Chromatics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chromatics

Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Musique électronique
Années actives Depuis 2001
Labels Gold Standard Laboratories
Italians Do it Better
Site officiel www.myspace.com/chromatics
Composition du groupe
Membres Ruth Radelet
Adam Miller
Nat Walker
Johnny Jewel
Anciens membres Hannah Blilie
Devin Welch
Michelle Nolan
Maximillion Ronald Avila
Nat Sahlstrom
Nate Preston
Aleesha Whitley
Chelsea Mosher

Chromatics est un groupe américain de musique électronique originaire de Portland, fondé en 2001[1]. Le groupe est composé de Ruth Radelet (voix), Adam Miller (guitare), Nat Walker (batterie), et Johnny Jewel (producteur, instruments variés)[2]. Le dernier album du groupe, Kill for Love, est sorti le 26 mars 2012.

Au départ, le groupe décrivait sa musique comme du punk rock et du lo-fi, qui était qualifiée de « bruyante » et de « chaotique ». Après de nombreux changements au sein du groupe, qui laissèrent Adam Miller seul membre d'origine, le groupe signa chez le label "Italians Do It Better". Johnny Jewel est aussi membre et fondateur des groupes Glass Candy et Desire[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • Beach of Infants / Steps (Hand Held Heart, 2001)
  • Arms Slither Away / Skill Fall (K, 2002)
  • Cavecare (Hand Held Heart, 2002)
  • Ice Hatchets / Curtains (Gold Standard Laboratories, 2003)
  • Healer / Witness (Italians Do It Better, 2005)
  • Nite (Italians Do It Better, 2006)
  • In Shining Violence (Italians Do It Better, 2007)
  • In The City (Italians Do It Better, 2010)
  • Into The Black (Kill For Love, 2012)

Autres apparitions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chronique de Night Drive, Christophe Basterra , Magic, n°115, novembre 2007.
  2. Nickel Chromatics, Géraldine Sarratia, Les Inrockuptibles, 25 mai 2012.
  3. Johnny Jewel : «J’ai envie que tout le monde aime ma musique», Elvire Von Bardeleben, Libération, 11 juin 2013.

Voir Aussi[modifier | modifier le code]