Christian Emil Krag-Juel-Vind-Frijs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait du comte Frijs


Le comte Christian Emil Krag-Juel-Vind-Frijs, connu comme le comte Frijs, né le 8 décembre 1817 et mort le 12 octobre 1896, est un aristocrate et homme politique danois qui fut onzième président du conseil du royaume (1865-1870).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Frijs est le plus grand propriétaire terrien du Danemark et il est apprécié de ses paysans. C'est le fils du comte Jens Christian Carl Krag-Juel-Vind-Frijs (1779-1860) et de son épouse, née baronne Henriette zu Inn und Knyphausen. Il poursuit des études de Droit et épouse la fille d'un général, Thyra von Haffner (1821-1881), en 1847 qui lui donne un fils, Mogens et deux filles, Clara[1] et Agnès[2] Il est à la tête de l'exploitation du comté de Frijsenborg en 1849 et en hérite en 1860. Le comte Frijs entre en politique dans les années 1850, devenant membre du conseil d'État en 1858 et, lorsque le Danemark après sa défaite de 1864 à la guerre des Duchés entre dans un débat constitutionnel, il devient, le 6 novembre 1865, premier ministre d'un gouvernement du parti populaire conservateur, appelé à l'époque Højre. Ce parti détient le pouvoir jusqu'en 1901. Il s'efforce d'intensifier son influence auprès des fermiers déçus de la constitution de 1866 et prend aussi les Affaires étrangères. Lorsqu'il se retire des affaires en 1870, il soutient en tant qu'envoyé extraordinaire du roi la position des Français qui ne voulaient pas que le Danemark s'allie aux Prussiens et participe à des négociations dans ce sens. Il prend sa retraite définitive dans les années 1880 s'occupant de ses immenses domaines du Jutland.

Le comte Frijs était l'oncle de Wilhelm Dinesen et donc le grand-oncle de Karen Blixen. Son fils, le comte Mogens Christian Krag-Juel-Vind-Frijs (1849-1923), fut un conservateur qui réforma son parti dans un sens libéral.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle épouse le baron Frederik von Blixen-Finecke.
  2. Elle meurt de typhoïde en 1871, après un voyage à Rome et suscita l'amour refusé par le comte Frijs de son cousin germain Wilhelm Dinesen.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Judith Thurman, Karen Blixen, Paris, Seghers, 1986