Christian Streiff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Streiff.

Christian Streiff

Naissance 21 septembre 1954 (60 ans)
Sarrebourg
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Industriel
Formation

Christian Streiff, né le 21 septembre 1954 à Sarrebourg (Moselle), est une personnalité française du monde des affaires. Après une longue carrière chez Saint-Gobain comme ingénieur et cadre dirigeant jusqu'au poste de directeur-général délégué et un bref passage à EADS comme président d'Airbus, il fut de 2007 à 2009, le PDG de PSA Peugeot Citroën.

Parcours[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Christian Streiff est diplômé de l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris. C'est un élève brillant et sort major de sa promotion. De ces années, il conserve des liens personnels étroits avec son professeur, Robert Pistre, directeur du développement des cadres dirigeants d'Areva et mentor attentif des mineurs. Malgré l'échec cuisant de son projet plus écologique qu'industriel qu'il présenta devant le jury du grand oral d'accès au prestigieux corps des ingénieurs des Mines, sa prestation met en valeur un caractère entier qui séduit Pierre Laffitte, le président du jury, fondateur de Sophia-Antipolis et aujourd'hui sénateur radical. Il le recommande ainsi à Jean-Louis Beffa, président de Saint-Gobain[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Saint-Gobain[modifier | modifier le code]

Christian Streiff débute sa carrière en 1979, à l'âge de 25 ans, au sein de la société Saint-Gobain. Il y occupe plusieurs fonctions auprès de ses différentes entités industrielles et technologiques, allant de la fonderie automobile à la fibre de verre et au conditionnement, en passant par les céramiques et les plastiques. L'essentiel de sa carrière se déroule ainsi au sein de ce géant du vitrage. Étant cadre, il effectue plusieurs voyages à l'étranger. En Allemagne en 1989, il devient directeur général de la filiale allemande spécialisée dans la fibre de verre, Vetrotex. Deux ans plus tard, il part pour l'Italie prendre la tête de Vetri, filiale dédiée à l'emballage[2].

Il redresse la division Canalisations en 1997 (ex-Pont-à-Mousson S.A.), avant de diriger, de 2001 à 2003, le pôle Matériaux Haute Performance basé à Paris et Boston (États-Unis). Sa vie alterne alors entre Paris et Boston. Mais le 4 mai 2005, Christian Streiff, alors directeur général délégué, décide de quitter le groupe où il a fait toute sa carrière, en raison de divergences stratégiques avec Jean-Louis Beffa, Président du Groupe Saint-Gobain[3].

EADS[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet 2006, Christian Streiff est nommé membre du Comité exécutif d'EADS et Président exécutif (CEO) d'Airbus. Il désire mettre en place un plan de restructuration : plus de 1 000 suppressions d'emploi sont évoquées, la question des sites d'assemblage posée, notamment celui de Hambourg. Il critique la gouvernance d'entreprise du groupe EADS. Il veut plus d'autonomie pour Airbus, alors que la présidence de la maison mère, EADS, veut favoriser l'intégration du constructeur aéronautique au sein d'une seule entité[4]. Le dossier devient politique et met à mal la coopération industrielle franco-allemande. Christian Streiff démissionne au bout de trois mois, le 9 octobre 2006, et est remplacé par Louis Gallois[5].

PSA[modifier | modifier le code]

Le 6 février 2007, Christian Streiff est nommé Président du Directoire du groupe automobile PSA Peugeot Citroën, succédant à Jean-Martin Folz[6]. Il est par ailleurs membre du Conseil de Surveillance de ThyssenKrupp AG, Continental AG, et Prysmian SpA (Italie).

En mai 2008, un accident vasculaire cérébral le contraint à quitter, pendant plus d'un mois, les commandes du groupe PSA Peugeot Citroën[7]. Pendant son absence, le groupe est dirigé par les autres membres du directoire, notamment Roland Vardanega qui représente le directoire à l'assemblée générale des actionnaires du 28 mai 2008, et à la pose de la première pierre de la nouvelle usine de Kalouga, en Russie, le 10 juin 2008[8].

Des mauvais résultats fin 2008 et des tensions avec la famille Peugeot conduisent à son limogeage le 29 mars 2009 et son remplacement par Philippe Varin à partir de juin 2009[9]. Thierry Peugeot, à la tête du conseil de surveillance, a déclaré « que les difficultés exceptionnelles qu'affronte l'industrie automobile imposaient un changement de management à la tête du groupe ». Les modalités du départ n'ont pas été rendues publiques.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Christian Streiff est marié et père de trois enfants. Il est féru de randonnées en montagne et pilotage d'avion de tourisme [10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Barberie, « Les réseaux de Christian Streiff », L'Expansion,‎ 1er mars 2007 (lire en ligne)
  2. « Mr Christian Streiff », sur EduBourse
  3. Christian Streiff - biographie, EDU Bourse, 23 février 2012
  4. « Christian Streiff, victime de la restructuration d'Airbus », sur JDN Économie
  5. « Christian Streiff met en cause la gouvernance d'Airbus », Le Monde,‎ 10 octobre 2006
  6. L'argus automobile, 8 février 2007
  7. Patrick Fauconnier, « Ce qui est arrivé à Streiff », Challenges,‎ 10 juin 2008 (lire en ligne)
  8. Patrick Fauconnier, « Peugeot Citroën s'installe en Russie sans son patron », Challenges,‎ 10 juin 2008 (lire en ligne)
  9. « Peugeot: Philippe Varin remplace à Christian Streiff comme président du directoire », NouvelObs.com,‎ 29 mars 2009 (consulté le 29 mars 2009)
  10. Christian Streiff, PSA, le Journal du Net

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kriegspiel, Christian Streiff, roman paru aux éditions La Nuée Bleue (31 août 2000), ISBN 978-2716505208