Chronologie de l'histoire sérère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il s'agit d'une chronologie de l'histoire et le développement de la religion sérère et du peuple sérère du Sénégal, de Gambie et de Mauritanie. L'histoire du peuple sérère remonte à des milliers d'années[1]. Cette chronologie donne simplement un aperçu de leur histoire, composée de calibrées archéologiques découvertes dans les pays sérère, la religion sérère, la politique sérère, la royauté sérère, etc. Dates sont donnés en fonction de l'ère commune, pas le Calendrier sérère. Pour un fond de ces événements, voir la religion sérère, histoire ancienne des Sérères, lamane, états dirigés par les anciens lamanes sérères, histoire des Sérères du Moyen Âge à nos jours et sérères.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Préhistoire.

« Middle Stone Age »[modifier | modifier le code]

La culture Sérère ancienne d'enterrer sa mort accompagnée d'objets funéraires, le totémisme, le symbolisme comme le serpent (symbole de la Pangool dans la religion sérère, saints sérères anciens et les esprits des ancêtres), etc, n'est pas unique aux Sérères, mais peut suggère l'existence de la religion sérère, ou sérère et africaine comportement religieux au moins pendant la ère Paléolithique moyen ou « Middle Stone Age » (environ 300 000 à 30 000 AEC) si elle n'est pas beaucoup plus tôt[11],[12]. Selon des chercheurs comme Narr et McMahon, bien que le comportement religieux peut avoir eu lieu au cours de cette période, il a fallu attendre l'ère suivante (Paléolithique supérieur, correspondant grosso modo à la « Later Stone Age ») qu'il y avait des preuves incontestées des signes de comportement religieux ou le développement religieux[13],[14]. Toutefois, une partie de la première preuve de symbolisme religieux est attribué à la « Middle Stone Age » en Afrique[14]. L'un d'eux étant le site historique de Thiemassas et les Sérères représentations religieuses en particulier sur le Tassili n'Ajjer avec le symbole de la Pangool[1].

« Later Stone Age »[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Yoonir, symbole de l'Univers[20],[21].
Symboles sérères
De gauche à droite : « mort » + « homme » + « agriculture » + « chasse » + « pêche » signifie « L'honorable défunt a consacré sa vie à l'agriculture, la chasse et la pêche ».
Symbole de Kooh.
  • Certains Sérères étaient l'un des naitives originaux qui vivent dans l'Adrar (partie de l'actuelle Mauritanie). Ils étaient les habitants de la Sahara occidental et ont été très réglée au cours de l'ère néolithique[26]
  • 10000 AEC : Gravures rupestres de la Pangool sérère (sérère saints anciens et des esprits ancestraux dans la religion sérère) représenté sur le Tassili n'Ajjer. Ce fut probablement un lieu de prière parmi les Sérères anciens[1]. Les gravures sérère représente la vie quotidienne et les préoccupations de ces anciens Sérères. Ils illustrent également les concepts religieux, la magie et de l'incarnation (pas l'incarnation de Rog, la divinité suprême dans la religion sérère, mais l'incarnation de l'Pangool[27]), concepts qui sont encore très répandu chez leurs descendants qui adhèrent à la religion sérère[10],[28].
    • Lié à la Pangool depuis les temps anciens selon la religion sérère et la coutume sérère, il est probable que la classe lamanique sauta en place à cette époque, peut-être plus tôt. Ils ont créé des sanctuaires en l'honneur du Pangool et est devenu gardien de la religion sérère. Ils sont également devenus l'aristocratie terrienne et les chefs locaux parmi les peuple sérère. Périodisation sérère commence par les sérères lamanes anciens. Dans cette période, bon nombre des lois sérères ont été créés, tels que le kucarla (la loi sur l'héritage paternel), ƭeen yaay (loi sur l'héritage maternel), les Sérères droit foncier comme le « yal naay » (« le maître du feu »)[29], l'« bakh » (« droit de couper[30] ») et le « bakh yal » (« maître de la coupe[31] »), etc[32]. Bien qu'ils aient existé dans la première partie de cette période, il est probable que la société sérère n'était pas très stratifié, mais peut-être égalitaire que certains des sous-groupes de la race sérère, comme certains de ceux qui parlent les langues cangin, qui sont ethniquement Sérères, mais ne parlent pas la langue sérère, pas plus qu'ils ne parlent une dialecte de celui-ci. Toutefois, le Lamane était très respecté dans les pays de ces Sérères égalitaires qui était considéré une figure de proue dans leurs sociétés. En tant que tel, si la classe lamaniquee existait dans la première partie de cette époque, ils ont probablement concentré la plupart de leurs efforts sur leur rôle religieux que leur rôle économique, jusqu'à ce que la partie postérieure de l'ère néolithique, l'époque qui montre des preuves d'une structure très complexe social[33]. Cela n'exclut pas le fait que la société sérère et lois n'étaient pas complexes, que cette ère marquée de leur développement. Le simple fait que quelques strates très complexes sociaux n'existaient pas dans certaines sociétés ne signifie pas qu'il n'existait pas en la société sérère. Certains « tribemen » étaient très bien organisés et ont formé des structures sociales complexes[33].
    • Canonisation et la vénération de certaine Pangool (singulier : fangool), déterminé par la classe lamanique (le gardien de la religion sérère, les lois sérères et les éthiques sérères. Ils étaient les prêtres de pluie, etc.[34])[1].
    • Les Saltigués aider les lamanes, sont devenus les « prêtres de pluie héréditaires » formant la classe des prêtres[35]. Leur rôle n'est pas politique mais religieux et pour l'amélioration de la terre et son peuple[36]. Il est probable que la famille Sène (variantes : Sene ou Sain) ont été parmi les premiers à prendre cette vocation religieuse, et c'est probablement à cette époque ou juste après, il est devenu habituel de se référer à la divinité suprême du peuple sérère (Rog) comme Rog Sene (var: Roog Sène), en ce qui concerne la famille Sène qui avait dominé cette position pendant une longue partie de histoire ancienne des Sérères et histoire médiévale. À présent, il n'existe pas de consensus sur cette question parmi les chercheur sur la religion sérère et l'histoire. Selon la tradition orale sérère, surtout parmi les peuple cangin, qui sont considérées comme la plus ancienne du groupe ethnique sérère, la divinité suprême a été appelée Kooh[37], un nom dont ils sont encore utilisés de façon interchangeable avec Rog (voir : peuple None). Les peuple Saafi en particulier sont considérées comme parmi les plus anciennes du groupe Sérère (voir aussi: l'histoire du peuple Palor).
    • Cosmologie sérère parmi la classe des prêtres (les prêtres de pluie) avec un vif intérêt dans l'étoile de Sirius appelé Yoonir dans la langue sérère, entre autres. L'étoile de Yoonir est le symbole de l'Univers dans la cosmologie sérère[21]. En médecine sérère et symbolisme, comme dans les pictogrammes Raampa (utilisé par les Sérère-Saafi et les Sérère-Sine parmi autres groupes sérère), il aussi signifier « l'étoile qui guérit » (« o xoor paÿ »). D'un religieux et nationaliste point de vue, il est le symbole du peuple Sérère-Sine (également appelé Seex ou Sine-Sine, les habitants du Sine)[38],[39].
    • Les symboles sérères (par exemple Raampa) sein de la classe prêtres, les repères tracés sur le sol, sur le géant asclépiade (calotropis procera), ardoises en bois, comprimés de roche, etc., avant leur codification tard et l'accumulation de plusieurs pictogrammes autres par la classe prêtres[38].
    • Le principe de Jom Sérères - une « jurisprudence » de valeurs et de croyances qui régissent la vie sérères qui englobe les valeurs économiques, politiques, sociaux et personnels[40],[41].
      • c. Il y a 5000 ans : la domestication de l'igname[42].
      • c. 2000 AEC : La domestication des animaux, le millet et le sorgho est devenu une partie intégrante de la culture sérère, ainsi que l'utilisation de plantes sauvages[42],[43]. Avec l'avènement de l'agriculture, des offrandes aux divinités et aux ancêtres sérères en conformité avec les doctrines religieuses sérères, tels que la cérémonie Daqaar Mboob probablement développé autour de ce temps pour apaiser les divinités et les ancêtres, et de veiller à la bonne récolte[44].

