Christian Ferras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferras.

Christian Ferras

Naissance 17 juin 1933
Le Touquet (Drapeau de la France France)
Décès 14 septembre 1982 (à 49 ans)
Paris (Drapeau de la France France)
Activité principale violoniste
Style Musique classique
Activités annexes Pédagogue
Collaborations Pierre Barbizet
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Charles Bistesi, René Benedetti, Joseph Calvet
Enseignement Conservatoire de Paris
Récompenses Concours international de Scheveningen (1948)

Christian Ferras, né au Touquet-Paris-Plage le 17 juin 1933 et mort à Paris le 14 septembre 1982, est un violoniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

1940-1944 Enfance à Nice[modifier | modifier le code]

Né au Touquet-Paris-Plage le 17 juin 1933, Christian Ferras est le troisième enfant d'Antoinette et Robert, hôteliers qui exercent durant la saison propice dans le Pas-de-Calais, et vivent le reste de l'année à Nice. C’est à l’âge de sept ans que Christian Ferras reçoit comme cadeau un petit violon, offert par son père pour le distraire d’une maladie qui le tient alité. Après quelques jours seulement, le jeune enfant, passionné par son « nouveau jouet » le pratique déjà trois heures par jour, ce qui n'est pas pour déplaire au père de Christian ex-violoniste, anciennement élève de Marcel Chailley, qui ne s'était pas lancé dans une carrière, non par faute de talent, d’après son propre fils, mais à cause d’une grave blessure reçue à la paume de la main. Le jeune Christian est admis au conservatoire de Nice en 1941, dans la classe de Charles Bistesi, ancien élève du violoniste belge César Thomson[1] qui fut contemporain et collègue du grand violoniste et compositeur Eugène Ysaÿe. Les 5 et 6 mai 1944, Christian Ferras, bientôt âgé de onze ans, remporte à l'unanimité le 1er Prix d'Excellence de violon du Conservatoire municipal de Nice en jouant le Concerto n°3 de Saint-Saëns, le 1er prix de musique de chambre avec la 5e Sonate "Le Printemps" de Beethoven et, après avoir joué à la Préfecture, devant le Préfet et un parterre d'élus, le Prix d'honneur de la Ville de Nice[2].

1944-1946 Le Conservatoire de Paris[modifier | modifier le code]

Immédiatement après les prix obtenus à Nice, dès le mois de juillet 1944, Christian Ferras et sa famille entreprennent un voyage épique à travers la France, encore occupée, pour se rendre à Paris. Ils n'y arrivent qu'au mois d'octobre, car ils ont été retenus à Mâcon par les évènements de la guerre, notamment les répercussions des débarquements de Normandie et de Provence, le retrait des Allemands, la jonction des armées de libération[3]. À l'âge de 11 ans, Christian Ferras entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans la classe de René Benedetti en violon et dans celle de Joseph Calvet en musique de chambre.

À 13 ans, le 5 juillet 1946, après une pièce de déchiffrage écrite pour la circonstance par Henri Martelli, le Grave de la Sonate en la mineur pour violon seul de Jean-Sébastien Bach et Farandoleurs, pièce pour violon et piano commandée pour l'occasion à Darius Milhaud, Ferras remporte, avec le Concerto de Johannes Brahms, à l'unanimité et premier nommé, le 1er Prix de violon[4]. Les jours précédents, il avait conquis le 1er Prix et la Première médaille de musique de chambre en jouant la Sonate en la majeur pour violon et piano de Wolfgang Amadeus Mozart[5]. La jeune pianiste qui l'accompagne est Odette Decaux. Elle passe, elle aussi, le concours du Conservatoire de Paris et, comme il est d'usage, Ferras lui "fait la réplique" dans le Trio n° 2 de Felix Mendelssohn. Odette Decaux deviendra la première accompagnatrice attitrée des débuts de la carrière de Ferras[5]. Après la proclamation des prix, sur le trottoir de la rue du Conservatoire, le grand violoniste Jacques Thibaud vient féliciter Christian. Une photo immortalise le moment, et montre le Maître qui se penche affectueusement vers le jeune primé en le prenant par l'épaule. Sur cette photo, au mois de décembre 1946, Thibaud appose une merveilleuse dédicace: A Christian auquel je crois, à mon vieux collègue[6].

1946-1949 Les premiers concerts, Georges Enesco et les concours[modifier | modifier le code]

Il donne quelques concerts et effectue une tournée de quinze jours en Allemagne[7]. En octobre 1946, à l'âge de 13 ans, ce sont ses grands débuts à Paris. Avec l'orchestre Pasdeloup sous la direction d'Albert Wolff, il joue la Symphonie espagnole de Lalo[8]. Après ce concert, Bernard Gavoty[9] écrit dans le Figaro: Treize ans, les traditionnelles culottes courtes et l'obligatoire col Danton des enfants prodiges. Ne raillons point: ce premier contact avec le public révèle une nature à la lettre exceptionnelle. Une technique sans défaut, la poésie, la chaleur et une lumière tout espagnole. Du premier coup tout y est. Comment ce petit violoniste, forcément sédentaire, connaît-il déjà la Péninsule? Au fond, il ne connaît que son violon et, tandis que nous assaisonnons la musique d'une littérature bien contestable, c'est sans doute lui qui a raison...[10]. La semaine suivante, il joue le Concerto de Beethoven[10],[11]. En 1947, toujours à Paris, avec les mêmes musiciens il joue le Concerto de Brahms. Quelque temps après, c'est avec le Concerto de Beethoven et Paul Paray à la direction de l'orchestre Colonne que le jeune prodige enchante la capitale.

