Chieftain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chieftain
Un ancien Chieftain Mk. 5/5 jordanien, en démonstration au musée des blindés de Lešany.
Un ancien Chieftain Mk. 5/5 jordanien, en démonstration au musée des blindés de Lešany.
Caractéristiques de service
Service 19661995 (dans la British Army)
Utilisateurs Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau d’Israël Israël
Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Drapeau du Koweït Koweït
Drapeau d'Oman Oman
Conflits Drapeau de l'Iran/Drapeau de l'Irak Guerre Iran-Irak
Drapeau du Koweït invasion du Koweït
Production
Concepteur Drapeau du Royaume-Uni Leyland
Année de conception 1956 - 1961
Constructeur Drapeau du Royaume-Uni Vickers Defence Systems Ltd.
Production plus de 1 500 exemplaires (produit jusqu'en 1978)
Caractéristiques générales
Équipage Quatre hommes : conducteur, canonnier, chargeur, chef de char
Longueur 7,5 m (9,99 m avec canon)
Largeur 3,5 m
Hauteur 2,9 m
Masse au combat De 53 t à 55 t
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Type De 16 à 195 mm
Armement
Armement principal Un canon rayé de 120 mm modèle L11 (62 obus)
Armement secondaire Deux mitrailleuses L7 de 7,62 mm (6 000 coups embarqués)
Mk. 1 & 2 : une arme de pointage L21A1 de 12,7 mm (300 coups)
Mobilité
Moteur Moteur Diesel 2 temps polycarburant Leyland L60
Puissance 750 ch (551,6 kW), à 2 100 tr/min
Transmission David Brown TN12
Suspension Six bogies à ressorts horizontaux modèle Horstmann
Vitesse sur route 48 km/h (32 km/h en tout-terrain)
Puissance massique 13,6 ch/t
Réservoir 950 ℓ
Autonomie 500 km

Le FV4201 Chieftain (en anglais : Chieftain signifie « chef de clan ») était un char de combat principal britannique de deuxième génération conçu par la Royal Ordnance Factory dans les années 1960, qui fut en service dans les forces britanniques de 1966 à 1995. Lors de son apparition, le Chieftain était considéré comme le char le mieux armé et le mieux blindé en service dans les rangs de l'OTAN[réf. nécessaire].

Développement[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Chieftain était un développement poussé de la série à succès des chars Cruiser, qui émergea à la fin de la seconde Guerre mondiale. Les ingénieurs britanniques avaient appris au cours de la guerre que leurs chars manquaient souvent de protection et de puissance de feu, comparés à ceux dont disposait l'ennemi, ce qui fut en grande partie la cause des pertes élevées enregistrées par les Britanniques quand leurs véhicules faisaient face aux puissants chars allemands. Le char Centurion fut en grande partie conçu pour résoudre ce gros problème, combinant de hauts niveaux de blindage et un canon amélioré, ce qui en fit un engin au moins égal à tous ses concurrents du moment. Cependant, l'apparition du char lourd IS-3 soviétique accéléra les événements et poussa les Britanniques à créer leur propre char lourd, le Conqueror, équipé d'un canon de 120 mm. Mais les Britanniques commençaient à réfléchir au moyen de combiner la forte puissance de feu du canon du Conqueror et la grande utilité du Centurion, afin d'obtenir le char idéal.

Le constructeur Leyland Motors, qui avait déjà été impliqué dans la création du Centurion, avait construit ses propres prototypes d'un nouveau char en 1956, et ceux-ci menèrent à l'établissement, par le War Office, d'une spécification pour un nouveau char. Cette dernière, émise par l'état major, misait sur l'expérience acquise par le Centurion pendant la guerre de Corée et sur les enseignements tirés de la conception du Conqueror. On attendait de ce futur char qu'il soit capable d'engager l'ennemi à longue distance et depuis des positions défensives et qu'il soit résistant face à des tirs d'artillerie moyenne. À ces fins, le canon devait avoir un angle de dévers plus important que les 8° que permettait le Conqueror et un blindage frontal plus important. Il devait également être capable de tirer 10 coups par minute pendant la première minute et 6 coups par minute pendant les 4 minutes suivantes.

Quelques exemplaires des premiers prototypes furent fournis aux troupes pour essais à partir de 1959, ce qui permit d'apporter quelques changements au concept initial. Les plus grosses modifications furent effectuées à l'arrière de la caisse, qui dût être redessinée, afin de résoudre des problèmes de vibrations du moteur et de refroidissement. Ce changement majeur fit prendre du poids à l'engin, qui avoisinait désormais les 50 tonnes. En conséquence, la suspension du char, qui n'était prévue au départ que pour une masse de 45 tonnes, fut renforcée. Les maillons des chenilles durent également être adaptés, afin de préserver l'intégrité des routes, et la garde au sol fut augmentée. Le concept fut validé au début des années 1960.

Les Britanniques et les Israéliens avaient collaboré pendant les dernières étapes de sa conception[1], avec l'idée de fond qu'Israël achèterait la licence et produirait localement le véhicule (via les usines d'IMI - Israeli Military Industries). Deux prototypes furent fournis aux forces de Tsahal, pour une période de test de quatre ans[2]. Les résultats et les importants retours d'expérience engendrés par cette phase d'expérimentations furent pris en compte par le constructeur britannique, mais finalement les politiciens britanniques décidèrent de changer d'avis et stoppèrent le programme[3], ce qui poussa Israël à continuer sur un programme qui lui était propre[4] et qui donnera lieu à la création du Merkava[2].