Période chalcolithique[modifier | modifier le code]

Article connexe : chalcolithique.
  • Pour les deux mille dernières années, les Sérères dominé le fleuve Sénégal et le fleuve Gambie à l'ouest, et s'étend tout le chemin à Kaabu, Khasso et empiétant sur le territoire mandingue. Avant de deux mille ans, la terre qu'ils habitaient était très vaste, et s'étend de la fleuve Sénégal au Nil, y compris des parties du Sahara, Tekrour et le Tassili n'Ajjer[45]. Cela peut expliquer pourquoi les gens sérères voir la Région de Sénégambie entier comme leur maison[46].
  • XXe siècle av. J.-C. : Outils de l'âge de pierre - datant d'environ 2000 avant JC découverts dans les dunes de Cape Point et Fajara (aujourd'hui Gambie)[7].
  • IVe siècle av. J.-C. : Apparence d'amas de coquillages dans les pays sérère en particulier dans la côte, dans certaines régions du nord, au Sénégal central. Selon les archéologues, les villageois sérères anciens qui ont fait ces avec les tumuli trouvés dans leurs fouilles est de la poterie de style sérère, et révèle les pratiques religieuses et de la nourriture parmi ces peuples anciens[47].
Amas coquillier dans le cimetière de Fadiouth (qui fait maintenant partie du Sénégal indépendant).
Cercles mégalithiques de Sénégambie, les pierres de Wassu (qui fait maintenant partie de la Gambie indépendante).
Découverte de la poterie dans un site archéologique dans le pays sérère (aujourd'hui Sénégal).
  • c. Ier siècle av. J.-C. : Les Sérères de Tekrour se sont réunis et ont formé l'État-nation de Tekrour. Ils sont devenus gardiens de la religion sérère et gouverné de l'état de nouveau sous le titre lamane, le titre des rois Sérères anciens et propriétaires terriens, liée à la religion sérère à travers le Pangool. Ils ont aussi construit la civilisation là-bas et avancé la culture sérère[48],[50],[51]. Cette époque a coïncidé avec un peu de la migration de certains sérères des indigènes de la Mauritanie et le Sahara occidental, et les immigrés berbères nomades migrent d'Afrique du Nord à Mauritanie. Les anciennes tribus noires comme les Sérères de la Mauritanie, le Gangara de la Mauritanie, les Bafours, etc, ont probablement été vaincus dans la bataille qui a dirigé leur migration. Les civilisations qu'ils ont construites en Mauritanie ont été abandonnés tout comme la domestication des animaux et de mil, une tradition encore pratiquée par les peuple sérère. Le Gangara (maintenant connu sous le nom soninké Wangara ou Wangara) sont les ancêtres du peuple soninké qui fonda plus tard l'Empire du Ghana (bon: Empire du Wagadou). Les Sérères sont encore les Sérères de la Région du Sénégambie qui plus tard fondèrent le Royaume du Sine, le Saloum et le Baol, etc Ils sont les ancêtres des Wolofs, Toucouleurs et Lébous[48],[52]. Les Bafours n'a pas survécu. Les gens qui prétendent être descendus d'eux ne sont que des vestiges des anciennes Bafours[53]. Ces Berbères ne doit pas être confondue avec les migrants berbères médiévaux du nord à la Mauritanie. La migration berbère aujourd'hui la Mauritanie est long et progressif. Le mouvement almoravide au XIe siècle peut-être achevé la dernière phase de leur migration vers le sud[50],[54]. Que sont devenus connu sous le nom de l'Adrar de Mauritanie a été la demeure ancestrale de nombreux proto-Sérères de Mauritanie. Les Berbères étaient des migrants[26],[55].

Antiquité classique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Antiquité classique.

Époque médiévale (L'âge d'or de l'Afrique occidentale)[modifier | modifier le code]

Termes de périodisation historiques tels que l'ère médiévale, âge sombre, etc., survenus en Europe (en particulier l'Europe occidentale), et non pas en Afrique. Afrique de l'Ouest à cette époque (« l'âge d'or de l'Afrique de l'Ouest ») a été l'établissement de nouveaux empires et commerciaux avec le monde connu. L'Empire romain s'est effondré durant la première moitié de cette époque où l'expression « âge sombre »[56],[57]. Cette époque (médiévale) est seulement utilisé ici pour la compréhensibilité.

VIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Famille Diouf et Royaume du Baol.
  • c. 750 après JC : La famille Diouf a dirigé le Royaume de Baol avec autres dynasties sérère paternels et le Wagadou dynastie maternelle (« Bagadou » en sérère), probablement depuis 350 après JC, au moment de Kaya Magan Cissé (roi Kaya ou Maad Kaya en sérère[58]) le fondateur originaire de Royaume du Wagadou, plus tard l'Empire du Ghana (propre : Empire du Wagadou[59]), régnait : c. 350 après JC[60]. Si l'on en croit Maurice Delafosse, le nom « Kaya Magan » (de nombreuses variantes : Kaya Maghan) signifie « roi de l'or » en Wa'kore (langue Soninké)[61]. Delafosse travail ainsi que certains de ses travaux d'érudition sur l'Empire du Mali a été contestée et réfutée[62]. Selon Charles Monteil, le nom « Kaya » signifie « d’abord chasseur[63] » ou « grand chasseur[64] ». Dinga Cissé (descendant de Maad Kaya) et ses partisans étaient des chasseurs à la fois dans la tradition orale Sérère et le Soninké. Les descendants de Dinga fondé l'empire du Ghana (voir : Soninkés). Le règne de la famille Diouf et autres dynasties sérère paternels ont duré jusqu'au début du XVIe siècle, jusqu'à ce que les dynasties sérère paternels soient remplacées par le Fall (var : Faal) dynastie paternelle à la suite de la bataille de Danki (1549), contre le roi du Djolof[65]. Le Wagadou ou Bagadou étaient princesses royales de ce qui plus tard est devenu connu comme l'empire du Ghana, qui a épousé dans la noblesse sérère. Leur clan maternel a été appelé Wagadou (variation : Wagadu) ou Bagadou (en sérère)[66],[67].

IXe siècle[modifier | modifier le code]

« ...les Sérères traversé de vastes étendues de territoire au cours de la période précoloniale et j'ai vu toute la région [la région de Sénégambie] comme leur maison, leur histoire de la migration dans la région montre clairement[46] ».

Beaucoup du village sérère et des noms de ville, ils ont fondé survit encore aujourd'hui. Sanghāna continuera à faire l'objet d'djihads nombreux lancées contre elle par les Almoravides et les autres groupes ethniques africains qu'ils ont islamisés.

XIe siècle[modifier | modifier le code]

Persécutions des sérères[modifier | modifier le code]

Cette époque marque l'histoire bien documentée de la persécution du peuple sérère. La persécution des gens sérères du Sénégal, la Gambie et la Mauritanie est multiforme, et comprennent à la fois des éléments religieux et ethniques. La persécution religieuse et ethnique du peuple sérère remonte au XIe siècle lorsque le roi War Jabi a usurpé le trône de Tekrour (partie de l'actuelle Sénégal) en 1030, et par 1035, introduit la charia et forcé ses sujets à soumettre à l'islam[73]. Avec l'aide de son fils (Leb), leurs alliés almoravides et d'autres groupes ethniques africains qui ont embrassé l'Islam, l'armée de la coalition musulmane lancé djihads contre le peuple sérère de Tekrour qui refusaient d'abandonner la religion sérère en faveur de l'islam[74],[75],[76],[77]. Le nombre de décès sérères sont inconnues, mais il a déclenché l'exode des Sérères de Tekrour vers le sud à la suite de leur défaite, où ils ont obtenu l'asile par la classe lamanique sérère[77]. La persécution des gens sérères a continué de l'époque médiévale au XIXe siècle, aboutissant à la bataille de Fandane-Thiouthioune. Du XXe siècle au XXIe siècle, la persécution des Sérères est moins évident, néanmoins, ils sont l'objet de mépris et de préjugés[78],[79]

