par an[20].

Chronologie de l'éclairage public[modifier | modifier le code]

Chronologie des phares[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Chronologie de la lampe à incandescence halogène[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Chronologie de la lampe à diode électroluminescente[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé André Glory. La découverte du brûloir de Lascaux dans Gallia préhistoire. Tome 4, 1961. sur le site persee.fr Portail de revues en sciences humaines et sociales
  2. Similis est natura naphthae. ita appellatur circa Babylonem et in Austacenis Parthiae profluens bituminis liquidi modo. huic magna cognatio ignium, transiliuntque in eam protinus undecumque uisam. ita ferunt a Medea paelicem crematam, postquam sacrificatura ad aras accesserat, corona igne rapto. Pline l'Ancien, Histoire naturelle. livre II, 108-109 en ligne, Itinera Electronica
  3. (en) Robert Friedel, Paul B. Israel, Edison's Electric Light. The Art of Invention, JHU Press,‎ 2010, p. 5-6
  4. Robert K. G. Temple affirme que le IVe siècle av. J.-C. est une estimation à minima de l'époque à laquelle les Chinois ont commencé à utiliser du gaz naturel comme combustible et source d'éclairage. Le forage systématique de puits pour l'extraction de la saumure au Ier siècle av. J.-C. avant J.C. (Dynastie Han) mena à la découverte de beaucoup de "puits à feu" au Sichuan qui produisaient du gaz naturel. Ainsi qu'il est rapporté, cela entraîna dès le IIe siècle av. J.-C., une recherche systématique de gaz naturel. Le forage systématique de puits pour l'extraction de la saumure au Ier siècle av. J.-C. avant J.C. (Dynastie Han) mena à la découverte de beaucoup de "puits à feu" au Sichuan qui produisaient du gaz naturel. Ainsi qu'il est rapporté, cela entraîna dès le IIe siècle av. J.-C., une recherche systématique de gaz naturel. La saumure et le gaz naturel étaient conduits ensemble par des tubes de bambous. Depuis les petits puits, le gaz pouvait être acheminé directement aux brûleurs ou la saumure était versée dans des cuves d'évaporation en fonte pour bouillir et produire du sel. Mais le gaz dense et âcre puisé à des profondeurs d'environ 2000 pieds devait tout d'abord être mélangé à l'air de crainte qu'une explosion se produise. Pour remédier à cela, les Chinois conduisaient d'abord le gaz dans un grand réservoir en bois de forme conique, placé 3 m sous le niveau du sol, où un autre conduit amenait l'air. Ce qui transformait le réservoir en grand carburateur. Pour éviter les incendies à cause d'un soudain surplus de gaz, un "Tuyau repoussant le ciel" supplémentaire était utilisé comme système d'échappement. « Utilisation du Gaz naturel comme combustible » sur chine-informations.com
  5. a et b Désiré Magnier Nouveau manuel complet de l'éclairage au gaz, ou Traité élémentaire et pratique à l'usage des ingénieurs, directeurs, etc. Librairie encyclopédique de Roret, 1849 (Livre numérique Google)
  6. Michel Raoult, Histoire du chauffage urbain, Éditions L'Harmattan, 2007, p.31.
  7. NIKOLA TESLA, OF NEW YORK, N. Y. SYSTEM OF ELECTRIC LIGHTING. Patent No. 454,622. Patented June 23,1891 sur le site de google patents
  8. THOMAS A. EDISON, of Llewellyn Park, New Jersey. FLUORESCENT ELECTRIC LAMP. Patent No. 865,367. Patented SEPT. 10, 1907. sur le site de google patents
  9. PETER COOPER HEWITT. METHOD OF MANUFACTURING ELECTRIC LAMPS. Patent No. 682,692. Patented September 17, 1901 sur le site de google patents
  10. Handbook and guide to Dundee and district, p.491 à 514
  11. Pierre Zweiacker. Fluide vital: contes de l'ère électrique. PPUR presses polytechniques, 2005 google books
  12. a, b et c Louis Figuier. Les merveilles de la science, ou Description populaire des inventions modernes. Furne, 1890 (Livre numérique Google)
  13. Henry Woodwakd, of the city of Toronto, county of York, Improvement in electric light. Patent No. 181,613, Aug 29,1876 sur le site Google Patents