En 1957, l'OTAN avait spécifié aux différentes forces armées qu'elles devraient utiliser des moteurs polycarburants. Les premiers moteurs BL délivraient une puissance d'environ 450 ch (340 kW) au volant moteur, ce qui signifiait une vitesse maximale d'environ 40 km/h et une performance en mobilité tout-terrain limitée. La performance globale de l'engin était encore plus entravée avec l'emploi d'une suspension à ressorts Horstmann, inconfortable pour l'équipage, et qui transformait en un vrai défi la moindre utilisation hors-piste du véhicule. En raison d'un assemblage sous pression des chemises de cylindres du moteur, des fuites de liquide de refroidissement à l'intérieur du bloc était monnaie courante, résultant en l'apparition d'une importante fumée blanche à l'échappement. À la fin des années 1970, le concept du moteur fut modifié, avec l'apparition du Belzona (un composé à base de polymère), qui fut utilisé pour améliorer l'efficacité des joints des chemises. Les puissances des moteurs furent également revues à la hausse, les dernières versions délivrant quelques 850 ch au volant moteur. Cela améliora beaucoup les performances et la vitesse maximale du char, bien que ses capacités tout-terrain restèrent assez limitées.

Plusieurs aspects de la conception du Chieftain furent d'abord testés par une version modifiée du Centurion, le FV4202 « 40-ton Centurion », dans lequel la position du conducteur était allongée et le canon était dépourvu de mantelet (un blindage protégeant la chambre du canon).

Description[modifier | modifier le code]

L'arrangement général du véhicule était classique et similaire à celui des précédents chars britanniques, outre le fait que le conducteur était dans une position semi-allongée. Sa tourelle profilée abritait le chargeur, assis à gauche du canon, tandis qu'à sa droite se trouvait le tireur, le chef de char étant installé derrière lui, légèrement en hauteur. L'arrière de l'engin était occupé par le moteur polycarburant Leyland et sa transmission. L'armement était constitué d'un canon de 120 mm et de deux mitrailleuses de 7,62 mm. Durant son service dans l'armée de terre britannique, onze modèles de Chieftain se sont succédé.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Armement principal[modifier | modifier le code]

Détail du canon rayé de 120 mm Royal Ordnance L11A5.

Le Chieftain était armé d'un canon à âme rayée L11A5[5] d'une longueur de 55 calibres (6,6 m) et d'un calibre de 120 mm. Il est dérivé du canon américain du même calibre, le M58 équipant précédemment les chars lourds Conqueror britanniques et M103 américains, mais contrairement au M58 (désigné « L1 gun » sur le Conqueror) qui utilisait des douilles en laiton, le L11 utilisait des charges ensachées, plus communément appelées « gargousses », qui étaient stockées séparément. Sur les chars employant des obus à douille solide, il était nécessaire de stocker les douilles vides ou de les jeter à l'extérieur après le tir. À l'intérieur du Chieftain, les sacs de combustible était stockés à l'intérieur de 36 cavités entourées par un mélange sous pression de d'eau et de glycol, ce qui valut à ce type d'installation le surnom de « wet stowage » (rangement humide). En cas de pénétration du blindage du char par un projectile, la paroi de ce système se serait brisée et le liquide se serait répandu et aurait imbibé les charges propulsives, leur évitant de créer une explosion catastrophique[6]. Comme il n'y avait aucun casier à douilles, les charges étaient directement amenées par un tube provenant d'un magasin sur la culasse. En raison de la longueur importante du canon, qui nécessitait un équilibrage et de la place pour son installation, la tourelle présentait un important porte-à-faux vers l'arrière, contenant les radios, les munitions, les équipements de contrôle de feu et d'autres installations de stockages externes.

Un manchon thermique L6A3 enveloppait le canon, permettant de garder le tube à température constante, quelles que soient les conditions climatiques. Le dispositif de frein de tir était assuré par deux cylindres à fonctionnement hydraulique, la pièce retournant à sa position initiale à l'aide d'un vérin pneumatique. L'élévation du canon se faisait à un angle compris entre -10° et +20°, lui permettant d'assurer des tirs en dévers assez prononcé. Le L11 était capable d'engager des cibles à une distance supérieure à 2 500 m.

Les munitions tirées étaient de natures très variées, mais les plus couramment utilisées était les obus HESH (High Explosive Squash Head) et les obus perce-blindage APDS (Armour-Piercing Discarding Sabot), plus connus de nos jours sous la désignation usuelle de SABOT. Des obus équivalents pour l'entraînement des équipages pouvaient également être utilisés. Le Chieftain pouvait embarquer jusqu'à 64 projectiles, mais n'emportait pas plus de 36 APDS, en raison d'une limitation de stockage de charges propulsives.

Armement secondaire[modifier | modifier le code]

Un Chieftain Mk.11 en action lors d'une représentation au Bovington Tank Museum.

La tourelle disposait d'une mitrailleuse L8A1 de 7,62 mm coaxiale[5], tandis qu'une mitrailleuse L37A1 du même calibre était montée sur la coupole rotative no 32 du chef de char, elle était commandée à distance depuis l'intérieur de la tourelle, la visée s'effectuant à l'aide d'un gros épiscope no 37 (agrandissement de ×1 à ×10).

Une arme de pointage L21A1 (cal.50) était accolée à gauche du canon, elle n'était présente que sur les premiers modèles de Chieftain (Mark I & II respectivement). Tirant des balles traçantes en rafale de trois coups à 240 coups par minute, elle était alimentée par une bande de 98 cartouches (300 coups au total)[5] et sa portée pratique était de 2 400 m, distance à laquelle la matière combustible située à la pointe des balles (d'où l'effet traçant) avait terminé de se consumer.

Six lance-grenades fumigènes de 66 mm à déclenchement électrique étaient installés de chaque côté de la tourelle, chacun ayant une couverture de 100°.

Optiques et conduite de tir[modifier | modifier le code]

Le tireur disposait du viseur télescopique AV, no 1, Mk 2 plus communément appelé TLS (Tank Laser Sight, vision laser du char). Le système de contrôle de tir était le Marconi FV/GCE Mk.4. Le chef de char disposait d'une coupole rotative dotée de 9 blocs de vision, lui permettant de voir sur 360°, et d'un projecteur infrarouge parallèle à la ligne de visée de sa mitrailleuse.