« Aujourd'hui, les Sérères conserver une grande partie de leur ancienne culture, les coutumes et les traditions. En fait, il n'est pas rare d'entendre comment la culture Sérère a survécu à travers les siècles, en dépit de toutes les forces qui ont tenté de le détruire[79] ».
  • 1030 : War Jabi a usurpé le trône de Tekrour la suite d'une révolution et se fit roi de Tekrour.
  • 1035 : Autour de ce temps, War Jabi le révolutionnaire converti à l'islam et introduit la conversion forcée de ses sujets ainsi que la charia avec les conseils de ses alliés almoravides, Abdullah Ibn Yassin en particulier. Une grande partie de sa persécution religieuse a été dirigée contre la population sérère qui refusaient de se soumettre à l'islam ainsi que la classe lamanique sérère de Tekrour, les gardiens de la religion sérère et les détenteurs de pouvoir économique et politique. De ce point à 1042, les Sérères de Tekrour est devenu l'objet de persécutions et de djihad par les convertis à l'islam d'Afrique tels que les Peuls et Toucouleurs avec leurs alliés almoravides[80]. Bien que les Sérères ont défait l'armée de coalition musulmane obligeant à chercher refuge en Mauritanie, leurs victoires ne dura pas longtemps, et ont été complètement défaits par l'armée de la coalition musulmane puissante. Cette époque marque l'exode des Sérères de Tekrour. Ceux qui ont survécu à la guerre migré vers le sud à ce qui est devenu connu sous le nom royaumes sérères du Sine, Saloum et le Baol, plutôt que de se convertir à l'islam. Dans le sud, ils ont obtenu l'asile par leurs parents sérères lointaines, approuvé par le Grand Conseil des Lamanes, le plus haut tribunal du pays sérère. Trimingham note que, « Tekrour a été le premier dans la région à adopter l'Islam, mais complètement perdu son identité sérère[81] ». War Jabi est décédé en 1040 et a été succédé par son fils Leb (variant : Labi), également un allié majeur des Almoravides[82]. Selon certains, Leb se battait pour les Almoravides en 1056[83] probablement à la suite de l'asservissement des Tekrour par les Almoravides en 1042 et une loi bien appliquée la charia[84]. Sur le plan économique, le Royaume de Tekrour bénéficier avec l'introduction de l'Islam. Il a également créé des liens politiques avec le Nord. Beaucoup de Peuls/Toucouleurs étaient une partie de l'armée almoravide qui a conquis des parties de l'Europe.
  • Novembre 1087 : le roi Ama Gôdô Maat défait le chef almoravide - Abu Bakr Ibn Omar quand il a essayé de lancer un jihad dans le pays sérère[85],[86]. Abu Bakr est mort d'une flèche empoisonnée au cours de cette mission[85],[86].

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Guelwar et Royaume du Sine.
  • 1335 : La dynastie Guelwar du Kaabu ont été défaits par la dynastie Ñaanco du Kaabu à la bataille de Troubang. Les deux descendants de Tiramakhan Traore qui avait conquis le Kaabu au XIIIe siècle et s'est fait Mansa-Kaabu après avoir vaincu le dernier grand roi Baïnouk (roi Kikikor)[89],[90]. La famille Guelwar accorder l'asile par la noblesse Sérères - le Grand Conseil des Lamanes (le plus haut tribunal du pays sérère[89],[91])[89].
  • 1350 - 1400 : Le Royaume du Sine renommé. La période Guelwar commence à partir de 1350. Maad a Sinig Maysa Wali Jaxateh Manneh élu premier roi Guelwar à jamais régné dans l'un des pays sérère (Royaume du Sine). Nommés et élus par les Sérères du Sine et le Grand Conseil des Lamanes il a été conseiller juridique pendant 15 ans et a donné à ses sœurs et nièces au mariage. Maysa Wali régna de 1350 à 1370. Les mariages entre les descendants de l'ancienne classe lamanique sérère et les femmes Guelwar créé les dynasties sérères paternels et la dynastie Guelwar maternelle qui a duré plus de 600 ans. Certains membres de la noblesse Sérères se sont opposés à la nomination et l'élection de Maysa Wali, en particulier Lamane Pangha Yaya Sarr (de nombreuses variantes : Penga Yaye Sarr, etc.), parce que Maysa Wali n'a pas eu un père sérère, ni une mère sérère, en dépit de son assimilation à la culture sérère, son long service au le Grand Conseil et en provenance de la royauté lui-même. Aucun des descendants de Maad a Sinig Maysa Wali a statué dans l'un des royaumes sérères après lui. Les enfants et les descendants des hommes sérères et des femmes Guélowar, est devenu Sérères, avec la fidélité à la religion sérère, les peuple sérère, les pays sérère, la culture et la langue sérère, et tous les liens avec le Kaabu ont été coupés. Dans cette période, les dynasties anciennes sérères paternels ont survécu, mais l'vieux Wagadou dynastie maternelle s'est effondrée dans le Sine, et plus tard dans le Royaume du Saloum. Il a survécu dans le Royaume du Baol et autres lieux, pendant un certain temps, mais plus tard, s'est effondré. La période Guelwar est le dernier des Sérère périodisation dynastique[92].
  • 1360 : Bourba Djolof Ndiadiane Ndiaye a fondé l'Empire du Djolof, un empire fondé par une confédération volontaire des États[93],[94],[95]. Maad a Sinig Maysa Wali a joué un rôle dans la fondation de cet empire. Il a nommé Ndiadiane Ndiaye pour diriger l'Empire du Djolof, et a appelé les autres États à se joindre cette condederacy sous Ndiadiane dont ils ne selon les épopées de Ndiadiane et Maysa Wali. Le Maad a Sinig a donc pris le Royaume du Sine à cette confédération. Bien que l'établissement de cet empire était volontaire, son désétablissement l'était pas[94]. Cette ère marque la détérioration de l'Empire du Mali comme il a commencé à perdre certains de ses anciens états vassaux. Bien qu'il n'ait pas s'effondrer complètement, Imperial Mali n'était pas aussi puissant qu'il l'était autrefois[96].

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume du Saloum.
  • 1446 : La portugais marchand d'esclaves - Nuno Tristão et son parti a tenté une expédition de pillage esclave dans le territoire de Sérères. Ils ont tous succombé aux flèches empoisonnées sérère l'exception de cinq jeunes portugais (ou moins). L'un d'eux a été laissé à la charte de leur caravelle retour au Portugal. Nuno était parmi les personnes tuées[97],[98].
  • 1455 : Le marchand d'esclaves de Venise et chroniqueur Alvise Cadamosto avoir acheté des esclaves wolofs au Cayor, a décidé d'arrêter son navire à la vie en communauté sérère à la frontière du wolof du Cayor. Alvise écrit la façon dont ces communautés Sérères regardé menaçant et peu accueillant. Il a ensuite poursuivi en disant que, après avoir vu leur navire qui s'approche, cette communauté sérère montaient la garde à la plage. Le capitaine du navire a donné l'ordre afin que personne ne se détache du navire et le navire a été stationné plus loin de la plage. Alvise Cadamosto envoyé son interprète wolof pour aller négocier les termes d'esclaves avec cette communauté sérère, tandis qu'il (Alvise) et son parti portugais est resté dans le navire. L'interprète wolof a été tué sur place par ces sérères pour amener les marchands d'esclaves sur leur territoire. Aucune partie Alvise est venu hors du navire, au lieu, le navire a quitté et s'est dirigé vers la Gambie. Alvise aussi corrompu le nom du Royaume du Sine en l'appelant le Royaume du Barbaçim, et les gens Sérères du Sine que Barbacins parmi d'autres noms dont beaucoup d'Européens de cette époque visées au peuple sérère comme dans leurs vieilles cartes (voir : Royaume du sine)[99],[100].
  • 1493 : Maad Saloum Mbegan Ndour, le roi du Saloum, monta sur le trône[101].
    • Changement de nom de Saloum. Auparavant connu sous le nom Mbey en sérère.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Début de la période moderne « Early modern period »[modifier | modifier le code]