Son succès ne l'empêche pas de poursuivre sa formation. Il s'imprègne de l'enseignement, hérité de la vieille Russie, prodigué par Boris Kamenski. Ce violoniste à la cour du Tsar s'est installé à Paris après la révolution de 1917. Mais, en 1947, Ferras fait une rencontre déterminante. Dès 1947, Christian Ferras commence à travailler avec Georges Enesco, éminent violoniste et compositeur roumain pétri d'humanité : « Bien que j’aie reçu ma formation technique auprès d’autres professeurs, je me considère, en principe, comme son élève » écrira-t-il plus tard[12]. Antoinette Ferras, mère de Christian, écrit le 6 juillet 1947 à Charles Bistesi[13]: « Christian a la grande chance de pouvoir suivre les cours de Georges Enesco qui est à Paris en ce moment. C'est admirablement intéressant. Il travaille le Concerto de Brahms avec Enesco. Celui-ci est très content de lui. Dernièrement, Menuhin est venu à une leçon et il a assisté au travail de Christian. Il lui a fait ensuite beaucoup de compliments[14]. »

Tout va très vite pour le jeune prodige. Le 7 novembre 1947, à 14 ans, il réalise son premier enregistrement à Londres, dans les studios de la firme Decca : le Concerto de Federico Elizalde, avec le London Symphony Orchestra sous la direction de Gaston Poulet[15]. C'est aussi une création mondiale au disque, détail peu banal pour un novice, si jeune de surcroît[16].

Au mois de mai 1948, le jury du Concours international de Scheveningen, présidé par Yehudi Menuhin, décerne deux Premiers Prix. L'un à Christian Ferras, plus jeune concurrent de l'épreuve, l'autre à Michel Schwalbé, violoniste déjà chevronné. Le jeune Christian se fait remarquer pour son talent et ses extraordinaires facilités: « Mes deux collègues du jury avaient compris qu’il s’agissait d’un très grand virtuose et musicien. » (Yehudi Menuhin)[17]. C'est lors de ce concours que Ferras rencontre le pianiste Pierre Barbizet, son aîné de onze ans, lui aussi concurrent, avec qui il va former l'un des plus fameux tandems de l'histoire des duos violon-piano.

Le 16 novembre 1948 à la salle Gaveau, Christian Ferras donne en première audition française la Sonate pour violon seul d'Arthur Honegger. Dans un texte de présentation de ce concert, Honegger décrit son œuvre et se montre enchanté qu'elle ait retenu l'intérêt d'un des plus grands jeunes violonistes. En état de grâce, en 1949 (soit à l'âge de seize ans) Ferras remporte le prestigieux Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud, avec un Second Prix (le Premier Prix n'étant pas attribué). Il y retrouve... Pierre Barbizet.

1950-1969 La maturité[modifier | modifier le code]

En 1950, il enregistre un disque avec notamment Jean-Pierre Rampal et Georges Enesco. Mais sa carrière prend une nouvelle dimension lorsqu'il est appelé par Karl Böhm à l'Orchestre philharmonique de Berlin en novembre 1951. Avec lui, il y joue notamment le concerto de Beethoven au Titania Palast de Berlin. Cette même année est marquée par un enregistrement pour le moins étonnant, puisqu'il réunit deux créations mondiales au disque : le concerto double d'Ivan Semenoff, avec le compositeur au pupitre et Pierre Barbizet au piano, et le concerto de Estio de Joaquin Rodrigo sous la direction de Georges Enesco, après une première audition française en concert avec le chef Ataulfo Argenta.

Commence ensuite une tournée de concerts. Ferras donne de très nombreux concerts dans le monde, notamment au Japon, en Amérique du Sud, en Afrique et en Europe.

En mai 1954, il enregistre le Concerto de Brahms, avec Carl Schuricht et l'Orchestre Philharmonique de Vienne : c'est son premier enregistrement à réellement rencontrer le succès. Cette année 1954, grâce au luthier Etienne Vatelot, Christian Ferras fait l'acquisition du violon « Le Président », un Stradivarius de 1721.

En 1955 parait un coffret microsillon de Decca, Hommage à J.-S. Bach, les Concertos pour piano(s ), Georges Enesco dirige. Parmi les instrumentistes, on trouve Céliny Chailley-Richez au piano, Jean-Pierre Rampal à la flûte et Christian Ferras. La parution de ce disque est aussi une manière d'honorer le grand musicien roumain, décédé le 4 mai 1955 à Paris.

1956 est l'année d'une rencontre majeure, celle que le jeune artiste de 23 ans fait avec Herbert von Karajan, pour exécuter le concerto de Brahms[18]. Le mois précédent, c'est avec Ernest Ansermet, à la tête de son Orchestre de la Suisse romande, que Ferras a commencé une autre collaboration nouvelle.

Il quitte la maison de disque Decca, et au mois de mai 1957 il commence les enregistrements chez EMI par les concertos de Felix Mendelssohn et de Tchaïkovski avec Constantin Silvestri et l'Orchestre Philharmonia.

En 1958, outre qu'il crée le concerto hongrois de Gyula Bando, Ferras enregistre avec Pierre Barbizet l'intégrale des Sonates de Beethoven, disque dont la renommée n'a pas décliné.

