Chiemgauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chiemgauer est le nom d'une monnaie régionale, semblable au système d'échange local français, qui a commencé en 2003 à Prien am Chiemsee, Bavière, en Allemagne[1].

Christian Gelleri, professeur dans un lycée, a fondé ce projet avec ses élèves qu'il a chargé du dessin, de l'imprimerie des coupons, de l'administration, de la comptabilité, de la publicité et d'autres services. Actuellement, il fait partie du réseau national de monnaies régionales en Allemagne (RegioNetzwerk).

Pourquoi ?[modifier | modifier le code]

  1. Création d'emplois : les élèves sont employés pour le service, en gagnant de l'argent.
  2. Promotion des activités culturelles, pédagogiques et environnementales : le système Chiemgauer appuie les associations qui travaillent pour de tels buts.
  3. Promotion de durabilité : alimentation biologique, énergie renouvelable et d'autres.
  4. Renforcement de solidarité : en renforçant les relations humaines entre les magasins locaux et les consommateurs.
  5. Stimulation de l'économie locale : Chiemgauer retient le pouvoir d'achat à l'intérieur d'une région mieux que l'euro, en favorisant les petits magasins locaux et en stimulant les transactions par oxydation.
  6. L'argent ne peut pas être employé pour la spéculation[2].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Il existe des billets de 1, 2, 5, 10 et 20 Chiemgauers. Chacun équivaut respectivement à 1, 2, 5, 10 ou 20 €.

Pour être valable, il faut que chaque billet reçoive tous les trois mois un timbre qui correspond à 2 % de sa valeur. Ce système appelé oxydation de la monnaie ou monnaie fondante est une taxe pour encourager la circulation de la monnaie. Il fut inventé par Silvio Gesell. La dépréciation de la monnaie encourage en effet la consommation et l'investissement au détriment de la thésaurisation.

Le Chiemgauer, considéré comme équivalent à l'euro, circule dans la région de Chiemgau de la façon suivante :

  • les consommateurs échangent 100 € contre 100 Chiemgauers à une association qu'ils veulent soutenir sans devoir faire de don. Ils peuvent ensuite les dépenser dans des magasins locaux, à parité avec l'euro ;
  • les magasins qui acceptent les Chiemgauer peuvent les dépenser à leur tour pour leur propres achats ou les revendre 95 € les 100 à l'émetteur des Chiemgauers. La perte est consentie car ces magasins gagnent la clientèle des consommateurs qui participent au programme ;
  • les associations achètent 100 Chiemgauer à 97 € et les vendent aux consommateurs 100 €, d'où un bénéfice de 3 € à chaque transaction ;
  • le bureau émetteur des Chiemgauers en vend 100 pour 97 € et il les rachète à 95 €, la différence remboursant les frais administratifs.

Statistiques (2012)[modifier | modifier le code]

  • Nombre de membres : 3 000 (2007 : 2 400)
  • Nombre de magasins  : 650
  • Montant de Chiemgauer en circulation  : 650 000 Chiemgauer (mai 2009)
  • Chiffre d'affaires : 6 000 000 Chiemgauer (2007 : 2 300 000 Chiemgauer, 2006  : 1 450 000 Chiemgauer)
  • Revenu annuel des associations  : 55 000 Chiemgauer (2007 : 25 100 Chiemgauer, 2006  : 16 800 Chiemgauer)
  • Total des revenus des associations depuis 2005  : 240 000 euros

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Personnel de rédaction, « The money-go-round », The Economist,‎ 22 janvier 2009 (lire en ligne)
  2. Horizons et débats, N°51, 22 décembre 2008, Un moyen de paiement régional favorise la région, sous-titré : entretien avec Christian Gelleri, directeur de Chiemgauer e.V.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]