Chipman (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le village canadien. Pour la localité voisine, voir Paroisse de Chipman. Pour les autres significations, voir Chipman.
Chipman
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Queens
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Edward L. Farris
2012-2016
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 236 hab. (2011 en diminution)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 35″ N 65° 52′ 47″ O / 46.17638889, -65.8797222246° 10′ 35″ Nord 65° 52′ 47″ Ouest / 46.17638889, -65.87972222  
Superficie 1 958 ha = 19,58 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1304025
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Chipman

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Chipman

Chipman est un village du comté de Queens situé au centre du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Chipman est nommé ainsi en l'honneur de Ward Chipman Jr. (1787-1851), juge en chef du Nouveau-Brunswick en 1834. Vers 1870, W.C. King nomma le village Lillooet, comme la ville de Colombie-Britannique. Son frère George C. construisit la goélette Lillooet à Chipman. Le nom Lillooet devint obsolète au début du XXe siècle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Chipman est situé dans le comté de Queens, à 78 kilomètres de route au nord-est de Fredericton, à 132 km à l'ouest de Moncton, à 133 km au sud de Miramichi et à 145 km au nord de Saint-Jean. Le village est bâti au bord de la rivière Salmon, qui se jette au sud dans le Grand Lac.

Chipman est enclavé au centre-sud de la paroisse de Chipman. Chipman a une superficie de 19,58 kilomètres carrés[2]. Les municipalités les plus proches sont Minto à 25 km de route au sud-ouest, Cambridge-Narrows à 51 km au sud, ainsi que Doaktown, à 56 km au nord-ouest.

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 113 logements privés en 2006, dont 105 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 85,7 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 0,0 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 14,3 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 90,5 % des logements sont possédés alors que 9,5 % sont loués. 81,0 % ont été construits avant 1986 et 14,3 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,0 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 110 146 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Un premier bureau de poste est fondé en 1865[4]. Chipman prospère à partir de 1890[5]. En 1898, Chipman compte d'ailleurs une gare, un magasin, un moulin à farine, une scierie, une mine de charbon et deux églises[4]. Chipman est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[6]. L'école élémentaire Chipman est inaugurée en 1967 et l'école Chipman Forest Avenue ouvre ses portes en 1988[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1291 habitants en 2006, soit une baisse de 9,8 % en 5 ans[2]. Il y avait alors en tout 615 ménages dont 415 familles[3]. Les ménages comptaient en moyenne 2,1 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 2,6 personnes[3]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 15,4 % des cas, de couples sans enfants dans 38,2 % des cas et de personnes seules dans 31,7 % des cas alors que 14,6 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[3]. 73,5 % des familles comptaient un couple marié, 6,0 % comptaient un couple en union libre et 20,5 % étaient monoparentale[3]. L'âge médian était de 48,8 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[2]. 88,0 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[2]. Les femmes représentaient 53,5 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[2]. Chez les plus de 15 ans, 22,1 % étaient célibataires, 55,3 % étaient mariés, 4,9 % étaient séparés, 6,2 % étaient divorcés et 12,4 % étaient veufs[2]. De plus, 6,2 % vivaient en union libre[2].

Évolution démographique de Chipman depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 829 1 760 1 615 1 518 1 432 1 291 1 236
(Sources : [8],[9],[2])


Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers[6]. Le conseil précédent est formé lors de l'élection du 12 mai 2008; le maire est alors élu par acclamation[10]. Un dépouillement doit toutefois avoir lieu le 29 mai suivant, reconnaissant l'élection de Keith V. West[10]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[6].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Edward L. Farris
Conseillers Carol S. Boyd, Faith Ellen Kennedy, Robin Wasson et Keith Victor West.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Edward L. Farris
Conseillers Carol S. Boyd, Thomas R. Gillett, Robin W. Wasson, Keith V. West.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Edward L. Farris    
2001 2008 Carol J. Doherty    
198? 2001 William Davidson

[11]

   
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Chipman fait partie de la Région 11[12], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[13]. Chipman est représenté au conseil par son maire[14]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[15].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Chipman est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[16].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Chipman fait partie de la circonscription provinciale de Grand Lake-Gagetown, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Ross Wetmore, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Chipman fait partie de la circonscription fédérale de Fredericton. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Keith Ashfield, du Parti conservateur.

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[17].

J.D. Irving opère une scierie à Chipman, traitant le bois mou.

Vivre à Chipman[modifier | modifier le code]

Chipman compte deux écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #17. Les élèves fréquentent tout d'abord l'école élémentaire Chipman de la maternelle à la 5e année avant d'aller à l'école Chipman Forest Avenue jusqu'en 12e année.

Le village est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[18]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton et Oromocto alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Chipman possède un bureau de poste et une bibliothèque publique. Chipman possède aussi un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et une caserne de pompiers.

Le village possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 2, dont le bureau principal est situé à Oromocto.

Chipman possède un aérodrome privé, dont le code OACI est CCS4. Il possède une piste en asphalte longue de 4 000 pieds.

Chipman est desservi par le quotidien anglophone Telegraph-Journal, de Saint-Jean. Le mensuel Grand Lake Mirror est publié sur place. Le quotidien francophone est L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet. Les francophones bénéficient aussi de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

L'église St. Augustine of Canterbury est une église anglicane. L'église St. Joseph's est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Saint-Jean.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Chipman est officiellement anglophone[19] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Chipman Rose des vents
Paroisse de Chipman N Paroisse de Chipman
O    Chipman    E
S
Paroisse de Chipman

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 78.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « Profils des communautés de 2006 - Chipman - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  3. a, b, c, d et e « Profils des communautés de 2006 - Chipman - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  4. a et b « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Chipman », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2011).
  5. (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 123
  6. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  7. [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012).
  8. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  9. « Profils des communautés de 1996 - Chipman - Population », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  10. a et b « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  11. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le 2 juin 2014)
  12. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  13. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  14. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  16. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  17. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le 8 novembre 2012).
  18. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  19. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975