Chronique de Skylitzès de Madrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chronique de Jean Skylitzès de Madrid
Image illustrative de l'article Chronique de Skylitzès de Madrid
f.109 : Léon VI et les Bulgares
Artiste Anonyme
Date vers 1150-1175
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 35,5 × 27 cm 235 folios reliés
Localisation Bibliothèque nationale d'Espagne, Madrid (Drapeau de l'Espagne Espagne)
Numéro d'inventaire Vitr. 26-2

Le Chronique de Skylitzès dit de Madrid est un manuscrit enluminé contenant la chronique de Jean Skylitzès décorée de 577 miniatures. Il est actuellement conservé à la bibliothèque nationale d'Espagne (Gr. Vitr.26-2).

Historique[modifier | modifier le code]

Le manuscrit ne mentionne pas son origine, mais son écriture comporte de grandes similarités avec un manuel de médecine arabe traduit en grec provenant d'un scriptorium du Sud de l'Italie (Bibliothèque apostolique vaticane, Vat.Gr.300) ainsi qu'avec document bilingue produit par la chancellerie de Roger II de Sicile à Palerme (Patti, Archives capitulaires, I.164). Les illustrations sont très proches de celles d'un manuscrit d'un poème de Pierre d'Éboli produit à Palerme pour Henri VI du Saint-Empire dans les années 1190 (Berne, Burgerbibliothek, lat.120). Le manuscrit aurait donc été produit sous le patronage du roi de Sicile Roger II et son fils Guillaume, dans le troisième quart du XIIe siècle[1].

Par la suite, le manuscrit est attesté au monastère du Saint-Sauveur de Messine au cours du XVe siècle. Il entre 1712 à la bibliothèque royale de Madrid[1].

Description et analyse iconographique[modifier | modifier le code]

Le chronique de Jean Skylitzès a été écrite vers 1070 et son succès est attesté dans les années suivantes par la production de ce manuscrit une centaine d'année plus tard. Le manuscrit a perdu des pages en son centre ainsi qu'à la fin mais conserve encore 577 miniatures. Certaines pages ont été laissées vides par les scribes sans qu'elles aient été remplies par les enlumineurs[1].

Les spécialistes distinguent deux grands types de miniatures : celles d'inspiration purement byzantine et celles présentant une influence occidentale. Un certain nombre de miniatures présentent aussi une familiarité avec le style des peintures musulmanes. C'est sans doute une équipe complètes d'enlumineurs, mélangeant ces trois influences, qui est sans doute à l'origine du manuscrit. Une telle équipe pouvait tout à fait être réunie en Sicile à cette époque. L'histoire des empereurs d'Orient a sans doute inspiré les rois normands de Sicile, flattant ainsi leurs ambitions impériales[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William D. Wixom, The Glory of Byzantium : art and culture of the Middle Byzantine era, A.D. 843-1261, New York, The Metropolitan Museum of Art,‎ 1997, 574 p. (ISBN 9780810965072, lire en ligne), p. 501-502 (notice 338)
  • André Grabar et M. Manoussacas, Illustration du manuscrit de Skylitzès de la Bibliothèque nationale de Madrid, coll. « Bibliothèque de l'Institut hellénique d'études byzantines et post-byzantines de Venise » (no 10) Venise : Institut hellénique d'études byzantines et post-byzantines de Venise, 1979, 210 p.
  • (en) Vasiliki Tsamakda, Illustrated chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde : Alexandros, 2002, 436 p. ISBN 9789080647626

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d The Glory of Byzantium, p. 501-502