Chondrocalcinose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La chondrocalcinose articulaire est une arthropathie microcristalline caractérisée par la précipitation de cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté (en) dans les tissus articulaires et péri articulaires.

Elle entraîne la formation de calcification intra-articulaire sous la forme d'un liseré opaque fin, cernant les contours articulaires à quelques millimètres de l'os sous-chondral.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

C’est une pathologie du sujet âgé et prédomine chez les femmes. Elle est très fréquente mais le plus souvent asymptomatique.

Clinique[modifier | modifier le code]

Il existe cinq formes cliniques différentes :

Forme asymptomatique de la chondrocalcinose articulaire[modifier | modifier le code]

La chondrocalcinose est asymptomatique dans 25 % des cas. La découverte est radiologique. Les articulations les plus touchées sont les genoux, les poignets, et le bassin.

La forme pseudo-arthrosique[modifier | modifier le code]

La forme pseudo arthrosique représente 50 % des cas. Plus sévère que l’arthrose classique, la clinique est marquée par des arthralgies chroniques de types mécaniques et les radiographies montrent des signes classiques d’arthrose associés à des liserés typiques de la chondrocalcinose dans le cartilage et dans le fibrocartilage (les ménisques par exemple). Les articulations les plus souvent touchées sont la scapho-trapézienne, le poignet, les chevilles et les métacarpo-phalangiennes.

La pseudo-goutte[modifier | modifier le code]

La pseudo-goutte est une mono-arthrite aiguë extrêmement inflammatoire avec parfois des signes généraux (fièvre, frissons, polynucléose et VS/CRP élevées). Les articulations les plus souvent atteintes sont le genou, le poignet, les épaules, les chevilles et les métacarpo-phalangiennnes. Le diagnostic se fait par une ponction articulaire qui permet de mettre en évidence les cristaux de pyrophosphate de calcium.

La forme pseudo polyarthrite rhumatoïde[modifier | modifier le code]

La forme pseudo polyarthrite rhumatoïde : rare, c’est une polyarthrite bilatérale et symétrique simulant une polyarthrite rhumatoïde.

Les arthropathies destructrices[modifier | modifier le code]

Les arthropathies destructrices : touchent surtout les genoux, les épaules et les hanches.

Étiologie[modifier | modifier le code]

Dans 90 % des cas la chondrocalcinose est dite idiopathique, c'est-à-dire sans cause connue. La chondrocalcinose peut aussi être secondaire à l’hyperparathyroïdie ou à l’hémochromatose.

Traitement[modifier | modifier le code]

Tout médicament potentiellement actif contre l'inflammation de la CCA comporte des effets secondaires ; en conséquence, aucun traitement n'est conseillé si l'affection n'est pas à l'origine de douleurs[1]. Pour la pseudogoutte, les traitements des crises incluent l'injection intra-articulaire de corticoïdes, des corticoïdes par voie systémique, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), ou, à l'occasion, de la colchicine à haute dose[1]. De faibles dose de colchicine ou d'AINS pourraient prévenir les crises[1]. Si rien ne fonctionne, l'hydroxychloroquine ou le méthotrexate pourraient apporter un soulagement[2]. La recherche sur l'ablation chirurgicale des calcifications est en cours, mais ceci reste une procédure expérimentale[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en)Rothschild, Bruce M, Calcium Pyrophosphate Deposition Disease (rheumatology) sur eMedicine
  2. Emkey GR, Reginato AM, All about gout and pseudogout, Journal of Musculoskeletal Medicine, 2009, 26 (10)