Les systèmes de visée du char étaient disponibles à la fois pour le canonnier et le commandant. Ils avaient un grossissement variable de x1 à x8 et pouvaient être remplacés par un système de vision infrarouge de grossissement ×3. Le chef de char pouvait tourner sa coupole pour amener sa visée sur une cible et ensuite engager le mécanisme de rotation de la tourelle pour qu'elle s'aligne sur cette cible, le canonnier n'ayant plus qu'à peaufiner la visée.

Le côté gauche de la tourelle était doté d'un gros phare de recherche doté d'un filtre à infrarouge, installé dans une caisse blindée[5]. Ce phare avait une portée plutôt importante, d'environ 1 à 1,5 km.

Blindage[modifier | modifier le code]

La caisse et la tourelle étaient en acier laminé, les différents éléments étaient moulés d'une seule pièce avant d'être assemblés entre-eux par soudure. À l'instar du Centurion, son prédécesseur, le blindage du Chieftain était très incliné, augmentant l'épaisseur du blindage à traverser tout en améliorant les chances de faire ricocher les obus. Lors de sa conception, le Chieftain devait être en mesure de résister sur l'arc frontal à un obus-flèche en acier BM-6 de 115 mm tiré depuis un T-62 à une distance de 1 000 m seulement.

Au tout début des années 1980, les Chieftain Mark 9 & 10 reçurent le blindage additionnel Stillbrew, conçu par le colonel Still et John Brewer, tous deux membres du Military Vehicles and Engineering Establishment (MVEE). Son développement avait été influencé par la guerre Iran-Irak, où les Chieftain iraniens s'étaient montrés vulnérables face aux nouveaux obus-flèches du T-62 ainsi qu'aux charges creuses de gros calibre[7].

Le blindage Stillbrew se compose d'une demi-douzaine de feuilles de caoutchouc, recouvertes d'une carapace faite de plusieurs plaques arrondies réalisées avec un alliage d'acier et de titane. Lors de leur fixation, des tiges en acier inoxydable étaient attachées sur la face avant de la tourelle, les plaques (munies de trous prévus à cet effet) pouvaient alors coulisser jusqu'aux couches de caoutchouc. Une fois bien ajustées, les plaques étaient serrées à l'aide de boulons et les tiges en inox protubérantes étaient coupées. Deux blocs métalliques supplémentaires étaient installés de part et d'autre de l'épiscope du conducteur. Deux plaques déflectrices étaient installées derrière les deux grands coffres avants qui surplombaient les déports de caisse. Ce blindage additionnel fonctionnait aussi bien à la manière d'un blindage espacé qu'un blindage réactif non explosif et non énergétique (NERA).

Ce tableau répertorie l'épaisseur réelle du blindage ainsi que l'augmentation de l'épaisseur horizontale offerte par le blindage incliné sur le Chieftain Mark I.

Zone concernée épaisseur réelle angle d'inclinaison par rapport à l'horizontale épaisseur à l'horizontale
Manteau du canon de 125 à 140 mm 30° de 250 à 280 mm
Face avant de la tourelle 195 mm 30° 390 mm
Flanc gauche de la tourelle de 120 à 196 mm 55° de 146 à 239 mm
Flanc droit de la tourelle de 120 à 196 mm 65° de 132 à 216 mm
Arrière de la tourelle 35 mm
Toit de la tourelle (avant) 45 mm 5° 516 mm
Toit (milieu) 25 mm
Toit de la tourelle (arrière) 25 mm 10° 143 mm
Glacis avant 85 mm 18° 275 mm
Avant de la caisse 76 mm 45° 107 mm
Côtés de la caisse 38 mm 80° 40 mm
Arrière de la caisse 35 mm 84° 37 mm
Plage arrière du compartiment moteur 20 mm
Plancher 16 mm 85° 18 mm
Déports de caisse 50 mm 60° 57 mm

Motorisation[modifier | modifier le code]

Démonstration de franchissement d'un Chieftain, au Bovington tank museum, lors d'une journée « Tanks in Action » en 2006.

Tous les Chieftain étaient propulsés par le moteur à deux temps à pistons opposés Leyland L60 Sundance. D'une conception relativement similaire au moteur d'avion Junkers Jumo 205, le L60 était un moteur comprenant douze pistons, répartis dans six cylindres pour une cylindrée de 19 litres, et doté d'une admission d'air forcée par un compresseur Roots. À l'origine, le L60 avait été conçu pour assurer la même tâche que le moteur à pistons opposés Napier Deltic : faire fonctionner les groupes électrogènes ou propulser des locomotives et les bateaux.

Le Chieftain devait être théoriquement propulsé par un moteur V12 de chez Rolls-Royce, mais deux années supplémentaires étaient nécessaires pour son développement. Les concepteurs du Chieftain ont vu dans le L60 un moteur idéal pour propulser le successeur du Centurion. Outre son aspect relativement compact, combiné à une cylindrée réduite, le L60 offrait la possibilité de faire varier le rapport de compression en changeant la synchronisation des deux vilebrequins, lui permettant de fonctionner avec plusieurs types de carburants. Le moteur polycarburant[5] était une exigence décrétée à l'époque par l'OTAN pour les futurs chars de l'Ouest. Il était accouplé à la boîte de mécanisme TN-12 Hot Shift à six rapports avant et deux arrière. Sur les premiers modèles, tels les Chieftain Mark I, la puissance développée ne dépassait pas les 585 ch. À partir du Mark II, le moteur, sous la désignation de L60 Mark 6A, avait été gonflé pour atteindre les 650 ch. Plus tard, la puissance du L60 Mark 7A atteignit 720 ch, puis 750 ch avec le Mark 8A sur le Chieftain Mark V, pour un régime à 2 100 tr/min[5]. Toutefois, la masse globale du char augmentant avec les années, la montée en puissance des moteurs ne put que modestement compenser la perte de performances engendrée par l'embonpoint de ces véhicules.