Cette période est une question controversée. En français, il est appelé Époque moderne en Grande-Bretagne et d'autres pays anglophones, il est appelé « Early modern period ». Cependant, tout dépend de l'histoire du peuple ou la nation en question.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1678 : Les Sérères du Sine et du Baol ont refusé d'accueillir les marchands Français qui se sont installés sur la Petite-Côte, et donc déposé une plainte auprès de leurs rois respectifs (le Maad a Sinig (roi du Sine) et la Teigne (roi de Baol). Ce année, le roi du Sine et du Baol avec leurs armées limogé du poste français. L'année suivante, Admiral du Casse a lancé une attaque de vengeance et les ont vaincus[107].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle tambour de guerre appelé junjung en langue sérère. Battu où les rois et les guerriers sérères est allé à la guerre. Du Royaume du Sine.
« Les nobles qualités se trouvent dans les pays sérère, bien qu'ils ne manquent de l'islam [...][107] ».
Plan de la résidence du Maad a Sinig à Joal.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (fr) Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer - Pangool", vol.2, Les Nouvelles Éditions Africaines du Senegal, 1990, p. 9, 20 & 77, (ISBN 2-7236-1055-1)
  2. a et b (en) Price, Joan A., "Sacred Scriptures of the World Religions : An Introduction", Continuum International Publishing Group (2010), p 23, (ISBN 082642354X)
  3. (en) "Human Evolution by The Smithsonian Institution's Human Origins Program
  4. (en) Goodman M, Tagle D, Fitch D, Bailey W, Czelusniak J, Koop B, Benson P, Slightom J (1990). "Primate evolution at the DNA level and a classification of hominoids". J Mol Evol 30 (3): pp 260–266
  5. (fr) Gravrand, Henry, "Cosaan", p 11
  6. Gravrand, Henry, "Cosaan", p. 130
  7. a et b (en) Burke, Andrew, & Else, David, "The Gambia & Senegal", 2nd edition - September 2002, Lonely Planet Publications Pty Ltd, p 13
  8. (fr) Gravrand, Henry, "La civilisation Sereer, VOL.1, Cosaan : les origines", p 132, Nouvelles Éditions africaines, 1983, (ISBN 2723608778)
  9. (fr) Descamps, Cyr, "Contribution a la Préhistoire de l'Ouest-sénégalais", thèse, Paris, p 315. (inédit : p 126)
  10. a et b (fr) Gravrand, Henry, "La civilisation Sereer, Cosaan", p 62
  11. (en) Price, Joan A., "Sacred Scriptures of the World Religions: An Introduction", Continuum International Publishing Group (2010), p 2, (ISBN 082642354X)
  12. (en) Harder, Ben, "Evolving in their graves: early burials hold clues to human origins" (concerne : Paléolithique moyen et la formation de la religion) [1]
  13. (en) Narr, Karl J., "Prehistoric religion : The beliefs and practices of Stone Age peoples", (in) Britannica.com
  14. a et b (en) McMahon, Robin,"On the Origin of Diversity", p 72, Filament Publishing Ltd, 2011, (ISBN 1905493878)
  15. (fr)Descamps, Cyr, "Quelques réflexions sur le Néolithique du Sénégal, vol. 1, pp 145-151, West African Journal of Archaeology (1981)
  16. (fr) Dagan, Th., Le Site préhistorique de Tiémassas (Sénégal), pp 432 - 438, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire (1956)
  17. (en) UNESCO, "General history of Africa", vol.1, Methodology and African Prehistory, (UNESCO International Scientific Committee for the Drafting of a General History of Africa), Heinemann Publishers, University of California Press, UNESCO, 1981 p 621, (ISBN 0 435 94807-5) (cased)
  18. Voire aussi : Gravrand, "Cosaan", pp 132-133
  19. a, b et c Gravrand, Henry, "Cosaan", p 81
  20. Gravrand, La civilisation sereer : Pangool p 20
  21. a et b (en)Clémentine Faïk-Nzuji Madiya, "Tracing memory: a glossary of graphic signs and symbols in African art and culture", Canadian Museum of Civilization, Canadian Centre for Folk Culture Studies, International Centre for African Language, Literature and Tradition (Louvain, Belgium), pp 27, 115 (ISBN 0-660-15965-1)
  22. (en) UNESCO, p 629
  23. Gravrand, Henry, "Cosaan", p 80
  24. Gravrand, Henry, "Cosaan", p 62-87
  25. Gravrand, Henry, "Pangool", pp 150-172
  26. a, b et c (en) Rake, Alan, "New African yearbook", Volumes 1999-2000, Africa Book Centre Limited (2000), p 391, (ISBN 0905268636)
  27. La religion sérère rejette toute idée d'une incarnation ou manifestation de Rog (la divinité suprême dans la religion sérère)
  28. (fr) Gravrand, Henry, "La civilisation sereer, Pangool", vol. 2, Nouvelles éditions africaines, Dakar, 1990, p 21, (ISBN 2-7236-1055-1)
  29. Le premier qui franchit les champs et alluma le feu et possède de ce fait le titre de propriété dont seuls ses descendants directs paternels peut hériter. Voir : Lamane Djigan Diouf, Tukar et Famille Diouf.
  30. Droit de couper et effacer une parcelle de terrain de la Lamane, octroyée par le Lamane originale - « le maître du feu », à l'ancêtre d'un autre, ou par le descendant du Lamane originale à quelqu'un d'autre. « Bakh » en langue sérère signifie « domaine foncier » ou « estate » en anglais.
  31. Le détenteur du droit de couper accordée par le « maître du feu », cependant, ces détenteurs de titres nouveaux sont simplement bail et ne serait jamais posséder le titre de propriété, ni leurs descendants jamais les détenteurs de titres, et continuera à payer le loyer ou hommage à l'Lamane ou à ses descendants pour l'infini ou jusqu'à ce que le titre de la yal Bakh est révoqué par les descendants de la lamane originale.
  32. Pour le droit foncier sérère-lamanique, voir Galvan, son livre est entièrement consacré à ce sujet. Voir aussi : pp 108-200
  33. a et b (en) Rigby, Leonard D. Katz, "Evolutionary Origins of Morality : Cross-disciplinary Perspectives", p 158, Imprint Academic, (ISBN 0719056128) [2]
  34. Galvan, p 42
  35. Galvan, pp 86-135
  36. Sarr, Alioune, "Histoire du Sine-Saloum", Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker, BIFAN, Tome 46, Serie B, n° 3-4, 1986-1987. p 31
  37. (fr) Ndiaye, Ousmane Sémou, "Diversité et unicité sérères : l’exemple de la région de Thiès", Éthiopiques, no 54, vol. 7, 2e semestre 1991 [3]
  38. a et b (fr) Gravrand, Henry, « Le Symbolisme sereer : Mythe du Saas et symboles », « Revue de Psycho-Pathologie » vol. 9 No 2 Dakar (1971); "Symbolique et représentation serer traditionnelles", Publié sous le titre "le symbolisme serer" [in] Psychopath. Afric (1973), IX, 2, 237-265 [in] Pyschopathologie africaine)
  39. Gravrand, "Pangool", p 100
  40. Gravrand, "La civilisation sereer", Pangool, p 40
  41. (fr) Gravrand, Henry : "L’HERITAGE SPIRITUEL SEREER : VALEUR TRADITIONNELLE D’HIER, D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN" [in] Ethiopiques, numéro 31, revue socialiste de culture négro-africaine, 3e trimestre 1982
  42. a et b UNESCO, p 627
  43. (en) Diamond, Jared (1999), Guns, Germs, and Steel, New York : Norton Press, (ISBN 0-393-31755-2)
  44. A. Secka, I. Sow and M. Niass. Collaborators: A.D. Ndoye, T. Kante, A. Thiam, P. Faye and T. Ndiaye. Senegal, "Horticonsult, The biodiversity of traditional leafy vegetables", pp 85-110
  45. Gravrand, Henry, "La civilisation Sereer, Pangool", p 10
  46. a et b (en) Mwakikagile, Godfrey, "The Gambia and Its People: Ethnic Identities and Cultural Integration in Africa", p 136 (2010), (ISBN 9987-16-023-9)
  47. a et b (en) University of Calgary. Dept. of Archaeology, Society of Africanist Archaeologists in America, Society of Africanist Archaeologists, "Newsletter of African archaeology, Issues 47-50", Dept. of Archaeology, University of Calgary, 1997, pp 27, 58
  48. a, b et c (fr) Becker, Charles: "Vestiges historiques, trémoins matériels du passé clans les pays sereer". Dakar (1993), CNRS - ORS TO M
  49. (en)Cercles mégalithiques de Sénégambie – UNESCO World Heritage Centre
  50. a et b (fr) Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer, Pangool", Les Nouvelles Éditions Africaines du Senegal (1990), pp, 9, 20 & 77, ISBN 2-7236-1055-1
