Christine (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christine.
Christine
Auteur Stephen King
Genre Roman
Fantastique
Version originale
Titre original Christine
Éditeur original Viking
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 29 avril 1983
ISBN original 978-0670220267
Version française
Traducteur Marie Milpois
Lieu de parution Paris
Éditeur Albin Michel
Collection Romans étrangers
Date de parution 31 janvier 1984
Type de média Livre papier
Nombre de pages 360
ISBN 978-2226019431

Christine (titre original : Christine) est un roman fantastique de Stephen King publié en 1983. Il est dédicacé au réalisateur George Romero, avec qui l'écrivain a collaboré sur Creepshow, sorti en 1982.

Résumé[modifier | modifier le code]

Arnie Cunningham est un adolescent acnéique et complexé, mais intelligent. Quand ce jeune homme aperçoit Christine pour la première fois, l'émotion est à son comble. Il ne peut résister à cette magnifique apparition aux formes aussi parfaites que splendides. Arnie sait à cet instant que son existence sera définitivement liée à cette sublime créature. Mais Christine est jalouse. Ce qui n'est pas rien car Christine est une voiture, et plus précisément une Plymouth Fury modèle 1958 hantée. Doué en mécanique, le jeune homme remet la voiture en état de rouler mais Christine étend peu à peu son emprise sur Arnie et va jusqu'à essayer de tuer sa rivale, Leigh.

Dennis, le meilleur ami d'Arnie, qui n'a pas aimé cette voiture dès le début et voit le comportement de son ami changer, mène son enquête sur le passé du véhicule et, après une série de morts étranges sur la personne de voyous ayant vandalisé Christine, devient persuadé que la voiture est animée d'une vie propre. Le véhicule semble également pouvoir se réparer tout seul, et d'autres morts surviennent, dont celle d'un inspecteur qui enquêtait sur l'affaire de la mort des voyous.

Avec l'aide de Leigh, qui a rompu avec Arnie et est désormais sa petite amie, Dennis décide alors de la détruire, et tous deux, profitant d'une absence d'Arnie, finissent par y arriver à l'aide d'un camion à vider les fosses septiques, après quoi Christine se fait compresser à la casse. Ils apprennent peu après qu'Arnie et sa mère sont morts dans un accident de voiture, apparemment causé par une lutte entre Arnie et l'esprit de l'ancien propriétaire de Christine, Arnie voulant se libérer de son emprise.

L'épilogue se situe quatre ans plus tard. Dennis et Leigh se sont séparés, et Dennis apprend par le journal que le probable dernier membre de la bande de voyous qui avait vandalisé Christine s'est fait écraser par une voiture. Dennis pense alors que Christine a fini par se reconstruire et qu'elle va vouloir se venger.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Arnold Cunningham : Surnommé Arnie par son entourage. Arnie est la victime des moqueries du groupe de Buddy Reperton.
  • Dennis Guilder : Meilleur ami d'Arnie. Populaire et beau gosse.
  • Leigh Cabot : Plus belle fille du lycée, petite amie d'Arnie puis de Dennis.

Accueil et distinctions[modifier | modifier le code]

Le roman est resté 32 semaines, avec un meilleur classement à la deuxième place, sur la New York Times Best Seller list, y apparaissant le 10 avril 1983[1]. Le Publishers Weekly le classe à la cinquième place des meilleures ventes de romans aux États-Unis en 1983[2].

Christine a été nommé au prix Locus du meilleur roman de fantasy 1984, terminant à la sixième place[3].

Analyse[modifier | modifier le code]

Christine est considéré par de nombreux critiques comme l'un des romans les plus faibles de Stephen King mais a néanmoins ses adeptes. Michael R. Collings met l'accent sur le côté mélodramatique de l'histoire, qui « s'approche parfois de l'absurde », et les « personnages qui flirtent avec les stéréotypes ». La rupture dans la narration à la première personne lorsque Dennis est à l'hôpital « renforce l'impression d'être en face d'une histoire ratée » mais le récit est néanmoins sauvé en partie par « la force de son mouvement narratif », explorant « le sujet de la possession par un fantôme avec l'habituelle énergie et la verve de King ». Le roman est chargé de symboles sur le passage à l'âge adulte, Christine ayant 21 ans au moment du récit et la société américaine entrant dans une époque « de pénurie d'essence » où les excès de consommation deviennent presque inacceptables. Il traite de « l’ambiguïté de l'adolescence », reflétant à la fois « l'insécurité et les frustrations » de cet âge, tout en critiquant la société américaine de l'époque. King poursuit également sa série de portraits de parents destructeurs à travers les mensonges et l'hypocrisie des parents d'Arnie[4].

Liens avec d'autres œuvres de Stephen King[modifier | modifier le code]

Christine fait une réapparition dans Ça où Grippe-Sou l'envoie servir de véhicule à Henry Bowers.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Christine.

Le réalisateur John Carpenter a adapté le roman au cinéma dès 1983, les droits d'adaptation du livre ayant été achetés avant même sa sortie.

Livre audio en français[modifier | modifier le code]

  • Stephen King (trad. Marie Milpois), Christine [« Christine »], Paris, Éditions Thélème,‎ 20 mai 2010 (ISBN 978-2-87862-624-7, résumé)
    Texte intégral ; narrateur : Paul Barge ; support : 2 disques compacts audio MP3 ; durée : 13 h 7 min environ ; référence éditeur : Éditions Thélème 930. La pochette du livre audio indique, par erreur, une durée de 13 h 30 min.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Adult New York Times Best Seller Lists for 1983 », The New York Times (consulté le 19 mars 2011)
  2. (en) « 1980's Bestsellers », sur calderbooks.com (consulté le 19 mars 2011)
  3. (en) « 1984 Locus Awards », Locus Magazine (consulté le 19 mars 2011)
  4. George Beahm, Tout sur Stephen King, Lefrancq,‎ 1996 (ISBN 2-87153-337-7), p. 339-342