Au cours de sa carrière, le Chieftain a souffert d'un grande nombre de problèmes techniques liés à sa motorisation. En effet, le L60 avait été conçu pour fonctionner à un régime constant dans une atmosphère relativement saine et calme. Ces facteurs n'étant pas du tout rencontrés sur un char de combat principal, les secousses, les brusques accélérations et la poussières ont vite fait de pousser le L60 à ses limites. Très vite, des fissures sont apparues au niveau des chemises des cylindres, et les fuites de liquide de refroidissement ou ruptures du joint de culasse ont réduit la durée de vie de certains moteurs jusqu'à ne pas excéder les 100 km. D'autres problèmes concernaient également les ventilateurs de refroidissement et la mauvaise conception du routage des tuyaux véhiculant les liquides à l'intérieur de la structure du char.

Un deuxième moteur, plus petit, un Coventry-Climax H-30 à trois cylindres, développant 37 ch pour une cylindrée d'un litre, servait de groupe auxiliaire de puissance en alimentant la génératrice et la pompe hydraulique. Il permettait la rotation de la tourelle et le pointage du canon lorsque le moteur était à l'arrêt. Il actionnait également le démarreur hydraulique.

Manœuvrabilité et conduite[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le char était pointé en direction par des leviers conventionnels agissant hydrauliquement sur des freins à disques externes. Ces disques travaillaient de concert avec la boîte de mécanismes épicyclique, fournissant un braquage « régénératif ». Cette boîte de vitesses était opérée à la manière de celle d'une moto, avec une pédale située à gauche pouvant fournir des impulsions vers le haut et le bas et actionnant des unités électro-hydrauliques à l'intérieur de la boîte. L'accélérateur était opéré par le pied droit, via un câble, comme sur les voitures actuelles. La suspension était de type Horstmann, à bogies et ressorts, équipée de larges plaques latérales pour protéger les chenilles et fournir une protection à distance contre l'action des charges creuses.

Versions[modifier | modifier le code]

Versions originelles[modifier | modifier le code]