  51. Joseph Ki-Zerbo [in] Hesseling, Gerti, "Histoire politique du Sénégal : institutions, droit et société", (trad : Catherine Miginiac), Karthala (2000), p 104, (ISBN 2-86537-118-2)
  52. (en) Foltz, William J., "From French West Africa to the Mali Federation, vol. 12 of Yale studies in political science", p 136, Yale University Press, (1965)
  53. (en) World watch, Volume 14, Worldwatch Institute, 2001
  54. (fr) Chavane, Bruno A., "Villages de l’ancien Tekrour", Vol.2. Hommes et sociétés. Archéologies africaines, p 28, KARTHALA Éditions, 1985, (ISBN 2865371433) [4]
  55. a et b (en) Laude, Jean, "The Arts of Black Africa", University of California Press, 1973 (trad : Jean Decock), p 50, (ISBN 0520023587) [5]
  56. (en) Ben-Jochannan, Yosef, "Black Man of the Nile and His Family", p 19, ed. 2, Black Classic Press, 1972, (ISBN 0933121261) [6]
  57. (en) Burstein, Stanley M., and Richard Shek. World History. United States of America: Holt (2006) « Golden Age of West Africa » (in) Wikispaces
  58. « Maad » ou « Mad » signifie « king » en langue sérère vieux et quelques-unes des langues cangin). Voir aussi : Maad a Sinig et Maad Saloum.
  59. « Ghana » signifie « empereur ». L'Empire lui-même est Wagadou. Le nom familier « Empire du Ghana » était une corruption dans les chronologies arabo-berbères.
  60. (fr) Gravrand, Henry, "La civilisation Sereer, Cosaan : les origines", Nouvelles Éditions africaines, 1983, pp 75-76, (ISBN 2723608778) (référence à Kaya Magan)
  61. (en) (Delafosse, Maurice, "Haut-Sénégal-Niger: Le Pays, les Peuples, les Langues"; "l'Histoire"; "les Civilizations") [in] Ajayi, J. F. Ade, Crowder, Michael, "History of West Africa, Volume 1", Longman, 1985, p 134, (ISBN 0582646839)
  62. En ce qui concerne l'Empire du Mali, Delafossee précédemment proposé que, le grand-père de Soumaoro Kanté a été facilitée par la noblesse Sosso de Kaniaga et capturé le saccagé Empire du Ghana et par 1180, le père de Soumaoro Kanté, dont il [Delafossee] créative appelée « Diara Kanté » (var : Jara Kante), a pris le contrôle de Koumbi Saleh et a usurpé le trône d'une dynastie musulmane. Il n'y avait pas Diara Kanté dans les sources orales. Ce fut une insertion créative par Maurice Delafosse qui était contraire à l'épopée d'origine. Delafosse simplement lié légendes différentes (telles que l'histoire Tautain, etc.,) et prescrit « Diara Kanté - 1180 », comme le père de Soumaoro afin de relier les Sossos à la dynastie des Diarisso du Kaniaga (« Jarisso »). Il a également omis de citer ses sources à comment il est arrivé à cette conclusion et la généalogie qu'il a créé. Charles Monteil décrit son travail comme « inacceptable ». Le African Studies Association le décrire comme « [...] trop créatif pour être utile aux historiens ». Voir : (en) African Studies Association, History in Africa, Volume 11, African Studies Association., 1984, the University of Michigan, pp 42-51; (fr) Monteil, Charles, "Fin de siècle à Médine" (1898-1899), Bulletin de l'lFAN, vol. 28, série B, n° 1-2, 1966, p 166; (fr) Monteil, Charles, "La légende officielle de Soundiata, fondateur de l'empire manding", Bulletin du Comité d 'Études historiques et scientifiques de l 'AOF, tome VIII, n° 2, 1924; (fr) Cornevin, Robert, "Histoire de l'Afrique", Tome I : des origines au XVIe siècle (Paris, 1962), 347-48,(ref. to Delafosse in Haut-Sénégal-Niger vol.1, pp 256-257); (en) Crowder, Michael, "West Africa: an introduction to its history", Longman, 1977, p 31 (basé sur les travaux de Delafosse); (fr) Delafosse, Maurice, "Haut-Sénégal-Niger: Le Pays, les Peuples, les Langues"; "l'Histoire"; "les Civilizations". vols. 1-3, Paris: Émile Larose (1912), (eds : Marie François Joseph Clozel). En ce qui concerne le Ghana, il est surprenant de voir combien il a négligé le simple fait que les fondateurs étaient des membres des clans de chasse, même si l'épopée orale indique clairement si. Voir Monteil.
  63. Monteil, Charles, "Mélanges ethnologiques", Memoires de IFAN (Dakar), l953, no. 23, pp 359-408
  64. (fr) Monteil, Charles, "Mythe de Wagadou" [in] Bulletin de IFAN, no XXIX, B, 1-2, pp 134-149, Dakar, 1953, [in] "Les épopées d'Afrique noire", p 84, KARTHALA Éditions (2009), (ISBN 2811131418) [7]
  65. (en) Ajayi, J. F. Ade & Crowder, Michael, "History of West Africa", Volume 1. Longman, 1985, p 515, (ISBN 0582646839)
  66. (en)Phillips, Lucie Colvin, "Historical dictionary of Senegal", Scarecrow Press, 1981, pp 52-71 (ISBN 0-8108-1369-6)
  67. (fr) Institut fondamental d'Afrique noire, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, vol. 38, IFAN (1976), pp 504-557
  68. (en) Trimingham, John Spencer, "A history of Islam in West Africa", Oxford University Press, USA, 1970, p 234
  69. (en) Gamble, David P., & Salmon, Linda K. (& Alhaji Hassan Njie), "Gambian Studies No. 17. People of The Gambia. I. The Wolof with notes on the Serer and the Lebou", San Francisco 1985
  70. (en) Stride, G. T., Ifeka, Caroline, "Peoples and empires of West Africa: West Africa in history, 1000-1800", p 6, Africana Pub. Corp (1971)
  71. Houtsma, M. Th., "L-Moriscos", p 561 (ed: M. Th. Houtsma), BRILL, 1993, (ISBN 9004097910)
  72. La Dia Ogo n'était pas seulement une dynastie peul, mais aussi sérère, dont l'empreinte dans le Tekrour désormais Fuuta Tooro était très importante. voir: Becker, Charles, "Vestiges historiques, trémoins matériels du passé clans les pays Sereer", Dakar (1993) CNRS - ORS TO M; Histoire ancienne des Sérères et Histoire des Sérères du Moyen Âge à nos jours.
  73. (en) Clark, Andrew F., & Phillips, Lucie Colvin, "Historical Dictionary of Senegal". ed: 2, Metuchen, New Jersey : Scrarecrow Press (1994) p 265
  74. (en) Page, Willie F., "Encyclopedia of African history and culture: African kingdoms (500 to 1500)", pp 209, 676, vol.2, Facts on File (2001), (ISBN 0-8160-4472-4)
  75. (en)Streissguth, Thomas, "Senegal in Pictures, Visual Geography", Second Series, p 23, Twenty-First Century Books (2009), (ISBN 1-57505-951-7)
  76. (en) Oliver, Roland Anthony, Fage, John. D., "Journal of African history", Volume 10, p 367, Cambridge University Press (1969)
  77. a et b (en) Mwakikagile, Godfrey, "Ethnic Diversity and Integration in The Gambia: The Land, The People and The Culture," (2010), p 11, (ISBN 9987-9322-2-3)
  78. (en) Abbey, M T Rosalie Akouele, "Customary Law and Slavery in West Africa", Trafford Publishing (2011), pp 481-482, ISBN 1-4269-7117-6
  79. a et b (en) Mwakikagile, Godfrey, "Ethnic Diversity and Integration in The Gambia: The Land, The People and The Culture," (2010), p 241, (ISBN 9987-9322-2-3)
  80. (en) Page, Willie F., "Encyclopedia of African history and culture : African kingdoms (500 to 1500)", p 209. vol.2, Facts on File (2001), (ISBN 0-8160-4472-4)
  81. (en) Trimingham, John Spencer, "A history of Islam in West Africa", pp 174, 176 & 234, Oxford University Press, USA (1970)
  82. (en) Page, Willie F., "Encyclopedia of African history and culture : African kingdoms (500 to 1500)", p 676, vol. 2, Facts on File (2001), (ISBN 0-8160-4472-4)
  83. (en) Niane, Djibril Tamsir, "General History of Africa: Africa from the twelfth to the sixteenth century", pp 119-120, UNESCO (1984), (ISBN 9231017101) [8]
  84. (en) Abdur Rahman I. Doi, "Islam in Nigeria", Gaskiya Corp., 1984, p 9
  85. a et b (fr) Gravrand, Henry, "La Civilisation Sereer, Pangool", Nouvelles éditions Africaines, Dakar, 1990, p. 13, (ISBN 2-7236-1055-1)
  86. a et b (fr) Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, vol. 26-27, (1964)
  87. (en) Nnoli, Okwudiba, "Ethnic conflicts in Africa", p 241. CODESRIA, 1998. ISBN 2-86978-070-2
  88. (fr) "La famille Juuf" [in] « L'épopée de Sanmoon Fay », in Éthiopiques, no 54, vol. 7, 2e semestre 1991 [9]
  89. a, b et c (fr)} Ngom, Biram (Babacar Sédikh Diouf [in]), "La question Gelwaar et l’histoire du Siin", Université de Dakar, Dakar, 1987, p. 69
