Christian Chesnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Chesnot
Image illustrative de l'article Christian Chesnot

Naissance 24 avril 1966 (48 ans)
Drapeau : France Paris, France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Proche-Orient, Moyen-Orient
Années d'activité Depuis 1989
Médias
Média principal Radio
Pays Drapeau de la France France
Radio France Inter
Fonction Grand reporteur au service Étranger

Christian Chesnot est un journaliste français, spécialiste du Moyen-Orient, travaillant à la rédaction de France Inter depuis 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Christian Chesnot est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1987) et du Centre de formation des journalistes (CFJ, promotion 1989)[1].

Journaliste au Proche-Orient et au Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Entre 1989 et 1990, Christian Chesnot a été coopérant du service national en Égypte pour le quotidien francophone Le Progrès égyptien. Il reste ensuite au Caire comme correspondant free-lance de plusieurs journaux français de 1990 à 1992. Après avoir été pigiste à Paris entre 1992 et 1994, il devient rédacteur en chef de la revue internationale de l'eau Hydroplus jusqu'en 1999. A partir de cette date, il redevient correspondant free-lance mais cette fois ci en Jordanie, et ce jusqu'à sa prise d'otage en 2004[2].

Il a également collaboré avec Radio France internationale et La Tribune de Genève.

Prise d'otage[modifier | modifier le code]

Il a été enlevé en Irak le 20 août 2004 par l'armée islamique en Irak en compagnie de son confrère Georges Malbrunot et de leur chauffeur syrien Mohamed Al-Joundi. Les ravisseurs ont lancé un ultimatum au gouvernement français : annuler la Loi sur la laïcité dans les 48 heures, en échange de quoi Christian Chesnot et Georges Malbrunot seraient libérés. Un grand nombre de personnes se sont mobilisées lors de leur prise en otage, souvent organisées par Reporters sans frontières, du moins selon les affirmations fortement contestées de cette association. Chaque jour, des messages de rappel ont été diffusés sur France Inter, lus par des personnalités connues.

Après 124 jours de détention, Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont été libérés le 21 décembre 2004. Malgré le non-lieu en faveur de Philippe Brett et Philippe Evanno prononcé par Marie-Antoinette Houyvet, premier juge d'instruction au TGI de Paris, le 30 avril 2009, après plus de quatre ans d'instruction[3], il avait été bien précisé par les otages lors de leur retour en France que Philippe Brett et Philippe Evano n'avaient joué aucun rôle dans leur libération, menée par les services français, et avaient notamment inventé l'épisode de leur extraction d´Irak. Philippe Brett avait alors prétendu dans une conversation avec Europe 1 se trouver en compagnie des otages sur une route irakienne, alors qu'il appelait depuis sa chambre dansun hôtel de Damas.

Selon The Times[4], la France a versé 15 millions de dollars (11,8 millions d'euros) pour la libération de Georges Malbrunot et de son confrère Christian Chesnot. Le gouvernement français maintient son démenti sur le versement d'une quelconque rançon.

France Inter[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, Christian Chesnot est journaliste au service étranger de la rédaction de France Inter où il est grand reporteur spécialiste du Moyen-Orient[2]. Il a notamment couvert l'élection présidentielle iranienne de 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]