Chars Chieftain Stillbrew du 14th/20th King's Hussars, peints en camouflage urbain, défilant dans la Straße des 17. Juni à Berlin-Ouest, le .
  • Chieftain Mark I : Moteur développant 585 ch, coupole du chef de char no 11 Mk.1, dont l'ouverture s'effectue via deux panneaux d'écoutille jumeaux. Ils furent uniquement utilisés comme char d'écolage pour les futurs équipages de Chieftain. Le Mark I est produit à quarante exemplaires entre et (26 à ROF Leeds et 14 à Vickers-Armstrong). Le premier exemplaire est de présérie, les trente-neuf autres sont assemblés en production initiale à faible cadence (PIFC).
    • Mark 1/1 : Améliorations au niveau du pot d'échappement et des indices d'usure des filtres à air du moteur.
    • Mark 1/2 : La coupole du chef de char no 11 Mk.1 est remplacée par la coupole no 15 Mk.1, amélioration des lances-pots fumigènes, améliorations au niveau du pot d'échappement et des indices d'usure des filtres à air du moteur. Les galets de roulement sont équipés avec des joints flottants, ajout de quatre feux de croisement composés de deux phares à lumière blanche et de deux phares infrarouges. Tous ces changements ont été réalisés lorsque les chars étaient en révision.
    • Mark 1/3 : Mark 1 transformé en Mark 1/1 et ayant reçu l'amélioration « Totem Pole » au niveau de la motorisation.
    • Mark 1/4 : Mark 1/2 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre du programme « Totem Pole ». Onze exemplaires transformés en char-pont Mark 6 « AVLB », à partir de 1986.
  • Chieftain Mark II : Modèle original du Chieftain, le moteur L60 délivre maintenant une puissance de 650 ch, nouvelle tourelle avec un blindage plus épais, nouvelle coupole no 15 Mk.2, meilleure étanchéité au niveau de l'échappement et des joints des panneaux du compartiment moteur, permettant la traversée en gué profond. Les persiennes aérant le compartiment moteur sont élargies et redessinées pour obtenir une meilleure ventilation de la boîte de vitesses, tout en en facilitant son accès au mécanicien. Les Mark II incorporent les modifications des Chieftain Mark 1/2 avant leur sortie de l'usine. Le Mark II est le premier modèle de Chieftain à entrer en service de manière pleinement opérationnelle dans la British Army. Le premier exemplaire est livré le par l'usine ROF de Leeds.
    • Mark 2 (X) : Mark 2 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre de la variante X du programme « Totem Pole ».
    • Mark 2 (Y) : Mark 2 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre de la variante Y du programme « Totem Pole ».
    • Mark 2 (Y) / L : Mark 2 équipé du kit L pour recevoir le viseur équipé du télémètre laser TLS (Tank Laser Sight) C no 1 Mk.1.
    • Mark 2 (Y) / 1 : Mark 2 équipé du viseur doté du télémètre laser TLS no 1 Mk.2 ou sa version améliorée, le no 3 Mk.1, ainsi que du miroir de volée Stage 1 placé au bout du canon L11.
    • Mark 2 (Y) / 2 : Mark 2 ayant reçu le viseur TLS no 1 Mk.2 et le miroir de volée Stage 1.
  • Chieftain Mark III : Essentiellement un Mark II équipé de suspensions plus solides, les axes des essieux étant amortis par un mécanisme à bain d'huile, nouveau système de réglage de la tension des chenilles et nouveaux galets de support des chenilles. Le moteur L60 Mark 6A développe maintenant 650 ch et affiche une meilleure durée de vie que ses précédentes versions, modifications au niveau des courroies actionnant les ventilateurs et du système d'extraction de poussière. L'unité auxiliaire de puissance H30 Mark 10A GUE affiche de meilleures performances. Meilleures capacités de démarrage à froid. Râtelier à munitions optimisé, consolidation des dents des chenilles. Nouvelle coupole no 15 Mk.2 équipée de la mitrailleuse L37A1, elle possède de nouveaux épiscopes inclinés pour limiter la réflexion du soleil, à la suite des conclusions tirées lors des essais en Israël. La boîte de mécanisme (boîte de vitesses) possède un frein de stationnement amélioré avec un ratio de 12/1. Réaménagement de l'arrière de la tourelle pour y faciliter son accès en cas de remplacement du canon de 120 mm. Quatre feux de croisement composés de deux phares à lumière blanche et de deux phares infrarouges.
    • Mark 3 (X) : Mark 3 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre de la variante X du programme « Totem Pole ».
    • Mark 3 (Y) : Mark 3 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre de la variante Y du programme « Totem Pole ».
    • Mark 3 (Y) / L : Mark 3 équipé du kit L pour recevoir le viseur équipé du télémètre laser TLS (Tank Laser Sight) C no 1 Mk.1.
    • Mark 3 (Y) / 1 : Mark 3 avec le viseur doté du télémètre laser TLS no 1 Mk.2 ou sa version améliorée, le no 3 Mk.1 ainsi que du miroir de volée Stage 1 placé au bout du canon L11.
    • Mark 3 (Y) / 2 : Mark 3 ayant reçu le viseur TLS no 1 Mk.2 et le miroir de volée Stage 1.
    • Mark 3/G : Initialement dénommé sous le nom de Mark 3/1, le char possède une prise d'air sur la tourelle permettant de fournir de l'air par aspiration forcée au moteur, le système d'aspiration naturelle étant supprimé. Seuls six chars commandés par l'Iran sont construits en à la ROF (Royal Ordnance Factories) de Leeds, les Mark 3/G sont finalement livrés à la British Army.
    • Mark 3/G (X) : Autre appellation des Mark 3 (X).
    • Mark 3/G (Y)/2 : Autre appellation des Mark 3 (Y)/2.
    • Mark 3/2 : Mark 3/G modifié pour réaliser des tests sur les différentes méthodes d'apport d'air au moteur L60, par aspiration naturelle ou forcée. Le chef de char dispose d'un interrupteur d'urgence permettant de couper le moteur à n'importe quel moment. Le palonnier du chef de char dispose aussi de sa propre détente. Le Mark 3/G accueille aussi un prototype de télémètre laser ainsi que la câblage qui va avec. Seuls dix-sept Mark 3/2 sont construits à la ROF de Leeds entre et pour le compte de la British Army.
    • Mark 3/2 (X) : Autre appellation des Mark 3 (X).
    • Mark 3/2 (Y)/2 : Autre appellation des Mark 3 (Y)/2.
    • Mark 3/S « Sandman » : Mark 3/G produit en grande série, le moteur fonctionne aussi bien en aspiration naturelle que forcée, la dernière permettant le passage en gué profond. Amélioration des principaux filtres à air du moteur, nouveau réservoir d'huile plus petit, l'agencement des tuyaux transportant le lubrifiant est modifié pour faciliter l'installation des nouveaux filtres à air. Le chef de char dispose d'un interrupteur d'urgence permettant de couper le moteur à n'importe quel moment. Le tireur possède un nouveau palonnier équipé d'une nouvelle détente plus ergonomique. Le chargeur dispose d'un bloc d'ancrage ainsi que d'outils nécessaires à l'extraction de la chambre d'un obus HESH défectueux. Quarante exemplaires construits à la ROF de Leeds entre janvier et pour le compte de la British Army.