L'année 1959 est une année faste pour Christian Ferras : il fait ses grands débuts aux États-Unis en jouant le concerto de Brahms sous la direction de Charles Münch, puis il enregistre le Double concerto de Bach avec Yehudi Menuhin pour EMI. En été, il est un partenaire radieux de Pablo Casals et de Wilhelm Kempff au Festival de Prades. Le 3 décembre 1959, il épouse à Paris Béatrice Martellière, ex-femme du chef d'orchestre Georges Sebastian.

Bien qu'il soit jeune, c'est en artiste accompli qu'il entre dans la décennie 1960, celle de sa gloire. Le 27 mai 1960, il crée le concerto de Serge Nigg, qu'il décrit « pour et non contre le violon », et trois jours plus tard, en concert au Théâtre des Champs-Élysées, fête les dix ans du duo Ferras-Barbizet.

Les tournées, les émissions de radio et de télévision, les concerts, les enregistrements, les voyages, les récitals se succèdent. Il est reparti aux États-Unis où il a triomphé. Il grave un émouvant double concerto de Brahms avec le violoncelliste Paul Tortelier et Paul Kletzki à la baguette. Le festival de Prades a retrouvé son plus distingué représentant de l'école française de violon, tout s'enchaîne à un rythme effréné.

En 1963, Pierre Barbizet ralentit son activité de pianiste après sa nomination à la direction du conservatoire de Marseille. Ferras en prend un peu ombrage : « on va répéter par téléphone ? », proteste-t-il. Malgré cet inconvénient, il vit une année exceptionnelle. À Rome, le 20 avril, il joue devant le Pape Jean XXIII. Il y ressent l'une des plus fortes émotions de sa vie, à la fois d'homme et d'artiste.

En septembre 1963, à l'Odéon d'Hérode Atticus lors du Festival d'Athènes, avec Karajan et le violoncelliste Pierre Fournier, il joue le double concerto de Brahms[19]. En décembre, il est l'invité de Bernard Gavoty pour l'émission de la Télévision française Les grands interprètes. C'est aussi durant cette année qu'il grave le Concerto à la mémoire d'un ange d' Alban Berg, œuvre qu'il défend avec passion.

En 1964 débute sa célèbre collaboration avec Herbert von Karajan et l'Orchestre Philharmonique de Berlin, avec pour aboutissement les enregistrements chez Deutsche Grammophon des concertos de Brahms, Sibelius, Tchaikovsky, Beethoven, et ceux de Bach, qui deviennent rapidement des références[20]. Sa profondeur de son et sa grande musicalité valent à Christian Ferras d'être le violoniste soliste préféré du chef d'orchestre autrichien, qui dira de lui : « Son génie, c'est le pressentiment du jeu de l'autre. » Il enregistre, toujours chez DG, des sonates avec Pierre Barbizet (les Sonates de Brahms, de Schumann, de Franck et de Lekeu font définitivement partie de l'anthologie de l'interprétation des duos violon-piano). Ce sera l’apogée de sa carrière : il est invité par les plus grands orchestres et les plus grands chefs.

Dès 1966, par l'intermédiaire d'Etienne Vatelot, Ferras acquiert un violon de légende : le « Milanollo - Teresa », un Stradivarius de 1728.

Le 10 juin 1967, sa notoriété lui offre le privilège d'être le violoniste invité par le roi de Danemark à jouer pour les noces de la princesse Margarethe. L'année suivante, c'est l'impératrice Farah Diba, femme du chah d'Iran, qui lui remet en personne le Grand prix du Festival de Persépolis. Ferras est le soliste invité à la première tournée aux États-Unis de l'Orchestre de Paris. Le fondateur et chef de l'ensemble, Charles Munch, y meurt subitement le 6 novembre 1968. Ferras en est bouleversé. De retour en France, le 28 novembre 1968 il est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris pour y recevoir l'un des Prix de l'Académie du disque français[21]. La dernière séance avec la firme DG a lieu en décembre 1968, au cours de laquelle il enregistre un disque de bis avec Jean-Claude Ambrosini au piano.

En 1969, l'activité reste frénétique : l'Allemagne, Israël, la France, la Suède, la Suisse, l'émissions de télévision Musique pour vous, le Festival de Prades, le Concours Long-Thibaud en tant que juré, des concerts radiodiffusés. Christian Ferras est demandé partout, dans tous les pays, dans toutes les salles, par tous les chefs.

1970-1982 Les dernières années, l'alcoolisme[modifier | modifier le code]

Mais, conjointement à ces envolées vers l'Olympe, un mal pernicieux, jusque-là occulté, s'est petit à petit installé, puis a émergé : l'alcoolisme, que renforce un état moral de plus en plus fragile. Durant toute la décennie 1970, son activité de concertiste diminue considérablement. Sa santé est chancelante. Christian Ferras passe de cures de désintoxication à des tentatives de relancer sa carrière. Nombre de ses contrats ne sont pas honorés. C'est aussi une traversée du désert discographique qui a commencé. Les firmes le lâchent, hormis la Guilde du disque qui lui assure les ultimes enregistrements de sa longue carrière.

Quelques rémittences permettent à certaines joies de succéder aux peines. « Vingt-cinq ans d'accord parfait ! », titre le Figaro pour annoncer le concert anniversaire du duo Ferras-Barbizet le 25 novembre 1974 au Théâtre des Champs-Élysées.

