Chrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple d'un chrisme

Le chrisme (☧ Unicode U+2627) est un symbole chrétien formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), la première apposée sur la seconde. Il s'agit des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ). On le lit aussi parfois comme le monogramme du Christ, et on le trouve souvent accompagné des lettres α (Alpha) et ω (Oméga). Ces lettres, qui encadrent l'alphabet grec, symbolisent la totalité : le commencement et la fin. Par ailleurs, le verbe grec ainsi formé, ἄρχω, signifie « diriger, aller en tête, commencer » et renvoie à la double caractérisation de Jésus-Christ : fondateur et premier chef de l'Église chrétienne naissante.

Le chrisme existe aussi sous une autre forme associant les lettres grecques I (iota) et Χ (chi) des initiales de Ἰησοῦς Χριστός (Jésus-Christ). Le chrisme prend alors l'aspect d'une étoile à six rais souvent identifiée dans l'art à l'étoile qui guida les mages.

On en trouve encore en Orient, plus spécifiquement dans la partie orientale de l'ancien Empire romain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autre exemple de chrisme, avec les lettres « alpha » et « omega »

D'après la tradition, c'est ce signe que portait l'étendard (labarum) de Constantin Ier quand il marcha contre son rival Maxence et le battit à la bataille du pont Milvius en 312. Par la suite, Constantin déclara qu'il avait eu un songe où il avait vu ce signe accompagné du message : « Sous ce signe tu vaincras » (In hoc signo uinces en latin, En touto nika en grec).

En réalité, l'association de ces deux lettres pour former un symbole préexiste à Constantin et au moment où il manifesta sa faveur envers le christianisme. Dans le monde grec païen, c'était l'abréviation du mot χρηστός (chrêstos), qui signifie « utile, de bon augure » et il indiquait soit un souhait soit un commentaire approbateur.

Quoi qu'il en soit, le symbole fut adopté par le christianisme et il servit d'emblème aux empereurs chrétiens qui succédèrent à Constantin. Avec la symbolique on ne peut pas dire grand chose car tout symbole est l'usage d'un rite. Ici ce symbole a été déformé. Ce symbole est une croix dont les angles sont de 71° et 109° et non une croix à angle droit. Ce symbole est la symbolique du martyr Hélias le copte. Hélias est le nom du soleil en grec. Ce symbole est donc le cycle infernal ou toute chose s’arrête et se régénèrera ensuite lorsque les deux colombes se seront posées sur chacune des branches de la croix. Une traduction propose que lorsque la croix se formera dans l'espace, les deux planètes qui représentent les deux colombes libéreront le soleil de son étreinte afin qu'il redonne la vie sur terre. Ce texte copte est intéressant car le cycle de 80 000 ans y est évoqué, comme celui des incas[réf. souhaitée].

Malgré cette proposition il serait tout aussi intéressant aussi de faire un rapprochement avec le Sidus Iulium (comète de César), symbole que la tradition fait apparaître aux yeux des Juifs dans le ciel qui installèrent un autel et un bucher à César, assassiné et privé de ses droits funéraires. Cette légende évoque l'apothéose de César, dont l'exemplum (probablement créé sous Auguste) sera celui de Romulus. Pour plus d'informations se référer notamment à l'ouvrage d'Alphonse De Schodt (1887) Le sidus Julium sur des monnaies frappées après la mort de César, dont l’œuvre de compilation est essentielle bien que depuis lors incomplète. Ou encore Suétone, De vita Caesarum Divus Iulius 88.

Art[modifier | modifier le code]

Le chrisme figure très souvent sur les peintures, les monnaies byzantines, les médailles, les mosaïques, les vitraux et les sculptures d'inspiration chrétienne. Il est parfois inscrit dans un cercle, ou un carré.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]