Chronologie de l'histoire du Québec (1841 à 1866)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lys-blanc.svgChronologie de l'histoire du QuébecLys-blanc.svg
1791 à 1840 1841 à 1866 1867 à 1899

Cette section de la Chronologie de l'histoire du Québec concerne les événements entre l'entrée en vigueur de l'Acte d'Union et l'adoption de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

Années 1840[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1840 - 1841 : sanctionné par la Reine le 23 juillet 1840, l'Acte d'Union entre en vigueur le 5 février 1841, créant le Canada-Uni. Le Haut-Canada et le Bas-Canada sont réunies en une colonie unique. La Chambre comporte le même nombre de députés pour le Haut-Canada (450 000 habitants) que pour le Bas-Canada (650 000 habitants). Ce régime suscite de vives tensions dans la population francophone du Bas-Canada, qui s'estime sous-représentée et lésée: les dettes sont partagées per capita, sur l'ensemble de la population, alors que la dette du Haut-canada surpasse très largement celle du Bas-Canada.
  • 1840 : inauguration du premier service transatlantique régulier.
  • 1840 : Mgr Ignace Bourget devient évêque de Montréal et va en Europe pour y recruter des prêtres. C'est la première fois qu'un évêque peut quitter le pays sans en demander la permission au gouvernement britannique.
  • 1840 , 25 août : Adresse aux électeurs de Terrebonne de Louis-Hippolyte La Fontaine.
  • 1841 : trois villes seulement sont organisées en corporation : Québec, Montréal et Toronto.
  • 1841 : création des bureaux d'examinateurs distincts pour les catholiques et les protestants qui sont responsables de l'engagement des instituteurs, d'approuver les programmes et les manuels scolaires.
  • 1842 : sous la pression des milieux d’affaires, de la Natural History Society of Montreal, de la Literary and Historical Society of Quebec et de quelques députés, il est proposé, dès la première session du nouveau parlement du Canada-Uni en juillet 1841, de créer la Commission géologique du Canada qui amorcera ses activités en 1842. Cette commission donnera naissance à la première équipe scientifique du Canada. Ses bureaux sont situés sur le campus de l’Université McGill. Les géologues dominent la scène scientifique canadienne à cette époque[1].
  • 1843 : le parlement du Canada-Uni soustrait le Haut-Canada à la législation scolaire de 1841 qui réunissait les deux provinces sous une même loi. À partir de ce moment, soit vingt-quatre ans avant que la Confédération ne le stipule, l'éducation est du ressort provincial.
  • 1843 : Un groupe de médecins montréalais opposés à ceux de l’Université McGill créent l’École de médecine et de chirurgie de Montréal. Les cours sont donnés en français et en anglais à l'Hôtel-Dieu de Montréal.
  • 1844 : naissance de l'Institut canadien de Montréal le 17 décembre.
  • 1845 : le deux tiers de la ville de Québec est détruit à cause des incendies de l'été 1845.
  • 1845 à 1847 : la grande famine en Irlande entraîne une immigration massive à Montréal.
  • 1845 à 1852 : François-Xavier Garneau publie son Histoire du Canada de la découverte à nos jours en quatre volumes.
  • 1845 : deux ans après Montréal, on fonde une École de médecine à Québec. En 1854, elle donnera naissance à la Faculté de médecine à l’Université Laval qui ouvrira ses portes en 1852.
  • 1846 : l’abolition des Corn Laws par la Grande-Bretagne ruine une économie coloniale basée depuis peu sur le blé et les moulins à farine.
  • 1848 : l'article 41 de l'Acte d'Union est amendé. Il est maintenant légal d'employer la langue française au Parlement. Le français reprend son statut de langue de traduction.
  • 1848 : ouverture de l'Institut canadien de Québec.
  • 1849 : le premier gouvernement responsable est formé. Une coalition libérale sous Robert Baldwin du Canada-Ouest et Louis-Hippolyte La Fontaine du Canada-Est dirige le gouvernement du Canada-Uni.
  • 1849 : le 25 avril, le Parlement adopte le Rebellion Losses Bill qui compense les pertes matérielles encourues par bon nombre de personnes durant la rébellion de 1837-38. Le même jour, des loyalistes brûlent le Parlement du Canada à Montréal lors d'une manifestation. Voir Incendie du Parlement du Canada-Uni.
  • 1849 : le 11 octobre, un manifeste annexionniste faisant la promotion du rattachement du Canada aux États-Unis est publié dans le journal The Montreal Gazette.
  • 1849 : le droit de vote aux femmes, qui avait été accordé par l'Acte constitutionnel de 1791, est retiré. Dès 1834, Louis-Joseph Papineau et les Patriotes désiraient corriger cette «anomalie historique».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Chartrand, Luc; Duchesne, Raymond et Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec, Montréal, Boréal, 1987, p. 131-132.

Années 1850[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Années 1860[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1860 : inauguration du pont Victoria, pont ferroviaire reliant l'île de Montréal à la rive sud du Saint-Laurent (ouvert en 1859).
  • 1863 : une Bourse privée, le Board of Brokers, est créée et elle sera incorporée en 1874, pour former le Montreal Stock Exchange.
  • 1864 : les chefs gouvernementaux conservateurs organisent des conférences à huis-clos sur un projet de confédération des colonies britanniques de l'Amérique du Nord.
  • 1865 : début de la construction des Forts-de-Lévis
  • 1866 : fin du traité de réciprocité avec les États-Unis.
  • 1866 : le Code civil du Bas-Canada ravale les femmes au rang de mineures : elles ne peuvent, en cas de séparation, avoir la garde de leurs enfants; elles ne peuvent pas non plus se défendre ou intenter une action en justice ou, encore, recevoir un héritage.

Lys-blanc.svgChronologie de l'histoire du QuébecLys-blanc.svg
1791 à 1840 1841 à 1866 1867 à 1899