En 1975, il est nommé au Conservatoire de Paris, poste qu'il tient le plus vaillamment possible, même si l'enseignement n'est pas une démarche naturelle pour lui. Il participe à plusieurs académies d'été, notamment à celles de Nice et de Saint-Jean-de-Luz. Mais il ne donne plus de concerts, toujours à cause de ses problèmes de santé, auxquels s'ajoutent de graves difficultés financières, qui l'obligent à vendre un de ses deux Stradivarius pour rembourser des dettes de jeu.

Après une longue éclipse, il revient sur la scène parisienne le 9 mars 1982 avec Alain Lefèvre au piano. Mais son véritable retour a lieu le 6 mai à la salle Gaveau, avec Pierre Barbizet. Il y donne un concert mémorable devant le Tout-Paris, et les mélomanes et critiques sont rassurés. Mais malgré le succès du récital et l'espérance d'un retour sur le devant de la scène, Christian Ferras est au plus mal. Il donne son dernier concert le 25 août 1982 à Vichy. Moins de trois semaines plus tard, le 14 septembre 1982, Christian Ferras met fin à ses jours en se jetant du 10e étage de l'immeuble de son appartement parisien. Il est inhumé au cimetière de Cachan.

Le jeu de Christian Ferras[modifier | modifier le code]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Christian Ferras était un artiste passionné et instinctif. « C’était avant tout un artiste instinctif » (Philippe Aïche, ancien élève de C. Ferras) qui ne faisait jamais de grandes et longues recherches sur les œuvres afin de savoir de quelle manière il devait les interpréter. Il préférait en effet les jouer comme il le sentait, en se fiant à son instinct de musicien et à ses propres goûts. Pierre Barbizet rapporte qu’il ne justifiait jamais ses choix d’interprétations en parlant de ce qu’auraient fait les musiciens à l’époque ou de ce qu’aurait voulu entendre le compositeur mais seulement en disant « Ça sonne mieux ainsi ! » Il n’hésitait pas à changer le texte (nuances, phrasé, parfois même les notes). C’est en partie ce qui rend ses enregistrements si personnels.

Position[modifier | modifier le code]

Sa position était également très personnelle, et inimitable. Il disait d’ailleurs à ses élèves en parlant de sa tenue de violon qu’il savait complètement atypique « N’essayez pas de faire comme moi »[22]. Sa main gauche extrêmement mobile ne semblait pas connaître les positions, toujours à cheval, jouant en crabe, et utilisant des doigtés incroyables (on peut entendre de nombreuses substitutions glissées dans ses enregistrements), ce qui d’ailleurs donnait cette impression de fluidité dans les phrases mélodiques, et ces couleurs caractéristiques qui permettent de reconnaître Christian Ferras entre mille autres violonistes. Sa tenue d’archet aussi était très spéciale : le pouce toujours à l’envers, l’index très haut, le petit doigt écrasé et très rarement posé sur la baguette, le coude très haut, et jouant beaucoup de l’épaule (notamment dans les détachés rapides). Bref, tout ce qu’un jeune élève violoniste ne doit pas faire ! Il tenait également son violon très haut, posé sur l’épaule et non pas sur la clavicule, l’oreille collée à la mentonnière.

Sonorité[modifier | modifier le code]

Mais le jeu à proprement parler de Christian Ferras se caractérise par sa sonorité. « On n’a pas retrouvé la sonorité de Ferras, c’était quelque chose de merveilleux. [Il] avait une espèce de chaleur de son, de velouté. » (Pierre Barbizet)[23] Sa sonorité était puissante, profonde, intensifiée par un vibrato qu’il pouvait serrer et accélérer jusqu’à atteindre des sommets d'une grande tension. « Qui n'a pas succombé à la chaleur vibrante, au tempérament si généreux de ce grand violoniste qu'était Christian Ferras ? [...] Peu d'artistes m'ont impressionné par cette puissance de jeu, cette sonorité brûlante qui n'excluait ni la tendresse ni le charme », dira de lui Patrice Fontanarosa (violoniste français et professeur au CNSMD de Paris)[24]. Mais il régnait un grand paradoxe entre le jeu et la personnalité de Christian Ferras : « De nature très discrète, j'ai le souvenir d'une personne timide et gentille, ne pratiquant jamais le tutoiement et dont le comportement contrastait avec son jeu large et affirmé » (Gérard Poulet, violoniste français et professeur au CNSMD de Paris)[25]. Et cette timidité, ce mal-être, peuvent être ressenti dans son jeu : « Mais à travers cette puissance et ce jeu lumineux, intense, on sent constamment une sorte de fragilité ... ce qui rend son jeu extrêmement touchant et émouvant. » (Thierry Brodard, ancien premier violon du quatuor Parisii)[26]

Christian Ferras, un personnage énigmatique[modifier | modifier le code]

La vie de Christian Ferras reste un mystère. Enfant extrêmement doué, on sait qu’il avait énormément travaillé. Son père, d'une grande intransigeance, l’empêchait d’aller jouer avec les autres enfants, ce dont il parlait toujours avec regret. En effet sa vie entière a toujours été consacrée exclusivement au violon, que ce soit pendant son enfance, ou même plus tard, alors qu’il était adulte. Il se plaignait souvent, notamment à ses élèves du Conservatoire, d’avoir tout fait trop vite. À seize ans, il avait déjà fait plusieurs fois le tour du monde, avait tout vu, puis avait rapidement gagné suffisamment d’argent pour pouvoir s’offrir tout ce qu’il désirait et cela le laissa très vite blasé. Il se sentait très seul : son mariage n’a pas été heureux, il n’eut pas d’enfants et « il parlait de son chien comme de son fils » (Philippe Aïche)[27]. De plus, il ne supportait plus la pression et lorsqu'il se rendit compte qu'il ne jouait plus aussi bien qu'à son "apogée", il plongea dans une grave dépression nerveuse.