  90. (fr) Niane, Djibril Tamsir, "Histoire des Mandingues de l'Ouest: le royaume du Gabou", p 22, KARTHALA Éditions, 1989, (ISBN 2865372367)
  91. (fr) Gravrand, Henry, La Civilisation Sereer - Cosaan, Les origines, Nouvelles éditions africaines, 1983, p. 295-6 & 303 (ISBN 2723608778)
  92. Pour les dynasties vieux sérères paternels tels que la famille Diouf ou Joof et le Wagadou dynastie maternelle, voir: (en) Phillips, Lucie Colvin, "Historical dictionary of Senegal", Scarecrow Press, 1981, pp 52-71, (ISBN 0-8108-1369-6); (en) Clark, Andrew F. & Philips, Lucie Colvin, "Historical Dictionary of Senegal", Second Edition (1994); & (fr) Institut fondamental d'Afrique noire, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, volume 38, IFAN (1976), pp 557-504. Pour les Guelwars, voir : (fr) Sarr, Alioune, "Histoire du Sine-Saloum", Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker, BIFAN, Tome 46, Serie B, n° 3-4, 1986-1987, p 239 (p 21) - *
  93. (fr) Diouf, Niokhobaye, "Chronique du royaume du Sine" par suivie de notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin, Bulletin de l'Ifan, Tome 34, Série B, n° 4, (1972), p706
  94. a et b (en) Ham, Anthony, West Africa, Lonely Planet (2009), p 670, (ISBN 1741048214)
  95. (en) Charles, Eunice A., "Precolonial Senegal : the Jolof Kingdom, 1800-1890", African Studies Center, Boston University, (1977), pp 1-3
  96. (en) Conrad, David C., "Empires of Medieval West Africa", p 12, Infobase Publishing (2005), (ISBN 1-4381-0319-0)
  97. (en) Hair, Paul Edward Hedley, [in] "The Use of African Languages in Afro-European contacts in Guinea : 1440-1560", [in] "Sierra Leone Language Review", no. 5, 1966, p. 13 [10]
  98. (en) Hair, Paul Edward Hedley, "Africa encountered : European contacts and evidence, 1450-1700", Variorum (1997), pp 213-15 & 248, (ISBN 0-86078-626-9)
  99. Il était une corruption par Alvise, voir :(fr) Boulègue, Jean, "Le Grand Jolof, (XVIIIe - XVIe Siècle)", (Paris, Édition Façades), Karthala (1987), p 16
  100. Alvise Cadamosto, l'explorateur du XVe siècle en Sénégambie moderne n'avait jamais mis les pieds dans le pays sérère. Son navire a procédé à la Gambie, après un de ses interprètes wolof envoyé pour négocier les conditions d'esclaves avec la vie en communauté sérère locale à la frontière du Cayor a été tués sur place par cette communauté sérère. Ni Alvise, ni aucun de son parti a quitté le navire. Le navire a procédé à la Gambie. Depuis Alvise n'avait jamais entrés dans le pays sérère, la plupart de ses opinions sur les Sérères ont été en provenance de ses interprètes wolof. Les Wolofs du Cayor ont été dans des guerres constantes avec la communauté sérère vivant sur leur frontière. Les Wolofs du Cayor ont également été très peur de ces gens Sérères, comme rapporté par Alvise. En Kerr, Alvise se référer à des Sérères que sans rois. Toutefois, ces Sérères étaient ceux qui vivent à la frontière wolof du Cayor et a refusé de se soumettre aux rois du Cayor (le Damel). Alvise ne savais pas que le Royaume du Sine était en fait un royaume sérère, où le « Barbacini » - (une corruption de la Wolof « Bur-Ba Sine », « Bourba Sine » ou « Bar-ba Sine », qui signifie « roi du Sine ») a pris résidence. Voir: (fr) Boulègue, Jean, "Le Grand Jolof, (XVIIIe - XVIe Siècle)", (Paris, Édition Façades), Karthala (1987), p 16. Aussi : (en) Kerr, Robert, "A general history of voyages and travels to the end of the 18th century", pp 238-240, J. Ballantyne & Co. 1811; (fr) Verrier, Frédérique, "Introduction. Voyages en Afrique noire d'Alvise Ca'da Mosto (1455 & 1456)", p 136, Chandeigne, Paris, 1994; (en) Russell, Peter E., "Prince Henry 'the Navigator" : a life, New Haven, Conn: Yale University Press, 2000, pp 299-300
  101. a et b (fr) Ba, Abdou Bouri, "Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip", Avant-propos par Charles Becker et Victor Martin, Publié dans le Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, pp 10-27
  102. Une mission qui avait échappé à la dynastie Fall (var: Faal) à partir du XVIe au XIXe siècles. Voir : Fall.
  103. (fr) Fall, Tanor Latsoukabé, "Recueil sur la Vie des Damel", Introduit et commenté par Charles Becker et Victor. Martin, BIFAN, Tome 36, Série B, n° 1, janvier 1974
  104. (fr) Boulègue, pp 169-180
  105. Ils ne sont pas les Wolofs soit. Ils étaient à l'origine Maures noirs (« Naari Kajoor » « Maures du Cayor »), cependant ils sont devenus « wolofized » et adopté la culture wolof
  106. (en) Diop, Cheikh Anta, Modum, Egbuna P., "Towards the African renaissance: essays in African culture & development", 1946-1960, p 28
  107. a, b, c et d (fr) Ndiaye, Ousmane Sémou, "Diversité et unicité Sérères: L'exemple de la Région de Thiès", Ethiopiques, n°. 54, revue semestrielle de culture négro-africaine, Nouvelle série volume 7, 2e semestre 1991 [11]
  108. (fr) Diouf, Niokhobaye, "Chronique du royaume du Sine", Suivie de notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin. (1972). Bulletin de l'Ifan, Tome 34, Série B, n° 4, (1972). pp 722-733
  109. a et b (fr) Diouf, Mahawa, "L’INFORMATION HISTORIQUE : L’EXEMPLE DU SIIN", Ethiopiques n°. 54, revue semestrielle de culture négro-Africaine, Nouvelle série volume 7. 2e semestre 1991 [12]
  110. a, b et c Sarr, "Histoire du Sine-Saloum", pp 33-5
  111. « Diogomay » variation : « Jogoymay » en Gambie).
  112. a et b (en) Klein, Martin, "Islam and Imperialism in Senegal, Sine-Saloum", p 130
  113. Titres du chef de Sabakh et Sandia (ou Sanjal), respectivement. Les deux Etats étaient tributaires du royaume du Saloum.
  114. a et b Klein, pp 74-75
  115. (en) Joof, Alhaji Alieu Ebrima Cham, "Senegambia, the land of our heritage", (1995)
  116. (wolof) Camara, Alhaji Sait, [in] GRTS programmes, "Sunu Chossan"
  117. Variations : Samba Laobé Fall ou Samba Laobé Latsouck Sira Diogop Fall. Ne pas confondre avec Damel Samba Laobé (roi de Cayor).
  118. Variation : Mang Codou
  119. Chef du conseil noble des électeurs responsables de l'élection des rois de la famille royale. Il était équivalent à un Premier ministre en pays sérère.
  120. Sarr, p. 37-38
  121. Diouf, Niokhobaye, pp 726-727
  122. (fr) Kesteloot, Lilyan; Mbodj, Chérif; Ba, Seydou, "Contes et mythes wolof" (critique), (ed : Lilyan Kesteloot, Chérif Mbodj), Nouvelles Éditions Africaines, 1983, p. 15, 111, 179-80
  123. (en) John D. Tuxill, Gary Paul Nabhan, World Wide Fund for Nature", Royal Botanic Gardens, Kew, "People, Plants, and Protected Areas: A Guide to in Situ Management", p 50
  124. a et b Klein, Martin A. "Islam and Imperialism in Senegal Sine-Saloum, 1847-1914." Edinburgh University Press (1968). p XV
  125. Le Soleil (Senegal)
  126. (en) Diallo, Ibrahima, "The Politics of National Languages in Postcolonial Senegal"
  127. Voir : Alhaji Alieu Ebrima Cham Joof. (en) Abstract imprimé sur The Point (Un journal gambienne) : "Message to the Founding Fathers of the OAU at their First Conference at Addis Ababa, 1st May 1963", (2006)
  128. (en) Meredith, "The Fate of Africa", p 367, Public Affaires (2005)
  129. (fr) "Ibrahima Sarr (in) BBCAfrique.com
  130. (en) "Pro-coup leader to stand in Mauritania presidential poll" (in) AFP
  131. (fr) site "FLAM"
  132. a et b (en) « Pap Saine: World Press Freedom Hero », International Press Institute,‎ juillet 2010 (consulté le 22 mai 2012)
  133. a et b (en) Ladstaetter, Valentin, & Pannasch, Laura, « Interview with IPI World Press Freedom Hero Pap Saine », International Press Institute,‎ 21 septembre 2010 (consulté le 22 mai 2012)
  134. (en) "Stone Circles of Senegambia" [in] UNESCO
  135. Voir : Histoire ancienne des Sérères.
  136. (en) "The Point" editor arrested on charges of "spreading false information" (in) IFEX
  137. (en) "Adjournment of trials facing editor of the daily The Point" [in] Reporters sans frontières

