Christian Zervos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian Zervos, né en 1889 à Argostoli sur l'île de Céphalonie en Grèce et mort en 1970 à Paris, est un critique d'art et écrivain français d'origine grecque, fondateur de la revue Cahiers d'art en 1926.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Zervos commence en travaillant pour la revue L'Art d'aujourd'hui où il écrit ses premiers articles sur Pablo Picasso. Il fonde en 1926 une revue de référence, Cahiers d'art, présentant des analyses et des critiques des arts allant de la préhistoire à l'art moderne. Les éditions Cahiers d'art se trouvent rue du Dragon à Paris, à côté de la galerie MAI (Meubles Architectures Installations, rue Bonaparte) d'Yvonne Marion qu'il épousera en 1932[1]. Durant les années 1930, Zervos publie une grande série de monographies consacrées à des artistes variés comme Henri Rousseau ou l'architecte Frank Lloyd Wright, ou un important ouvrage sur l'art grec.

Zervos décide en 1932 de commencer le catalogue raisonné de l'œuvre de Pablo Picasso. Ce catalogue complété en 33 volumes ne sera réellement terminé qu'en 1978, huit ans après la mort de Zervos. Les Cahiers d'art furent publiés de 1926 à 1960, avec une interruption durant la Seconde Guerre mondiale de 1941 à 1943. Durant cette période, les Zervos partent à Vezelay où ils possédent une maison au lieu-dit La Goulotte.

Zervos et Avignon[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une exposition d'art moderne qu'ils organisent dans la grande chapelle du Palais des papes d'Avignon, Christian Zervos et le poète René Char demandent à Jean Vilar, acteur et metteur en scène de théâtre, une représentation de Meurtre dans la cathédrale, qu'il a créé en 1945. Après qu'il a refusé, Vilar leur propose, en 1947, trois créations : La Tragédie du roi Richard II, de Shakespeare, une pièce méconnue en France, La Terrasse de midi, de Maurice Clavel, auteur alors encore inconnu, et L'Histoire de Tobie et de Sara, de Paul Claudel[2]. C'est la naissance du festival d'Avignon.

Musée Zervos[modifier | modifier le code]

Le village de Bourgogne où les Zervos avaient une maison devient, en mars 2006, le lieu d'accueil du musée Zervos constitué d'œuvres du legs Zervos à la ville de Vézelay, dont des sculptures et des peintures de Picasso, Giacometti, Calder. Christian Zervos avait légué, en 1970, cette maison, qui avait été celle de Romain Rolland, avec pour charge d'en faire une fondation ou un musée.

Christian Zervos est enterré à Vézelay[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Tous ces ouvrages ont été publiés aux éditions Cahiers d'art.

  • Picasso, œuvres de 1920-1926, 1926
  • Raoul Dufy, 1928
  • Catalogue raisonné des œuvres de Pablo Picasso, Paris, 1932-1978
  • Matthias Grünewald : le retable d'Isenheim, 1936
  • Histoire de l'art contemporain, 1938
  • Dessins de Picasso, 1949
  • Fernand Léger : œuvres de 1905 à 1952, 1952
  • Civilisation de la Sardaigne : néolithique au nouragique, 1954
  • L'Art des Cyclades, du début à la fin de l'âge du bronze, 2500-1100 avant notre ère, 1957
  • Corpora, 1957
  • Chauvin, 1960
  • Brancusi, 1957
  • Art de la Mésopotamie, 1935
  • Art de la Catalogne, 1937

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle mourra en janvier 1970.
  2. « Histoire », site du festival d'Avignon.
  3. « Christian Zervos », sur musee-zervos.fr : « La tombe des Zervos se trouve dans le vieux cimetière en haut du village. ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]