Et c'est ainsi que, taciturne et solitaire, cet être en mal de joie et de bonheur, après avoir sombré dans l'alcoolisme et dans la dépression, se suicida, à l'âge de 49 ans, laissant orpheline une génération d'élèves et de violonistes français.

« Ferras était un désespéré, mais pas au sens personnel, ni au sens métaphysique. Est-ce que c'est le fatum? Est-ce que c'est grec? C'est peut-être grec? C'est peut-être Oreste ... Mais il n'y pas d'Hermione. Oreste sans Hermione, qu'est-ce que ça donne[28]? »

Le duo Ferras-Barbizet[modifier | modifier le code]

C’est donc en 1949, en passant le Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud que Christian Ferras retrouve le pianiste Pierre Barbizet, de onze ans son aîné, puisqu'en effet, à l'époque, les violonistes et les pianistes concouraient en même temps. Les deux musiciens s'étaient déjà rencontrés au Concours International de Scheveningen. Après l’avoir entendu répéter le 4e concerto de Beethoven, le jeune violoniste, alors seulement âgé de 16 ans, aurait dit à son père « C’est avec lui que je veux jouer ». Car effectivement la famille Ferras cherche un pianiste avec lequel Christian pourrait former un duo solide et de qualité. Quelque temps après le concours, Antoinette, la mère de Christian, se décide à appeler Pierre Barbizet pour lui proposer une collaboration avec son fils. Le pianiste accepte et organise immédiatement deux concerts dans une salle du conservatoire d’Amiens, conservatoire où il enseigne. Mais la famille Ferras ayant raté leur train, le jeune violoniste arrive en retard au premier concert, alors que Barbizet s’apprêtait à jouer un récital pour piano seul pensant que le jeune garçon avait annulé. Il courut jusque dans la salle, enleva sa veste, sortit son violon et se planta devant le piano. Les deux musiciens jouèrent alors la sonate en la majeur KV 526 de Mozart, la sonate « Le Trille du Diable » de Tartini, la Polonaise de Wieniawsky, la Havanaise de Saint-Saëns, la sonate de Debussy, la Canzonetta de Tchaïkovski et Tzigane de Ravel. C’était la toute première fois qu’ils jouaient ensemble et plusieurs années plus tard Pierre Barbizet se souvient que d’emblée « C’était ÇA ! […] Ce jour-là à trois heures dix, c’était comme aujourd’hui. On respirait ensemble, on était ensemble et il n’y avait pas de problème. » [29]

Le duo part très peu de temps après en tournée en Espagne. En plus d’une parfaite harmonie musicale et donc professionnelle, il se crée une véritable complicité et même amitié entre les deux musiciens. Le pianiste deviendra un compagnon de jeux dans la musique, ainsi que dans les loisirs pour son jeune associé encore adolescent. Il participera pour beaucoup à son ouverture au monde et à la culture. En effet, le jeune Christian aimait que son ami lui parle de théâtre, de littérature lorsqu’ils étaient en voiture et se rendaient à des concerts. Le pianiste l’entraînait souvent lors de leurs tournées dans les musées des grandes villes dans lesquelles ils jouaient. Et lors de vacances à la mer, Pierre Barbizet rapporte qu’il était pour le jeune garçon un partenaire au football. « Je crois avoir eu un rôle assez bénéfique » dira plus tard le pianiste[29].

Le duo n’attendra que très peu avant d’enregistrer ses premiers disques. Leur collaboration sera effectivement très prolifique et extrêmement variée. Ils s’attaqueront bien sûr au répertoire français comme les deux sonates de Fauré, la sonate de Debussy, de Franck, de Lekeu, les danseries de Delvincourt, Tzigane de Ravel et même le concert de Chausson avec le quatuor Parrenin, au répertoire classique (sonates de Mozart) et romantique avec les dix sonates de Beethoven, les deux sonates et les trois romances de Schumann, les trois sonates de Brahms ainsi qu’à la musique plus moderne comme la 2e sonate de Bartok ou la 3e sonate d’Enesco.

Leur collaboration fut d’une grande fidélité puisque excepté quelques enregistrements vidéos (sonate de Debussy, pièce en forme de Habanera et Tzigane de Ravel, Sonate no 2 de Bartok en 1961/1962 avec Guy Bourassa, la Chanson russe de Stravinski en 1963 avec Robert Weisz ainsi que la Berceuse de Fauré et Hora Staccato de Dinicu en 1973 avec Pierre Petit) et un disque de « bis de violon » enregistré en 1969 avec Jean-Claude Ambrosini, Christian Ferras n’a jamais enregistré et que très rarement joué avec d’autres pianistes que Pierre Barbizet. Une telle exclusivité chez un concertiste de la notoriété de Christian Ferras reste très rare.

