Choe Deok-sin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Choe Deok-sin (coréen : 최덕신, chinois : 崔德新), né le 17 septembre 1914[1] et mort le 14 novembre 1989 à Pyongyang était un militaire et un homme politique coréen. Ministre des affaires étrangères en Corée du Sud de 1961 à 1963, il s'occupe ensuite du mouvement religieux du Cheondogyo avant de devenir chef du parti Chondogyo-Chong-u en Corée du Nord entre 1986 et 1989.

Choe est né en 1914 alors que la Corée était dominée par le Japon. Il a fait sa formation d'officier à l'académie militaire de Chine dont il sort en 1936 pour servir dans l'armée chinoise. Il est promu colonel à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il retourne ensuite en Corée du Sud[1] et rentre à l'académie militaire. En 1949, il se forme dans les écoles militaires américaines[1] de Fort Riley et de Fort Benning. Il retourne en Corée du Sud le 14 juillet 1950[1] au début de la Guerre de Corée en tant que général commandant de la 11ème division[1]. Une de ses unités est responsable du massacre de Geochang perpétré entre les 9 et 11 février 1951 et du massacre de Sancheong et Hamyang du 7 février 1951.

En 1961, après le putsch du général Park Chung-hee, il devient ministre des affaires étrangères du 11 octobre 1961 au 15 mars 1963[2]. Il est ensuite ambassadeur de la république de Corée en Allemagne à Bonn de 1963 à 1967[2] avant de devenir le chef du mouvement religieux du Cheondogyo[2]. Il émigre en 1977 aux États-Unis où il demande l'asile[2]. Dans les années 1980, il entre en contact avec la conférence coréenne pour la démocratie et la réunification, un groupe qui sympathise avec le régime nord-coréen de Kim Il-sung[2]. En 1984, il visite pour la première fois Pyongyang[2], la capitale de la Corée du Nord. Il s'y installe deux ans plus tard[2] avec sa femme Ryu Mi-yong en tant que président du comité central du parti Chondogyo-Chong-u. À sa mort en 1989, sa femme prend sa succession. Il était également vice-président du comité pour une réunification pacifique et président du conseil coréen des religions[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Choe Dok-sin : The Nation and I. For the reunification of the motherland. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1987.
  • Choe Dok-sin : My Thirty Years in South Korea. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1989.
  • Choe Dok-sin : In the embrace of my motherland. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1990.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e 최동오와 아들 최덕신 고단한 민족사 넘나들다 애국렬사릉에 나란히 묻히다, minjog21, le 1er février 2004.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Obituaries, Choi Duk Shin, 75, Ex-South Korean Envoy, the New York Times, le 19 novembre 1989.