Chinois (La Réunion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chinois.

Les Chinois, ou Sinwa, constituent une communauté de l'île de La Réunion, département d'outre-mer français dans le sud-ouest de l'océan Indien. Il s'agit le plus souvent des descendants des populations d'origine cantonaise qui ont immigré depuis la Chine à la faveur du schéma engagiste à compter du milieu du XIXe siècle. Dans la très grande majorité des cas, les Chinois sont Français et n'ont pas la nationalité chinoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Chinois commencent à arriver sur l'île aujourd'hui connue sous le nom de La Réunion alors qu'on l'appelle encore Bourbon et que l'esclavage n'est pas aboli. Puis, lorsque c'est chose faite, ils s'y installent en nombres plus conséquents à la faveur du schéma engagiste, s'intégrant petit à petit grâce à leur participation active au commerce réunionnais et à une lente renonciation à certains aspects de leur culture d'origine. Bon nombre de ces chinois se sont métissés avec des femmes créoles d'origine européenne. Les familles dont les ancêtres se sont installées depuis longtemps à la Réunion peuvent avoir des patronymes occidentaux, soit du fait de ce métissage soit du fait d'une francisation. Par contre, les Petits Blancs ayant des patronymes à consonance chinoise ont nécessairement un ancêtre chinois, la revendication d'appartenance des uns ou des autres à cette communauté est donc souvent due à l'humeur ou au contexte. Le terme de chinois n'est d'ailleurs pas attribué qu'au chinois d'origine, il désigne de fait toute personne d'origine asiatique. Les « chinois » de la Réunion peuvent donc avoir des origines de l'espace francophone appelée autrefois l'Indochine. Une immigration récente de chinois, d'origine chinoise, s'est également faite depuis l'île Maurice, ces chinois, déjà créolisés, peuvent être protestants évangéliques ou bouddhistes.

Durant l'Entre-deux-guerres, par exemple, les Chinois de La Réunion contribuèrent activement, avec les femmes, au développement du basket-ball[1].

Nombre et représentants[modifier | modifier le code]

Nombre[modifier | modifier le code]

La loi interdisant les statistiques ethniques en France, il est difficile de les dénombrer avec précision, et seules des approximations plus ou moins douteuses sont disponibles. On estime par exemple qu'ils sont particulièrement nombreux à exercer l'activité de commerçant. On considère souvent qu'ils pratiquent généralement un catholicisme spécifique résultant d'une forme de syncrétisme.

Personnalités considérées comme chinoises[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sport colonial, André Jean Benoît, Éditions L'Harmattan, Paris, 1996(ISBN 978-2-7384-4094-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]