Chien courant de Hamilton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Chien courant suédois » redirige ici. Pour d'autres races de chiens courants originaires de Suède, voir Chien courant du Småland et Chien courant de Schiller.
Chien courant de Hamilton
{{#if:
Chien courant de Hamilton
Chien courant de Hamilton

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Drapeau de la Suède Suède
Caractéristiques
Silhouette Chien courant de taille moyenne, bien proportionné, donnant une impression de force et de vigueur.
Taille 53 à 61 cm (M), 49 à 57 cm (F).
Poil Rude, pas trop court, bien couché sur le corps.
Robe Tricolore.
Tête Plutôt longue, crâne légèrement bombé, stop bien défini.
Yeux De couleur brun foncé.
Oreilles Tombantes, plutôt courtes.
Queue Attachée dans la ligne du dos, portée droite ou légèrement recourbée en sabre, atteint le jarret.
Caractère Amical, caractère égal.
Autre
Utilisation Chien de chasse
Nomenclature FCI
  • groupe 6
    • section 1
      • no 132

Le chien courant de Hamilton ou Hamiltonstövare, anciennement chien courant suédois, est une race de chiens originaire de Suède. C'est un chien courant de taille moyenne, bien proportionné, à la robe tricolore noir, blanc et feu. Il s'agit d'un chien de chasse employé comme chien courant pour la chasse au renard et la chasse au lièvre.

Historique[modifier | modifier le code]

Le chien courant de Hamilton est issu de divers croisements entre des chiens courants d’Allemagne du sud et de Suisse, des foxhounds anglais et des harriers. En 1886, parmi les 189 chiens courants présentés lors de la première exposition canine suédoise, le mâle Pang et la femelle Stella, appartenant au comte Adolf Patrick Hamilton, sont considérés comme les fondateurs de la race. D'abord appelée chien courant suédois, la race est renommée chien courant de Hamilton en 1921[1].

Standard[modifier | modifier le code]

Le chien courant de Hamilton est un chien de taille moyenne, bien proportionné, donnant une impression de force et de vigueur. Le corps s'inscrit dans un rectangle. Le dimorphisme sexuel est marqué. Attachée dans la ligne du dos, la queue est portée droite ou légèrement recourbée en sabre. Assez large à la racine, elle s'amincit vers son extrémité et atteint le jarret. La tête plutôt longue possède un crâne légèrement bombé et de largeur modérée et un stop bien défini, sans être trop prononcé. Les yeux sont brun foncé. Attachées assez haut, les oreilles n’arrivent pas à mi-longueur du museau lorsqu'elles sont tirées vers l'avant. Quand le chien est attentif, elles ne se relèvent que légèrement[2].

Le poil est rude, pas trop court, bien couché sur le corps. Sur la tête, les oreilles et le devant des membres, le poil est lisse et très court. Il est plutôt long sur la face inférieure de la queue et à l’arrière des cuisses, sans former de franges. La robe est tricolore. Le dessus de l’encolure, les côtés du tronc et la face supérieure de la queue sont noirs. La tête, les oreilles, les membres, les faces latérales du cou, le tronc et la queue sont de couleur fauve. Le fauve peut varier d’un ton or à un brun rougeâtre intense et profond. Le blanc se répartit en liste blanche sur le museau, aux faces supérieures et inférieures du cou, au poitrail, à l’extrémité de la queue et au bas des membres et aux pieds[2].

Caractère[modifier | modifier le code]

Le standard FCI décrit le chien courant de Hamilton comme amical et de caractère égal[2]. La race est considérée comme assez indépendante, mais également douce et affectueuse avec sa famille[3].

Utilité[modifier | modifier le code]

Le chien courant de Hamilton est un chien courant utilisé pour la chasse au lièvre et la chasse au renard. En action, il donne de la voix. Ce n'est ni un chien de meute, ni un chien pour la chasse au cerf[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chien courant de Hamilton », sur http://www.scc.asso.fr, Société centrale canine (consulté le 16 janvier 2014)
  2. a, b et c « Standard n°132 de la FCI », Fédération cynologique internationale,‎ 17 juillet 1993 (consulté le 16 janvier 2014)
  3. Isabelle Collin, Marie-Paule Daniels-Moulin, Florence Desachy, Claire Dupuis, Giovanni Falsina et Valetta Rossi, L'encyclopédie mondiale des chiens, De Vecchi,‎ 2008 (ISBN 978-2-7328-9223-8)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]