Christophe Sirchis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christophe Sirchis[1] est un musicien et réalisateur français né à Champlan le 6 avril 1957.

Carrière[modifier | modifier le code]

Frère aîné de Nicola et Stéphane Sirkis du groupe Indochine, Christophe Sirchis débute sa carrière en 1983 à la CLT (Compagnie Luxembourgeoise de Télévision, RTL Luxembourg) dans l'équipe chargée de mettre en place une chaîne de télévision commerciale en France, jusqu'au démarrage de M6 (dont la CLT ne sera qu'en partie actionnaire). Il refuse alors un poste à M6 à Paris et devient indépendant.

Producteur réalisateur de programmes publicitaires et corporate, il a composé des musiques pour la pub et des films documentaires (dont La BD a 100 ans en 1996 avec son frère Stéphane). Il a aidé ses frères à produire le clip d'Indochine Kao Bang en 1984.

En 1993, il élargit son horizon professionnel et développe ses activités en France. Il produit et réalise notamment des programmes pour le groupe Euro RSCG dont une campagne primée au Festival de Biarritz en 1993. Il a également développé le volet audiovisuel aux Eurockéennes de Belfort de 1994 à 1998, appliquant des méthodes de production alors peu répandues dans les festivals en France : dispositif de captation des concerts et d'enregistrement du son, coproductions franco-anglo-japonaises et constitution d'équipes franco-anglaises pour capter un grand nombre de concerts devenus historiques pour certains : Best-of Belfort 94-95 (Simply Sampling Belfort- Arte), Best-of Belfort 96, 97, 98. Radiohead Special (ITV, FujiTV), Lou Reed Halloween Special 96 (ABC TV), Arte Live Juillet 97 et 98 (Noir Désir, Iggy Pop, Jean-Louis Aubert...).

De nombreux CD audio sont issus des enregistrements réalisés en direct à Belfort lors de concerts entre 1994 et 1998 (FFF, Suicidal Tendencies, No One Is Innocent, Dolly...). Le DVD de Noir Désir "En images" sorti en 2005 et qui contient une version du concert retransmis en direct en juillet 1997 a été primé aux Victoires de la musique 2006.

Starmustang[modifier | modifier le code]

En février 2009, Christophe Sirchis publie Starmustang, un livre qu'il présente comme un hommage à son frère Stéphane Sirkis, guitariste compositeur du groupe Indochine décédé le 27 février 1999. Christophe Sirchis explique que son témoignage était devenu une nécessité pour rendre hommage à Stéphane et aussi lui rendre justice : "Une nécessité aussi pour que notre histoire puisse servir à tous ceux qui éprouvent des problèmes de séparation, de divorce, d'éducation, d'alcool, de drogue, d'égoïsme, ceux qui se trouvent confrontés à l'hypocrisie des familles, au silence ingrat qui caractérise les rapports sordides qui peuvent exister lors d'une union entre deux personnes issues de familles dont les origines et les idéologies diffèrent".

Ce livre donne le point de vue personnel de Christophe Sirchis sur les événements ayant précédé la mort de son frère Stéphane. Il y critique le comportement de Nicola Sirkis[2] qu'il avait déjà dénoncé dans une déclaration publique faite à Rennes le 20 mars 2004 et reprise par certains sites Internet.

Les fans de Nicola Sirchis critiquent cet étalage de dissensions familiales sur les forums de discussion consacrés au groupe, et font remarquer la présence répétée de la fille de Stéphane aux côtés de Nicola, notamment lors du concert d'Indochine au stade de France le 26 juin 2010 qu'ils interprètent comme un soutien moral et le signe que Nicola ne s'est pas mal comporté à l'égard de son jumeau Stéphane.

Les avocats de Nicola demandèrent à Christophe Sirchis de pouvoir procéder à la relecture de Starmustang[2]. Cette relecture aboutit à retirer 687 phrases du manuscrit initial.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le patronyme Sirkis était à l'origine écrit en alphabet cyrillique avec l'équivalent du k en alphabet latin, mais la famille Sirkis vivant en Moldavie, région annexée par la Roumanie, dut retranscrire son nom en roumain ; or le roumain ne connaît pas le k et utilise la graphie ch pour le retranscrire. Quand les grands-parents paternels de Christophe Sirkis vinrent s'installer en France, ils adoptèrent l'orthographe avec ch bien que celle avec un k soit celle d'origine.
  2. a et b Entretien de Christophe Sirchis sur la radio Lens Info du 17 avril 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]