Ses instruments[modifier | modifier le code]

Christian Ferras ne joua pas toujours sur d'excellents instruments. En effet, il commença sa carrière sur une copie de Guarneri réalisée en 1949 par Max Millant, puis sur une copie de Stradivarius de 1952.

À ce propos, Étienne Vatelot raconte[12] que lors d'un des premiers récitals du jeune violoniste, son professeur, Benedetti demanda à Vatelot ce qu'il pensait du violon joué par Christian. Ce à quoi le luthier répondit qu'il lui semblait s'agir d'un très bon violon moderne. « Non ! Christian joue un violon de Guarnerius ! » rétorqua alors Benedetti. Le récital terminé, Vatelot se rendit dans la loge du jeune violoniste, et lui demanda s'il était possible de voir l'instrument. « La boîte est fermée ! » répondit-il et ils en restèrent là.

Mais un jour, plusieurs années plus tard, M. Ferras père se présenta à l'atelier du célèbre luthier, et exprima le souhait de la famille Ferras d’acheter pour le jeune Christian un beau violon. Devant la surprise de Vatelot, il fut obligé d’avouer que l’instrument de son fils n’était pas un Guarnerius, mais un violon moderne de Roger et Max Millant, mais que maintenant Christian désirait jouer un violon de Stradivarius. Quelque temps plus tard, le luthier mit enfin la main sur un Stradivarius de 1721, « Le Président ». Le jeune violoniste l’essaya et, satisfait, l’acheta. Après plusieurs années passées avec ce violon, il demanda à Etienne Vatelot de lui en rechercher un autre, « avec un Sol plus gras et un peu plus ample », selon ses propres termes. Quelque temps plus tard, alors qu’il était en voyage à Londres chez Phillips Hill, celui-ci lui montra un splendide Stradivarius de 1728, le « Milanollo ». Après avoir demandé la permission de passer l’archet sur le violon, le luthier se rendit compte qu’il avait une sonorité qui conviendrait parfaitement à Ferras. Phillips Hill confia alors l’instrument et, de retour à Paris, Vatelot fit essayer immédiatement cet instrument à Christian. Ce fut une révélation et il se sépara donc du « Président » pour acquérir le « Milanollo ». Ce violon, le « Milanollo » avait appartenu, avant d’être joué par Christian Ferras, à plusieurs illustres violonistes comme Giovanni Battista Viotti, Niccolo Paganini et Teresa Milanollo.

Ses enregistrements[modifier | modifier le code]

Il ne s'agit ici que d'une liste comprenant les CD et les vidéos qu'il est possible encore aujourd'hui de trouver dans le commerce[30],[31]. Elle n'a rien de complète et ne cherche en aucun cas à l'être.

Discographie[modifier | modifier le code]

BACH Jean-Sébastien

  • Concerto pour deux violons en ré mineur BWV 1043

avec Yehudi Menuhin (Violon I, Ferras en Violon II) et le Festival Chamber Orchestra dirigé par Yehudi Menuhin – 1959

avec Michel Schwalbé (Violon II, Ferras en Violon I) et le Berliner Philharmoniker dirigé par Karajan - 8/1966 (disponible en tant que "Karajan - The Music, The Legend" par DGG)

  • Concerto pour violon en la mineur et en mi majeur (BWV 1041 et 1042)

avec le Berliner Philharmoniker, dirigé par Karajan - 8/1966 (disponible en tant que "Karajan - The Legend, a memorial release" par DGG)

  • Sonates et Partitas pour violon seul – 1978

BANDÖ Gyula

  • Concerto hongrois

avec l’Orchestre de la Société du Conservatoire dirigé par Alain Lombard – 1963

BEETHOVEN Ludwig van

  • Concerto en ré majeur
    • avec le Royal Philharmonic Orchestra dirigé par Malcolm Sargent – 1959
    • avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan – 1967
  • Sonate no 1 en ré majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 2 en la majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 3 en mi bémol majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 4 en la mineur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 5 « le Printemps » en fa majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 6 en la majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 7 en ut mineur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 8 en sol majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 9 « à Kreutzer » en la majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

  • Sonate no 10 en sol majeur

avec Pierre Barbizet – 1958

BERG Alban

  • Concerto « à la Mémoire d’un Ange »

avec l’Orchestre du Conservatoire de Paris dirigé par Georges Prêtre – 1963

  • Concerto " à la Mémoire d'un Ange "

avec l'Orchestre de la Suisse Romande dirigé par Ernest Ansermet - 1957

BRAHMS Johannes

  • Concerto en ré majeur Op.77

avec le Sinfonie-Orchester des Hessischen Rundfunks dirigé par Rudolf Kempe - 09.12.1953 (Archipel)

avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne dirigé par Carl Schuricht – 1954

avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan – 1964

avec l'Orchestre Philharmonique de l'ORTF dirigé par Charles Bruck - 14.07.1966 (INA mémoire vive)

  • Double concerto pour violon et violoncelle en la mineur Op.102

avec Paul Tortelier (violoncelle) et l’Orchestre Philharmonia dirigé par Paul Kletzki – 1962

avec Janos Starker (violoncelle) et Orchestre National de Radio France dirigé par Charles Bruck - 07.10.1969 (Doremi)

  • Triple concerto pour violon, violoncelle et piano en do majeur Op.56

avec Paul Tortelier (violoncelle), Eric Heidsieck (piano) et l’Orchestre National de Radio France dirigé par Jean Martinon – 11.03.1970 (Doremi)