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Gravrand, Henry, La Civilisation Sereer - Pangool, vol.2, Les Nouvelles Éditions Africaines du Senegal, 1990, (ISBN 2-7236-1055-1)
  • (fr) Gravrand, Henry, La civilisation Sereer, VOL.1, Cosaan : les origines, Nouvelles Éditions africaines, 1983, (ISBN 2723608778)
  • (fr) Gravrand, Henry : « L’HERITAGE SPIRITUEL SEREER : VALEUR TRADITIONNELLE D’HIER, D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN » [in] Ethiopiques, no  31, révue socialiste de culture négro-africaine, 3e trimestre 1982 [13]
  • (en) Human Evolution, The Smithsonian Institution's Human Origins Program
  • (en) Goodman M, Tagle D, Fitch D, Bailey W, Czelusniak J, Koop B, Benson P, Slightom J (1990). Primate evolution at the DNA level and a classification of hominoids. J Mol Evol 30 (3): p. 260–266
  • (fr) Descamps, Cyr, Contribution a la Préhistoire de l'Ouest-sénégalais, thèse, Paris, p 315. (inédit : p 126)
  • (fr) Diouf, Mahawa, « L’INFORMATION HISTORIQUE : L’EXEMPLE DU SIIN », Ethiopiques no 54. Revue semestrielle de culture négro-Africaine. Nouvelle série volume 7. 2e semestre 1991 [14]
  • (fr) Descamps, Cyr, « Quelques réflexions sur le Néolithique du Sénégal », vol. 1, pp 145-151, West African Journal of Archaeology (1981)
  • (fr) Dagan, Th., « Le Site préhistorique de Tiémassas (Sénégal) », pp 432-438, Bulletin de l'Institut Français d'Afrique Noire (1956)
  • (en) McMahon, Robin, On the Origin of Diversity, Filament Publishing Ltd, 2011, (ISBN 1905493878)
  • (en) UNESCO, General history of Africa, vol.1, Methodology and African Prehistory, (UNESCO International Scientific Committee for the Drafting of a General History of Africa), Heinemann Publishers, University of California Press, UNESCO, 1981, (ISBN 0 435 94807-5) (cased)
  • (en) Clémentine Faïk-Nzuji Madiya, Canadian Museum of Civilization, Tracing memory: a glossary of graphic signs and symbols in African art and culture, Canadian Centre for Folk Culture Studies, International Centre for African Language, Literature and Tradition (Louvain, Belgium). (ISBN 0-660-15965-1), p. 27, 115
  • (en) Professor Maranz, David, Ph.D., « Discovery of the Raampa pictograhic writing. » in Phoenicia.org [15]
  • (en) Rake, Alan, New African yearbook, Volumes 1999-2000, Africa Book Centre Limited, 2000, (ISBN 0905268636)
  • (en) Rigby, Leonard D. Katz, Evolutionary Origins of Morality : Cross-disciplinary Perspectives, Imprint Academic, (ISBN 0719056128) [16]
  • (fr) Sarr, Alioune, Histoire du Sine-Saloum, Introduction, bibliographie et notes par Charles Becker, BIFAN, Tome 46, Serie B, no 3-4, 1986–1987
  • (fr) Diouf, Niokhobaye, « Chronique du royaume du Sine » par suivie de Notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin. Bulletin de l'Ifan, Tome 34, Série B, no 4, 1972
  • (en) Diamond, Jared (1999). Guns, Germs, and Steel, New York: Norton Press, (ISBN 0-393-31755-2)
  • (en) A. Secka, I. Sow and M. Niass. Collaborators: A.D. Ndoye, T. Kante, A. Thiam, P. Faye and T. Ndiaye. Senegal, Horticonsult, The biodiversity of traditional leafy vegetables
  • (en) Mwakikagile, Godfrey, The Gambia and Its People: Ethnic Identities and Cultural Integration in Africa (2010), (ISBN 9987-16-023-9)
  • (en) Mwakikagile, Godfrey, Ethnic Diversity and Integration in The Gambia: The Land, The People and The Culture, (2010), (ISBN 9987932223)
  • (en) University of Calgary, Dept. of Archaeology, Society of Africanist Archaeologists in America, Society of Africanist Archaeologists, Newsletter of African archaeology, Issues 47-50, Dept. of Archaeology, University of Calgary, 1997
  • (fr) Becker, Charles: Vestiges historiques, trémoins matériels du passé clans les pays sereer. Dakar. 1993. CNRS - ORS TO M
  • (en) Foltz, William J., « From French West Africa to the Mali Federation », vol. 12 of Yale studies in political science, p. 136, Yale University Press, (1965)
  • (fr) Chavane, Bruno A., Villages de l’ancien Tekrour, Vol.2. Hommes et sociétés. Archéologies africaines, KARTHALA Éditions, 1985, (ISBN 2865371433) [17]
  • (en) Laude, Jean, The Arts of Black Africa, University of California Press, 1973 (trad : Jean Decock), (ISBN 0520023587) [18]
  • (en) Ben-Jochannan, Yosef, Black Man of the Nile and His Family, ed. 2, Black Classic Press, 1972, (ISBN 0933121261)
  • (en) Ajayi, J. F. Ade, Crowder, Michael, History of West Africa, Volume 1, Longman, 1985, (ISBN 0582646839)
  • (en) African Studies Association, History in Africa, Volume 11, African Studies Association., 1984, the University of Michigan
  • (fr) Monteil, Charles, « Fin de siècle à Médine » (1898–1899), Bulletin de l'lFAN, vol. 28, série B, no 1-2, 1966,
  • (fr) Monteil, Charles, « La légende officielle de Soundiata, fondateur de l'empire manding », Bulletin du Comité d 'Études historiques et scientifiques de l 'AOF, tome VIII, no 2, 1924
  • (fr) Cornevin, Robert, Histoire de l'Afrique, Tome I : des origines au XVIe siècle (Paris, 1962)
  • (en) Crowder, Michael, West Africa: an introduction to its history, Longman, 1977
  • (fr) Delafosse, Maurice, Haut-Sénégal-Niger: Le Pays, les Peuples, les Langues ; l'Histoire ; les Civilizations. vols. 1-3, Paris: Émile Larose (1912), (ed : Marie François Joseph Clozel)
  • (fr) Monteil, Charles, Mélanges ethnologiques, Memoires de IFAN (Dakar), l953, no. 23
  • (en) Phillips, Lucie Colvin, Historical dictionary of Senegal, Scarecrow Press, 1981, (ISBN 0-8108-1369-6)
  • (fr) Institut fondamental d'Afrique noire, Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, Volume 38. IFAN, 1976
  • (en) Clark, Andrew F. & Philips, Lucie Colvin, Historical Dictionary of Senegal, Second Edition (1994)
  • (en) Trimingham, John Spencer, A history of Islam in West Africa, Oxford University Press, USA, 1970
  • (en) Gamble, David P., & Salmon, Linda K. (& Alhaji Hassan Njie), Gambian Studies No. 17. People of The Gambia. I. The Wolof with notes on the Serer and the Lebou, San Francisco (1985)
  • (en) Stride, G. T., Ifeka, Caroline, Peoples and empires of West Africa: West Africa in history, 1000-1800, Africana Pub. Corp (1971)
  • Houtsma, M. Th., "L-Moriscos", (ed : M. Th. Houtsma), BRILL, 1993, ISBN 9004097910
  • (en) Page, Willie F., "Encyclopedia of African history and culture: African kingdoms (500 to 1500)", Vol.2, Facts on File (2001), (ISBN 0-8160-4472-4)
  • (en) Niane, Djibril Tamsir, General History of Africa: Africa from the twelfth to the sixteenth century, Unesco, 1984, (ISBN 9231017101)
  • (fr) Niane, Djibril Tamsir, Histoire des Mandingues de l'Ouest: le royaume du Gabou, KARTHALA Éditions, 1989, (ISBN 2865372367)
  • (en) Abdur Rahman I. Doi, Islam in Nigeria, Gaskiya Corp., 1984, p. 9
  • (fr) Bulletin de l'Institut fondamental d'Afrique noire, vol. 26-27, 1964
  • (en) Nnoli, Okwudiba, Ethnic conflicts in Africa, CODESRIA, 1998, (ISBN 2-86978-070-2)
  • (fr) La famille Juuf [in] « L'épopée de Sanmoon Fay », in Éthiopiques, no 54, vol. 7, 2e semestre
  • (fr) Ngom, Biram (Babacar Sédikh Diouf [in]), La question Gelwaar et l’histoire du Siin, Université de Dakar, Dakar, 1987
  • (en) Ham, Anthony, West Africa, Lonely Planet (2009), (ISBN 1741048214)
  • (en) Charles, Eunice A., Precolonial Senegal: the Jolof Kingdom, 1800-1890, African Studies Center, Boston University, 1977
  • (en) Conrad, David C., Empires of Medieval West Africa, Infobase Publishing, 2005, (ISBN 1-4381-0319-0)
  • (en) Hair, Paul Edward Hedley, Africa encountered: European contacts and evidence, 1450-1700, Variorum, 1997 (ISBN 0-86078-626-9)
  • (fr) Boulègue, Jean, Le Grand Jolof, (XVIIIe - XVIe siècle), (Paris, Édition Façades), Karthala (1987)
  • (en) Kerr, Robert, A general history of voyages and travels to the end of the 18th century, p. 238-240, J. Ballantyne & Co. 1811;
  • (fr) Verrier, Frédérique, Introduction. Voyages en Afrique noire d'Alvise Ca'da Mosto (1455 & 1456), p. 136, Chandeigne, Paris, 1994
  • (en) Russell, Peter E., Prince Henry 'the Navigator : a life, New Haven, Conn: Yale University Press, 2000, p-p. 299-300
  • (fr) Ba, Abdou Bouri, Essai sur l’histoire du Saloum et du Rip, Avant-propos par Charles Becker et Victor Martin. Publié dans le Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, p. 10–27
  • (fr) Fall, Tanor Latsoukabé, Recueil sur la Vie des Damel, Introduit et commenté par Charles Becker et Victor. Martin, BIFAN, Tome 36, Série B, no 1, janvier 1974
  • (fr) Ndiaye, Ousmane Sémou, Diversité et unicité Sérères: L'exemple de la Région de Thiès, Ethiopiques, no 54, revue semestrielle de culture négro-africaine, Nouvelle série volume 7, 2e semestre 1991 [19]
  • (en) Klein, Martin A. Islam and Imperialism in Senegal Sine-Saloum, 1847-1914, Edinburgh University Press (1968), (ISBN 85224 029 5[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Galvan, Dennis Charles, The State Must be our Master of Fire : How Peasants Craft Culturally Sustainable Development in Senegal, Berkeley, University of California Press, (2004), (ISBN 978-0-520-23591-5)
  • (en) Price, Joan A., Sacred Scriptures of the World Religions: An Introduction, Continuum International Publishing Group (2010), (ISBN 082642354X)