    • Mark 3/S (X) : Autre appellation des Mark 3 (X).
    • Mark 3/2 (Y)/2 : Autre appellation des Mark 3 (Y)/2.
    • Mark 3/3  : Mark 3/S « Sandman » avec un compartiment moteur modifié pour accueillir la version Mark 7A du moteur L60, qui développe cette fois 720 ch. Le moteur L60 Mark 7A reprend les améliorations au niveau des filtres à air, du réservoir d'huile et du système de lubrification effectuées sur le Mark 3/S « Sandman ». Les deux silencieux fixés à l'échappement du moteur sont remplacés par une seule chambre d'expansion, ajout d'une valve d'isolation au niveau des réservoirs de carburant. Les persiennes aérant la transmission sont redessinées et recouvertes d'un filet grillagé pour limiter l'intrusion de corps étrangers. Le viseur de jour no 59 du tireur affiche un nouveau réticule, permettant d'utiliser à meilleur escient les nouvelles balles traçantes de l'arme de pointage, qui portent désormais plus loin. Le support du viseur ainsi que son câblage sont ajustés en vue d'accueillir un futur dispositif de télémétrie laser. Les moteurs électriques de type Metadyne sont améliorés et sont installés dans un compartiment séparé de l'équipage. Nouveau système de traitement et de filtration de l'air pour l'équipage, ce système NBC (nucléaire, bactériologique et chimique) est désigné no 6 Mark 1. Le système de verrouillage de l'écoutille du conducteur est retravaillé, le système de boudin gonflable faisant office de joint sur l'anneau de la tourelle est supprimé. Ajout d'un système de chauffage pour les batteries afin de limiter les déperditions par temps froid. Le Chieftain Mark 3/3 est construit à cinquante-six exemplaires à la ROF de Leeds entre et pour le compte de la British Army.
    • Mark 3/3P « Persia » : Chieftain Mark 3/3 vendu à l'Iran, quarante-quatre exemplaires construits à la ROF de Leeds en même temps que les Mark 3/3.
  • Chieftain Mark IV : Deux chars sont construits (numéros d'immatriculation 02SP95 et 02SP96) en à la ROF de Leeds, suivant des spécifications exigées par les Israéliens. Étant donné que le contrat est rompu en , les deux Chieftain Mark 4 sont expédiés au terrain d'essai de Yuma (Yuma Proving Ground) dans le désert de Yuma, en Arizona, pour évaluation en coopération avec l'US Army de ses performances en milieu désertique entre mai et . Le deuxième exemplaire (02SP96) a plus tard été équipé d'une suspension hydropneumatique dans le cadre de la mise au point du futur char anglais, le FV4030 Challenger 1.
  • Chieftain Mark V : Modèle définitif produit en grande série pour la British Army, développé à partir du Mark 3/3. La boîte de vitesses TN12 est renforcée et est équipée d'un nouveau carter tandis que le moteur se voit équipé d'un système d'échappement à faible restriction. La conception des filtres à air de l'unité auxiliaire de puissance H30 Mark 10A est entièrement révisée. Le démarrage s'effectue plus rapidement, notamment par temps froid, grâce à l'installation d'un système de chauffage pour les batteries. Le support du viseur télescopique no 43 du tireur a été ré-ajusté, tandis que son réticule et celui du collimateur du chef de char est modifié pour s'accommoder aux nouvelles balles traçantes L13 tirées par l'arme de pointage L21A1, dont l'approvisionnement en munitions a été réduit à 150 balles à la suite de l'abandon des munitions L11. La dotation maximale en obus de 120 mm passe à 64 projectiles, en raison d'une modification au niveau des caissons à gargousses. Remplacement du manchon thermique/anti-arcure L6A3 par le modèle L6A4. Nouveau viseur no 37 Mark 4 pour le chef de char, avec capacité de pointer la mitrailleuse L37A1 en site jusqu'à un angle de 90°. Le système de traitement et de filtration de l'air pour l'équipage est mis au standard no 6 Mark 2. La conception de la pince servant à immobiliser le canon est entièrement revue. Installation d'un système de détection infrarouge no 6, conçu pour émettre un signal sonore si il est éclairé par le phare infrarouge d'un char adverse. Le premier Chieftain Mark V sort de la ROF de Leeds en .
    • Mark 5/P « Persia » : Identique en tout point au Chieftain Mark 5 mais vendu à l'Iran.
    • Mark 5/L : Mark 5 équipé du kit L pour recevoir le viseur équipé du télémètre laser TLS (Tank Laser Sight) C no 1 Mk.1.
    • Mark 5/1 : Mark 5 avec le viseur doté du télémètre laser TLS no 1 Mk.2 ou sa version améliorée, le no 3 Mk.1, ainsi que du miroir de volée Stage 1 placé au bout du canon L11.
    • Mark 5/2K « Kuwait » : Appelé aussi Mark 5/2, son viseur est doté du télémètre laser TLS no 1 Mk.2 ou sa version améliorée, le no 3 Mk.1 ainsi que du miroir de volée Stage 1 placé au bout du canon L11. Cent soixante-cinq exemplaires vendu au Koweït, ils furent construits à la ROF de Leeds à partir de .
    • Mark 5/3 : Mark 5 doté d'un télémètre laser, d'un miroir de volée et de la nouvelle conduite de tir IFCS (Improved Fire Control System). Modifications mineures au niveau de la coupole du chef de char.
    • FV4030/1 Mark 5/3P : Première étape du projet FV4030 réalisé pour l'Iran : il s'agit d'un Mark 5/P amélioré, avec un blindage ventral plus épais pour améliorer sa résistance face aux mines. Des amortisseurs de choc sont fixés sur les premiers et les troisième bogies. Installation d'une boîte de vitesses entièrement automatique. Sa capacité en carburant est accrue. Cent quatre-vingt-treize construits à la ROF de Leeds à partir de .
    • Mark 5/4 : Mark 5 capable de tirer des obus-flèches L23 en raison de modifications au niveau des râteliers à munitions. Le réticule du viseur du tireur a été ré-ajusté pour être compatible avec ce nouveau genre de projectiles.
  • Chieftain Mark 6
  • Chieftain Mark 8 : Mark 3/3 ayant bénéficié d'améliorations au niveau de la motorisation, dans le cadre des variantes X, Y et Z du programme « Totem Pole ».
  • Chieftain Mark 9 : Concerne tous les Chieftain Mark 5/4, Mark 6/4, Mark 7/4 et Mark 8/4 ayant reçu des modifications au niveau des râteliers à munitions en vue de recevoir des obus-flèche L23.
  • Chieftain Mark 10 : Mark 9 équipé du blindage supplémentaire Stillbrew ainsi que du système de filtration NBC no 11 Mk.1.
  • Chieftain Mark 11 : Mark 10 équipé du viseur thermique TOGS à la place du phare halogène/infrarouge no 2 Mk.3. C'est le tout dernier modèle de Chieftain à être entré en dotation dans la British Army.
  • Chieftain Mark 12
  • Chieftain Mark 13
  • Chieftain Mark 15 : Appellation donnée aux chars Chieftain vendus à Oman.