  • Sonate no 1 en sol majeur

avec Pierre Barbizet – 1968

  • Sonate no 2 en la majeur

avec Pierre Barbizet – 1968

  • Sonate no 3 en ré mineur
    • avec Pierre Barbizet – 1953 (enregistrement live)
    • avec Pierre Barbizet – 1968

BRUCH Max

  • Concerto en sol mineur

avec le Philharmonia Orchestra dirigé par Walter Süsskind – 1958

CHAMINADE Cécile

  • Sérénade espagnole

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

CHAUSSON Ernest

  • Concert en ré majeur

avec Pierre Barbizet et le quatuor Parrenin – 1968

avec l’Orchestre National de Belgique dirigé par Georges Sébastian – 1953

DEBUSSY Claude

  • Sonate en sol mineur

avec Pierre Barbizet – 1953

DINICU Grigoras

  • Hora Staccato

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

DVORAK Anton

  • Humoresque Op.101 no 7

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

ELIZALDE Federico

  • Concerto pour violon
    • avec le London Symphony Orchestrea dirigé par Gaston Poulet - 07.11.1947 (Testament)

ENESCO Georges

  • Sonate no 3 en la mineur

avec Pierre Barbizet – 1962

FALLA Manuel de

  • Danse espagnole (extraite de « La Vie brève »)

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

FAURE Gabriel

  • Berceuse

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

  • Sonate no 1 en la majeur
    • avec Pierre Barbizet – 1957
    • avec Pierre Barbizet – 1964
  • Sonate no 2 en mi mineur
    • avec Pierre Barbizet – 1953
    • avec Pierre Barbizet – 1964

FRANCK César

  • Sonate en la majeur
    • avec Pierre Barbizet – 1957
    • avec Pierre Barbizet – 1965

HONEGGER Arthur

  • Sonate pour violon seul – 1953

KREISLER Fritz

  • Caprice viennois

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

  • Liebesfreud

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

  • Liebesleid

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

  • Rondino sur un thème de Beethoven

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

LALO Edouard

  • Symphonie espagnole (version en quatre mouvements sans l’Intermezzo)

avec l’Orchestre Philharmonia dirigé par Walter Süsskind – 1958

LEKEU Guillaume

  • Sonate en sol majeur

avec Pierre Barbizet – 1965

MASSENET Jules

  • Méditation (extraite de l'opéra "Thaïs")

avec Jean-Claude Ambrosini – 1969

MENDELSSOHN Felix

  • Concerto en mi mineur
    • avec l'Orchestre Philharmonia dirigé par Constantin Silvestri - 1957
  • Romance sans paroles Op.62 no 1
    • avec Jean-Claude Ambrosini – 1969
    • avec Boris Mersson (au piano) - 26.01.1972

MOZART Wolfgang Amadeus

  • Concerto no 3 en sol majeur K216

avec Stuttgarter Kammerorchester dirigé par Karl Münchinger - 10.1954 (Testament)

  • Concerto no 4 en ré majeur K218

avec l'Orchestre du Conservatoire de Paris dirigé par André Vandernoot - 1960

  • Concerto no 5 "à la Turc" en la majeur K219

avec l'Orchestre du Conservatoire de Paris dirigé par André Vandernoot - 1960

PAGANINI Nicolò

  • Concerto no 1 en ré majeur / mi-bémol majeur

avec le NWDR-Sinfonieorchester dirigé par Hans Schmidt-Isserstedt - 15.11.1954 (disponible en tant qu'Inédit H. Schmidt-Isserstedt, TAHRA)

RAVEL Maurice

  • Tzigane
    • avec l'Orchestre National de Belgique dirigé par Georges Sébastian - 1953
    • avec Pierre Barbizet - 1962'

RIMSKY-KORSAKOV Nikolaï

  • Chanson hindoue (extraite de l'opéra "Sadkov")

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

RODRIGO Joaquin

  • Concierto de estio
    • avec l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire dirigé par Georges Enesco - 1951 (Testament)

SAINT-SAËNS Camille

  • Le Cygne (extrait du "Carnaval des Animaux")

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

SARASATE Pablo de

  • Romance andalouse Op.22 no 1

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

SEMENOFF Ivan

  • Double Concerto
    • avec l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire dirigé par Ivan Semenoff - 1951 (Testament)

SCHUBERT Franz

  • Ave Maria

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

SCHUMANN Robert

  • Romance Op.94 no 1

avec Pierre Barbizet - 1965

  • Romance Op.94 no 2

avec Pierre Barbizet - 1965

  • Romance Op.94 no 3

avec Pierre Barbizet - 1965

  • Sonate no 1 en la mineur

avec Pierre Barbizet - 1965

  • Sonate no 2 en ré mineur

avec Pierre Barbizet - 1965

  • Träumerei Op.15 no 7

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

SIBELIUS Jean

  • Concerto en ré mineur

avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan - 1964

STRAVINSKI Igor

  • Chanson russe (extraite de l'opéra "Mavra")

avec Jean-Claude Ambrosini - 1969

  • Concerto pour Violon

avec l'Orchestre de la Suisse Romande dirigé par Ernest Ansermet - 1966

TCHAÏKOVSKY Piotr Illych

  • Concerto en ré majeur
    • avec l'Orchestre Philharmonia dirigé par Constantin Silvestri - 1957
    • avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan - 1965
  • Sérénade mélancolique
    • avec le Geneva Collegium Academicum dirigé par Boris Mersson - 25.01.1972 (disponible en tant que "Immortal Melodies", Doron Music)
  • Chanson Triste
    • avec Boris Mersson (au piano) - 26.01.1972 (ibid)