  14. JOSEPH W. SWAN, OP Newcastle-upon-tyne, England. Incandescent Electric Lamp (Pour laquelle il obtint un brevet en Grande-Bretagne, No. 4,202, daté du 29 September, 1881,). Patent No. 260,335, dated June 37, 1882 sur le site de google patents
  15. THOMAS A. EDISON, of Llewellyn Park, New Jersey. Electric Light. Patent No. 227,227. Patented May 4, 1880 sur le site de google patents
  16. THOMAS A. EDISON, of Llewellyn Park, New Jersey. Incandescent Electric Lamp. Patent No. D12,631. Patented Dec 27, 1881 sur le site de google patents
  17. THOMAS A. EDISON, of Llewellyn Park, New Jersey. Incandescent Electric Lamp. Patent No. 351,856. Patented Nov 2, 1886 sur le site de google patents
  18. THOMAS A. EDISON, of Llewellyn Park, NEW JERSEY. Incandescent Electric Lamp. Patent No. 476,530. Patented June 7, 1892 sur le site de google patents
  19. JOSEPH V. NICHOLS. de Brooklyn, et LEWIS H. LATIMER, de New-York, N.Y. Patent No. 247,097. Patented Sept 14, 1881 sur le site de google patents
  20. (fr) Jean-Charles Batenbaum, « L'Union européenne a fixé le calendrier de fin de vie des lampes traditionnelles », sur Actualites-news-environnement.com,‎ 9 décembre 2008 (consulté le 9 décembre 2008)
  21. Revue du Breton, 1836 (Livre numérique Google)
  22. Pour perpétuer le souvenir, on frappa en 1669, une médaille avec cette légende: « Urbis securitas et nitor. La ville de Paris, personnifiée par une femme debout, tenant une lanterne rayonnante et une bourse ; à l’exergue : M. DC. LXVIIII. LOUIS XIV : la sûreté et la netteté de Paris.
  23. Jacques-Antoine Dulaure. Histoire physique, civile et morale de Paris: depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jour. Guillaume et compagnie, 1829 Livre numérique Google
  24. British Gas Academy
  25. Gérard Sarlos, Pierre-André Haldi, Pierre Verstraete: Systèmes énergétiques: Offre et demande d'énergie : méthodes d'analyse. PPUR presses polytechniques, 2003Livre numérique google
  26. L'industrie du gaz en Europe aux XIXe et XXe siècles : l'innovation entre marchés privés et collectivités publiques.Peter Lang, 2005 Livre numérique Google
  27. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias Roumanie 2011 Petit Futé sur books.google.be
  28. Mémoire sur un nouveau système d’éclairage des phares (suivi du Procès-Verbal de l’expérience faite, le 20 août 1822 par la Commission des Phares, sur l’appareil lenticulaire à feux tournants destiné à l’éclairage du phare de Cordouan) ; Imprimerie royale, 1822 (lu à l’Académie des sciences le 29 juillet 1822). Ce document est un texte fondateur pour comprendre l’histoire de la signalisation maritime. Il marque la naissance de la lentille à échelons (ou lentille de Fresnel) et de sa fabrication « industrielle ». Elle est encore utilisée dans les phares maritimes, mais aussi dans les phares automobiles sur le site bibnum.education.fr Auteur de l'analyse: Vincent Guigueno
  29. a, b, c, d et e Les grands phares du littoral de France Objets et matériels techniques et scientifiques : les systèmes à gaz sur le site culture.gouv.fr
  30. (en) « for his invention of automatic regulators for use in conjunction with gas accumulators for illuminating lighthouses and buoys » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1912 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 14 juin 2010
  31. EDWIN A. SCRIBNER, OF NEWARK, NEW JERSEY, ELECTRIC INCANDESCENT LAMP. No. 254,780, Patented Mar. 7,1882. sur le site de google patents
  32. Edward G. Zsibler, Chagrin Falls, and Frederick A. Mosby, Cleveland, Ohio, assignors to General Electric Company, a corporation of New York. METHOD OF MANUFACTURE OF IODINE CYCLE INCANDESCENT LAMPS. Patent No. 2883571. Patented DEC. 8, 1964. sur le site de google patents

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]