Christian Michelides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Michelides

Christian Michelides, né le 19 juillet 1957 à Graz, est un psychothérapeute autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 16 ans, il travaille comme critique d’opéra pour un journal de province, Südost Tagespost. Il passe son Baccalauréat en 1978 après avoir été assistant de régie de pièces de Eugène Ionesco et Thomas Bernhard au théâtre national, le Burgtheater. Par la suite, il fait des études de régie, histoire de l’art, philosophie et théâtre à Milan, Vienne et New York. Simultanément, il publie des feuilletons dans les médias autrichiens et italiens.

Dans les années 1980, il fait partie de l’équipe de fondation du Zeitgeist journal WIENER, travaille dans l’agence de publicité GGK Wien et pour le marketing des montres Swatch à Bienne. Il organise une série d’exposition à Vienne et édite des catalogues. Pour leur première en Europe, il a présenté cinq jeunes photographes américains : Robert Mapplethorpe, Joel-Peter Witkin, Marcus Leatherdale, John Dugdale et Todd Watts.

Au début des années 1990, il travaille comme journaliste d'investigation pour le magazine "FORVM" notamment et dévoile que Thomas Bernhard était membre d’une organisation politique conservateur nommée Bauernbund (ligue de paysans)[1] et que le célèbre écrivain de l'époque Gertrud Fusseneger avait de l'admiration pour Adolf Hitler[2].

À partir de 1994, il commence son travail d'activisme pour les droits de l'homme et des minorités, période lors de laquelle Tribunal international des droits de l'Homme, dont il était le chef accusateur, luttait contre la République d'Autriche qui réprimait les populations lesbiennes, gays et transgenres[3].

Michelides a également fondé Häfn human, qui s’occupe de prisonniers[4]. Il s’engagea contre la discrimination des infectés du SIDA et participant à des associations du rhizome comme Club Plus, Selbsthilfe Wien et ARGE Sozialarbeit von unten. De 1995 à 1997, il est président du Forum autrichien des gays et lesbiennes (ÖLSF) et organise alors la première Marche des fiertés (Regenbogenparade) en 1996 sur le Ring à Vienne [5].

En 1998, il s'engage socialement pour les Sans-abris.

En 2002, il devient éducateur sexuel et conseiller social et, en 2010, psychoanalyste de groupe.

Depuis 2000 il dirige le Lighthouse de Vienne (accueil de sans-abris, traumatisés et malades du SIDA) et depuis 2009 un groupe psychoanalytique pour hommes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque du Congrès • WorldCat
  • (Hrsg.) Wiener Blut '83, Gesellschaftskomödie mit Paten und Kindern., Aufstellung und Hängung von Werken durch Christian Michelides in der Villa Vojcsik, Wien 1983.
  • (Hrsg.) Marcus Leatherdale. Mit Texten von Kathy Acker und Christian Michelides. Wien 1983.
  • (Hrsg.) Fotografie '83. Zur ersten österreichischen Fotografie-Kunstmesse in der Stadthalle Wien, Wien 1983.
  • (Hrsg.) Lothar Rübelt: Das Geheimnis des Moments. 36 Photographien und ein Text von Lothar Rübelt. Zur Ausstellung in der Albertina, Wien 1985.
  • (Hrsg.) Memorandum über die Stiftungen des Alfred C. Toepfer und deren Zusammenarbeit mit der Universität Wien. Wien 1991, 3. Auflage.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Michelides und Marcus Oswald (Hrsg.): Thomas Bernhard und die ÖVP. Dokumentation einer Debatte im Falter Oktober und November 1990. Komitee zur Rettung des Grillparzer-Preises. Wien 1990.
  2. Friedrich Denk: Die Zensur der Nachgeborenen. Weilheim i.OB 1996 (3. Aufl.), S. 13–138, 164–188.
  3. Gerhard Oberschlick: Appell des 'Internationalen Menschenrechts-Tribunals' gegen die Diskriminierung von Homosexuellen und Transsexuellen in den Medien. In: Rechtliche Rundschau der Europäischen Audiovisuellen Informationsstelle, IRIS 1995-7:12/36. Abgerufen am 4. November 2011.
  4. Florian Klenk: Drei Leichen im Keller. In: Falter, Heft 24/01, 13. Juni 2001. Abgerufen am 15. September 2011.
  5. Andreas Brunner: Regenbogen-Parade. Wie alles begann. (PDF, 5,23 MB) In: Lamdanachrichten, Heft 3/2005, S. 6f. Abgerufen am 15. September 2011.