Vidéo[modifier | modifier le code]

BACH Jean-Sébastien

  • Prélude (extrait de la partita en mi majeur pour violon seul) - 1958
  • Gavotte et Gigue (extraites de la partita en mi majeur pour violon seul) - 1962

BARTOK Béla

  • Sonate no 2

avec Guy Bourassa - 1962

DEBUSSY Claude

  • Sonate en sol mineur

avec Guy Bourassa - 1961

DINICU Grigoras

  • Hora Staccato

avec Pierre Petit - 1973

FAURE Gabriel

  • Berceuse

avec Pierre Petit - 1973

FRANCK César

  • Sonate en la majeur

avec Pierre Barbizet - 1963

MENDELSSOHN Felix

  • Concerto en mi mineur

avec l'Orchestre de Radio-Canada dirigé par Alexander Brott - 1963

RAVEL Maurice

  • Pièce en forme de Habanera

avec Guy Bourassa - 1961

  • Tzigane

avec Guy Bourassa - 1961

SIBELIUS Jean

  • Concerto en ré mineur

avec l'Orchestre National de la RTF dirigé par Zubin Mehta - 1965

STRAVINSKI Igor

  • Concerto en ré

avec l'Orchestre Philharmonique de l'ORTF dirigé par Jean Fournet - 1967

  • Chanson russe (extraite de l'opéra "Mavra")

avec Robert Weisz - 1963

Sources[modifier | modifier le code]

  • Thierry de Choudens, Christian Ferras Le violon d'Icare, Éditions Papillon, Genève, 2004.
  • Interview de Thierry de Choudens

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p.32.
  2. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p.41.
  3. Thierry de Choudens Christian Ferras - Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 44, 45, 46, 47, 48.
  4. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 62, 63, 64.
  5. a et b Thierry de Choudens, Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon, 2004, p. 61 et 62.
  6. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 64 et 65.
  7. curieusement appelée Du Classique au Jazz. Cf. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 67.
  8. le 13 octobre 1946.
  9. Qui signe ses articles du pseudonyme de Clarendon.
  10. a et b Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 67 et 68.
  11. le 24 octobre 1946.
  12. a et b Source: propos recueillis par Jean-Michel Molkhou, Ina mémoire vive, 2004.
  13. Source: Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 70
  14. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 70.
  15. Thierry de Choudens Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon 2004, p. 75.
  16. le Concerto d'Elizalde avait été créé en 1944 par Ginette Neveu, cf. Thierry de Choudens, Christian Ferras Le violon d'Icare, Editions Papillon, 2004, p. 74, 75 et addenda.
  17. Source: propos extraits d'un article paru dans Panorama-Musique, novembre 1982
  18. Le 24 février 1956 à Vienne.
  19. Qui n'a malheureusement pas été enregistré.
  20. Vingt concertos sont prévus. Seuls six sont réalisés : Brahms, Sibelius, Tchaïkovski, Beethoven, et les trois de Bach.
  21. Ses enregistrements recevront au total 9 Prix du disque français.
  22. Source: citation extraite de l'article de Olivier-Georges Moglia, paru dans Répertoire, 1995
  23. Source : propos recueillis par Georges Farret à Marseille, "Christian Ferras mon partenaire", disques Montaigne, 3 Mars 1987.
  24. Source : Choudens Thierry de, Christian Ferras, le violon d'Icare, Éditions Papillon, 2004, p.247.
  25. Source : Choudens Thierry de, Christian Ferras, le violon d'Icare, Éditions Papillon, 2004, p.246.
  26. Source: propos recueillis par Tristan Liehr à Saint-Maur, le 8 juin 2006.
  27. Source: propos recueillis par Olivier-Georges Moglia, article paru dans Répertoire, 1995.
  28. Source: France Musique, Comment l'entendez-vous? Le retour de Rameau, le 31 janvier 1988.
  29. a et b Source : propos recueillis par Georges Farret à Marseille, "Christian Ferras mon partenaire, disques Montaigne, 3 Mars 1987.
  30. Note: les enregistrements avec le pianiste Jean-Claude Ambrosini (1969) et ceux du poème de Chausson, sonate d'Honneger, Tzigane de Ravel, sonate de Debussy et sonate n°2 de Fauré en 1953, ainsi que l'enregistrement du concert de Chausson sont épuisés et non réédités en France. De plus il existe de nombreux autres enregistrements de Christian Ferras qui ne sont pas répertoriés car totalement introuvables.
  31. Actualisation 07/2010: les enregistrements avec Ambrosini sont de nouveau disponible par Brilliant Classic, dans le coffret de 5 CD "Christian Ferras: Sonatas and Encores". Les sonates de Debussy, Fauré n°2 et Honegger, ainsi que le Tzigane de Ravel et le poème de Chausson, figurent dans l'album "French Violin Masterpieces" (Decca, Série Legends), dont certains magasins en ligne détiennent la licence de rééditer sur demande.
  • Jean-Michel Molkhou: Les grands violonistes du XXe siècle (Buchet-Chastel)