Autres modèles[modifier | modifier le code]

Un véhicule de récupération/réparation FV 4204 Chieftain ARRV, construit en 1976 et utilisé au cours de la première guerre du Golfe. Il est exposé à la North Cornwall Tank Collection, à Dinscott.
Un exemplaire de la version du génie AVRE, transportant une fascine sur Salisbury Plain, lors d'une démonstration au public. Cet engin est également équipé de griffes devant le châssis, permettant d'écarter les mines du passage de ses chenilles.
  • FV4211 « Aluminum Chieftain » : Prototype assemblé grâce à la technique de mécanosoudage des plaques d'acier, lui donnant une apparence plus anguleuse. Des modules de blindage composite Burlington à base de céramique sont montés sur le glacis de la caisse, sur la face avant de la tourelle ainsi que sur ses flancs. Pour limiter la masse de l'engin, la structure de la tourelle est faite en aluminium.
  • FV4030/2 Shir 1 « Lion de Perse » : Aussi désigné « Khalid », il s'agit de la version jordanienne du Chieftain, dotée des trains roulants du Challenger 1. Ce char est un FV4030/1 Mark 5/3P dont les parois du compartiment moteur ont été ré-haussées pour recevoir le moteur à 12 cylindres Rolls-Royce CV12, d'une puissance de 1 200 ch à 2 300 tr/min. Nouvelle boîte de mécanisme David Brown TN37, incorporant une transmission automatique. Il fut en fait une étape de transition entre le Chieftain et le Shir 2, qui avait été prévu initialement pour être livré aux Iraniens, mais dont la commande fut annulée à la suite de la révolution de 1979. Trois prototypes construits en 1977.
  • FV4030P2J : Autre désignation du Shir 1. P = Phase, J = Jordan (Jordanie).
  • FV4030/3 Shir 2 : Version iranienne. Char basé sur le FV4211 « Aluminum Chieftain », mais doté du moteur Rolls-Royce CV12 de 1 200 ch ainsi que d'une suspension hydropneumatique conçue par Dunlop. Extérieurement, les différences les plus visibles sont la suppression du phare de recherche de la gauche de la tourelle, le réagencement des casiers de stockage, la suppression de la canalisation d'eau entourant l'écoutille du poste du conducteur, la modification des phares de route et l'agrandissement les logements des épiscopes de la coupole du commandant. Tous ces véhicules sont devenus des Challenger 1 après être repassés entre les mains des ouvriers de ROF Leeds.
  • Chieftain 800 : Équipé d'un blindage composite de type « Chobham » sur l'arc frontal ainsi que du viseur jour/nuit Condor de chez Pilkington Optronics. Il est propulsé par le moteur Rolls-Royce CV-12 dont la puissance est réduite à 800 ch.
  • Chieftain 900 : Chieftain 800 équipé d'une tourelle expérimentale conçue par Marconi. La tourelle possède un viseur jour/nuit SFCS-600 et incorpore la conduite de tir « Centaur » assistée par un calculateur balistique EC600, ils sont tous deux conçus par la firme Marconi. Son nom provient du fait que le moteur possède une puissance de 900 ch. Il a été testé à Bovington en .
  • Chieftain 1000
  • Chieftain 2000 : Chieftain équipé de la tourelle expérimentale conçue par la firme Marconi.
  • Mobarez : Version améliorée des Chieftain Mark 3 et Mark 5 iraniens, avec de nouvelles jupes latérales et un nouveau moteur de 850 ch, entré en service en 2006.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • FV4204 ARV/ARRV : Armoured Recovery Vehicle, Armoured Recovery and Repair Vehicle. Il s'agit de véhicules de réparation des chars endommagés au combat ;
  • FV4205 AVLB : Poseur de ponts ;
  • Chieftain AVRE : Armoured Vehicle Royal Engineers. Il s'agit d'une version de génie utilisée par les Royal Engineers de la British Army. Il étaient la plupart du temps dotés de fascines
  • Chieftain Marksman : Variante antiaérienne équipée de la tourelle Marksman, à deux canons ;
  • Chieftain Mineclearer : Version destinée au déminage ;
  • Chieftain Sabre : Variante antiaérienne dotée de deux canons de 30 mm ;

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Un ancien Chieftain Mk.V iranien, dans un musée russe.
Des carcasses de Chieftains servant de cibles à Lulworth Ranges (2008).

Il a servi au cours de la guerre Iran-Irak, dans les forces iraniennes, et lors de l'invasion du Koweït en 1990.

Comme ses concurrents européens, le Chieftain bénéficia d'un large succès à l'export vers le moyen-orient, mais, contrairement au Centurion, il ne fut adopté par aucun autre pays membre de l'OTAN ou du Commonwealth.

Le Chieftain prouva qu'il était efficace au combat et qu'il était possible de le faire évoluer, avec améliorations d'ordre général ou pour des besoins localisés. L'engin fut continuellement amélioré au cours de sa carrière, jusqu'au début des années 1990, lorsque sa relève fut effectuée par le Challenger 1. La version ultime du char, utilisée par la British Army jusqu'en 1995, incorporait le blindage Stillbrew, l'Improved Fire Control System (IFCS) et le Thermal Observation Gunnery Sight (TOGS). Le dernier régiment britannique à avoir été doté de Chieftains était le 1st Royal Tang Regiment, qui était basé à Aliwal Barracks, Tidworth.

Le premier modèle apparut en 1967. Le Chieftain fut livré à au moins six pays, parmi lesquels l'Iran, le Koweït, Oman et la Jordanie. Un accord pour des ventes et une production locale en Israël fut annulé par le gouvernement britannique en 1969[9], malgré l'accomplissement d'un effort considérable, de la part des Israéliens, dans la production de données techniques et tactiques destinées à la mise au point de ce char, en particulier la capacité à opérer efficacement en environnement désertique et la démonstration de l'intérêt d'utiliser des positions couvertes pour le combat (hull down). Deux exemplaires furent livrés aux Israéliens, afin d'être testés de manière intensive par les forces de Tsahal. Cette expérience mena à la création locale du char Merkava, dont le programme de développement fut dirigé par le général Israel Tal, lequel avait étroitement travaillé avec les Britanniques durant la phase d'expérimentations de quatre ans du Chieftain[2].

