Chino (vêtement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chino.

Le chino ou slack est un pantalon en serge de coton, à l'origine de couleur claire. C'est initialement un vêtement militaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

pantalon Chino actuel

Le chino aurait été créé en Inde au milieu du XIXe siècle à destination des troupes coloniales britanniques. Si l'année (1846) et l'initiateur (Sir Harry Lumsden) sont communes à plusieurs sources, la finalité et la pièce d'origine sont discutées. Pour les uns[1], il a été procédé à la teinture[N 1] des pantalons d'uniforme blancs afin de les rendre moins salissants. Pour les autres, c'est un bas de pyjama local qui aurait été teint[N 2] en beige clair pour équiper les soldats aux combats afin de les rendre moins voyants[2].

L'autre nom utilisé pour désigner cette pièce d'uniforme renvoie à sa couleur; le mot khaki provient d'un terme local signifiant « poussière »[3]. Le khaki a été peu à peu utilisé par l'ensemble des troupes en Inde puis dans tout l'Empire jusqu'à devenir la tenue officielle en 1884. Au tournant du XXe siècle, de nombreux pays l'adoptent[N 3].

pour un historique du vêtement militaire et du camouflage, voir : Uniforme militaire.

Selon certaines sources[1], le terme chino proviendrait du nom donné aux pantalons acquis sur place par les soldats américains stationnés aux Philippines. Ces vêtements, qui auraient été produits à l'origine à Manchester[1], y étaient revendus par les marchands chinois de l'ile. Ce néologisme daterait en fonction des spécialistes, des années suivant la Guerre hispano-américaine ou des années 1930.

Durant la Seconde Guerre mondiale, des millions de soldats de l'US Army[N 4] portent des chinos en sergé Cramerton de 8,2 oz[N 5], développé en 1929 par la Cramerton Mills, Inc[4].

Usage[modifier | modifier le code]

Le chino est, avec la chemise madras à carreaux et les tennis blanches ou les mocassins, un incontournable du style Ivy League (en) ou preppy[5]. Le G.I. Bill, en permettant l'insertion des ex-soldats démobilisés dans le monde des universités aurait favorisé le développement du port de ce vêtement dans le civil. Au début des années cinquante, il représente un assouplissement des règles vestimentaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes de contenu[modifier | modifier le code]

  1. à base d'un « mélange de café, de curry et de jus de mûres »
  2. à base d'une plante locale, la mazari
  3. Les Français resteront fidèles aux pantalons garances
  4. Les soldats de la Navy sont équipés d'un pantalon très similaire, d'une teinte un peu différente et légèrement plus épais
  5. cette mesure de poids, qui peut aller jusqu'à 16 oz pour un pantalon, détermine la densité du tissu

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bernhard Roetzel, L'éternel masculin, Könemann,‎ 1999 (ISBN 3-8290-2030-9)
  2. Bills Khakis: l’histoire du Chino continue Greensleeves to a Ground, 24 janvier 2010
  3. 165 ans d'innovation pour le Khaki En Mode Fashioon.com, 17 octobre 2011
  4. (en) « Cramerton Mills,Cramerton, NC », sur textilehistory.org (consulté le 26 décembre 2011)
  5. Melody Kandyoti, « Des podiums à la rue : le pantalon chino » Puretrend.com, 5 août 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]