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

  • (en) Sonko-Godwin, Patience, Ethnic groups of the Senegambia Region, Sunrise Publishers Ltd (2003), (ISBN 9983990062[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Sonko-Godwin, Patience, Leaders of the Senegambia Region, Reaction to European infiltration 19th-20th Century, Sunrise Publishers Ltd (1995), (ISBN 998386002[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Joof, Alh. A.E. Cham, Senegambia, The land of our heritage
  • (fr) Faye, Louis Diène, Mort et Naissance le monde sereer, Les Nouvelles Édition Africaines (1983), (ISBN 2-7236-0868-9)
  • (fr) Crousse, Bernard, Le Bris, Émile & Le Roy, Étienne, Espaces disputés en Afrique noire : pratiques foncières locales, Karthala, (ISBN 2-86537-146-8)
  • (fr) Gastellu, Jean-Marc, L'égalitarisme économique des Serer du Sénégal, ORSTOM, Paris, 1981, (ISBN 2-7099-0591-4) (Thèse de Sciences économiques soutenue à l'Université Paris 10 en 1978)
  • (fr) Cyr Descamps, Guy Thilmans et Y. ThommeretLes tumulus coquilliers des îles du Saloum (Sénégal), Bulletin ASEQUA, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 1979, no 54
  • (fr) Kalis, Simone, Médecine traditionnelle, religion et divination chez les Seereer Siin du Sénégal, (La connaissance de la nuit), L'Harmattan (1997), (ISBN 2-7384-5196-9)
  • (en) Ngom, Pierre, Gaye, Aliou, & Sarr, Ibrahima, Ethnic Diversity and Assimilation in Senegal: Evidence from the 1998 Census, University of Pennsylvania - African Census Analysis Project (ACAP), (February 2000)