La vente étrangère la plus massive fut effectuée en direction de l'Iran qui, à la recommandation du général Tal[2], prit livraison d'environ 900 véhicules avant la révolution de 1979[10]. Le char fut utilisé de manière intensive pendant la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988, incluant la plus importante bataille de chars du conflit, la bataille de Nasr, pendant laquelle les résultats furent assez mitigés, les casses moteur fréquentes étant causées par une maintenance négligée. Seules quelques douzaines de Chieftains iraniens parvinrent à survivre à la guerre. Ironie du sort, à la fin de la guerre les Irakiens possédaient plus de Chieftains que les Iraniens[11].

Les Chieftains koweïtiens participèrent aux combats lors de l'invasion du Koweït en 1990. La 35e brigade blindée koweïtiennes prit part à la bataille des ponts, le , face aux éléments des divisions irakiennes Hammurabi et Medina, avant de se retirer au-delà de la frontière saoudienne[12]. 136 Chieftains koweïtiens furent perdus, seulement 7 parvenant à survivre à la guerre[13],[14].

Utilisateurs et nombre d'exemplaires reçus[modifier | modifier le code]

Anciens utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 495 exemplaires, utilisés de 1965 à 1995, 30 non-opérationnels étaient encore enregistré en 2008, 3 en 2015[15] ;
  • Drapeau de l'Irak Irak : Entre 50 et 75 exemplaires étaient en service dans le pays, en 1990. La plupart avaient été portés au standard « Khalid », avec l'air conditionné, un blindage renforcé et une vision de nuit[16] ;
  • Drapeau d’Israël Israël : 2 exemplaires livrés, dans le cadre du projet de développement commun anglo-israélien. En service dans l'armée de Tshal pour expérimentations entre 1965 et 1969[2] ;
  • Drapeau du Koweït Koweït : 175 exemplaires en 1975, 143 en 1989, 20 en 1995, 17 en réserve en 2000[14].

Utilisateurs actuels[modifier | modifier le code]

Des Chieftain omanais du régiment blindé du Sultan en 1981.
  • Drapeau de l'Iran Iran : 707 exemplaires du Mark-3P', 125 ou 189 exemplaires du FV-4030-1, 41 ARV et 14 AVLB reçus entre 1971 et 1979 avant la révolution iranienne. D'autres commandes ultérieures de la version plus performante 4030 furent annulées à ce moment. Toutes versions confondues, il restait 100 exemplaires de ce char en service en 2005 (100 en 1990, 250 en 1995, 140 en 2000)[17] ;
  • Drapeau de la Jordanie Jordanie : 274 Khalids livrés entre 1981 et 1985, auxquels s'ajoutent 90 exemplaires de Mark 5/5 provenant d'Irak[18]. Les Khalids avaient été à l'origine développés pour l'Iran, mais cette commande fut annulée à la suite de la révolution iranienne. Il reste 350 chars en service ;
  • Drapeau d'Oman Oman : 27 exemplaires, livrés entre 1981 et 1985[19].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) Rob Griffin, Chieftain, Royaume-Uni, The Crowood Press,‎ , 192 p. (ISBN 978-1861264381) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Simon Dunstan et Peter Sarson, Chieftain Main Battle Tank 1965-2003, Royaume-Uni, Osprey Publishing,‎ , 48 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dexter Phoenix, « Israel and Depleted Uranium », sur Salem-News.Com, Salem-News,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  2. a, b, c, d et e (en) « The Knight that gave birth to the Chariot », Armored Corps Magazine,‎ 2001 (consulté le 30 décembre 2014)
  3. (en) « House of Commons will hold debate on issue of sale of Chieftain tanks to Libya », Jewish Telegraphic Agency,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  4. (en) « Chieftain Main Battle Tank », sur Science.howstuffworks.com, How Stuff Works,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  5. a, b, c, d, e et f (en) « Chieftain MBT Main Battle Tank (1965) », Military Factory,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  6. (en) Simon Dunstan et Peter Sarson, Chieftain Main Battle Tank 1965–2003, Osprey Publishing,‎ , 48 p. (ISBN 1841767190 et 978-1841767192, lire en ligne), p. 6
  7. (en) « Stillbrew Armor », History Wars Weapons,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  8. Simon Dunstan et Peter Sarson, Chieftain Main Battle Tank 1965-2003, Osprey Publishing,‎ (ISBN 978-1841767192).
  9. (en) Paul Reynolds, « Files reveal British-Israel tank secrets », BBC News,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  10. (en) « Trade registers », SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) (consulté le 30 décembre 2014) (chercher Uited Kingdom → Iran, 1950–2008)
  11. (en) Colonel Maedh Ayed Al-Lihaibi, « An analysis of the Iran-Iraq war : military strategy and political objectivies » [PDF], Air War College,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  12. (en) Major Robert A. Nelson, The Battle of the Bridges, Armor (magazine),‎ , 54 p. (lire en ligne [PDF]), p. 26–32
  13. (ru) Aleksei Brusilov et Leonid Karyakin, « Танки в операции «Шок и трепет» », Tankomaster,‎
  14. a et b (en) John Pike, « Kuwait - Army Equipment », Globalsecurity,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  15. (en) Vehicle & Aircraft Holdings within the scope of the Conventional Armed Forces in Europe Treaty Annual : 2015 edition, Ministère de la Défense (Royaume-Uni),‎ , 16 p. (lire en ligne), p. 4.
  16. (en) Stephen Hughes, The Iraqi threat and Saddam Hussein's weapons of mass destruction, Trafford Publishing,‎ , 526 p. (ISBN 1553691636 et 978-1553691631), p. 304
  17. (en) John Pike, « Iranian Ground Forces Equipment », Globalsecurity,‎ (consulté le 30 décembre 2014)
  18. (en) « Trade registers », SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) (consulté le 30 décembre 2014) (chercher Uited Kingdom → Jordanie, 1950–2008)
  19. (en) « Trade registers », SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) (consulté le 30 décembre 2014) (chercher Uited Kingdom → Oman, 1950–2008)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • [1] Diagramme montrant l'épaisseur du blindage du Chieftain