Chico et Rita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chico et Rita

Titre original Chico y Rita
Réalisation Fernando Trueba,
Javier Mariscal
Scénario Fernando Trueba,
Ignacio Martínez de Pisón
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre 94 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chico et Rita (Chico y Rita) est un film d'animation hispano-britannique réalisé par Fernando Trueba et Javier Mariscal, distribué en France par Rezo Films et Studio 37. Il est sorti sur les écrans français le 6 juillet 2011. C'est un dessin animé musical relatant les vies et l'histoire d'amour orageuse de Chico et Rita, un pianiste et une chanteuse cubains, dans le milieu du jazz cubain à La Havane et à New York au milieu du XXe siècle. Le film, bien accueilli par la critique, remporte plusieurs prix dans des festivals.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À La Havane, un vieil homme qui gagne péniblement sa vie en tant que cireur de chaussures se remémore sa jeunesse. La majorité du film est donc un flashback. Tout commence à Cuba en 1948. Chico est un jeune pianiste de jazz, qui vit à La Havane, passionné du bebop qui émerge en Amérique. Au cours d'une soirée en compagnie de son ami et « agent », Ramon, Chico rencontre la belle Rita, qui est chanteuse et gagne sa vie en se produisant dans les clubs et les bals populaires. Chico tombe aussitôt amoureux de Rita. Après quelque temps, il parvient à la séduire, et tous deux passent leur première nuit d'amour ; mais au matin, l'ancienne compagne de Chico vient brutalement interrompre leur idylle. Rita, outrée, quitte le jeune homme et refuse de le revoir. Ramon réussit finalement à réunir les deux artistes le temps d'un concours de musique, qu'ils remportent ensemble, gagnant ainsi un contrat avantageux pour un numéro de chant dans un hôtel de luxe. Chico et Rita se réconcilient et, pendant un temps, tout va bien. Un jour, Rita est abordée par un riche imprésario américain qui lui propose un contrat mirobolant à New York. La chanteuse, exige cependant que Chico lui soit associé dans le contrat, et finit par renoncer à l'offre plutôt que de se séparer de lui ; mais, le soir même, lorsqu'elle essaie de retrouver Chico après une dispute de jalousie, elle le retrouve, ivre mort, en compagnie de son ancienne compagne. Désabusée, Rita accepte le contrat et s'envole pour l'Amérique le lendemain. Ramon vient lui faire ses adieux, reprochant à Chico de l'avoir laissée partir.

Quelque temps plus tard, Ramon et Chico (qui vend son piano pour réaliser son projet) décident de se rendre à New York confiants dans le talent de Chico et en leurs contacts dont Chano Pozo qui jouent avec les meilleurs jazzmen du moment. Tous deux peuvent enfin voir leurs idoles, Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Tito Puente, Thelonious Monk et d'autres, en chair et en os. Par l'intermédiaire de Ramon, qui a retrouvé la trace de Rita, Chico parvient à revoir sa bien-aimée, mais Rita refuse toujours de le voir et dit avoir changé, même si elle reste amoureuse de lui sans vouloir l'admettre. Ramon et Chico fréquentent un temps Chano Pozo et sont témoins de sa mort à l'occasion d'un règlement de comptes lié à une vente de drogue. À l'enterrement du musicien, Chico revoit brièvement Rita en compagnie de l'imprésario Ron qui partage désormais sa vie.

Pour se défaire de son rival, Ron établit Ramon, qui vivotait tout en accompagnant les débuts de Chico, en agent officiel. Rita se produit alors dans les plus fameuses salles américaines, et entame une carrière à Hollywood ; mais elle doit toujours faire face à la ségrégation raciale en tant que latino-américaine. De son côté, Chico se voit proposer par Ramon un contrat prestigieux et part en tournée en Europe. Quelque temps après, les deux artistes se rencontrent de nouveau et Rita se rend compte qu'elle est toujours amoureuse de Chico. Les deux amoureux renouent et décident peu après de se marier en secret à Las Vegas. Chico en fait la confession à Ramon, qui prévient Ron le rival de Chico. La veille du mariage, Ramon glisse de la drogue dans une poche de Chico peu avant une descente de police : Chico se fait arrêter et expulser des États-Unis, sans pouvoir prévenir Rita. A Cuba il arrive concomitamment à la révolution qui amène au pouvoir Fidel Castro. Sa musique est alors " non grata " à Cuba : le jazz est une musique impérialiste yankee. C'est la fin de sa carrière musicale et il vivote dès lors ; il ne reste de sa carrière que sa boîte à souvenirs (photos et partitions de ses compositions).

Après la fin du flashback, l'histoire continue dans le présent. Chico, désormais âgé, n'attend plus rien de la vie, lorsqu'il est retrouvé à l'improviste par des admirateurs : une jeune artiste adoratrice de ses compositions veut enregistrer avec lui. Moment d'émotion pour Chico qui se retrouve devant un piano pour la première fois depuis des années. Cela relance sa carrière, il peut retourner aux États-Unis et reprendre ses voyages. Il se lance alors sur la trace de Rita et, après de longues recherches, finit par la retrouver à Las Vegas, qu'elle n'a pas quitté depuis le mariage manqué. Les deux amants, devenus vieux, se retrouvent enfin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Chico y Rita
  • Titre français : Chico et Rita
  • Réalisateurs : Fernando Trueba et Javier Mariscal
  • Scénario : Fernando Trueba et Ignacio Martínez de Pisón
  • Musique originale : Bebo Valdés
  • Producteurs : Cristina Huete, Santi Errando, Martin Pope et Michael Rose
  • Producteurs associés : Steve Christian et Marc Samuelson
  • Coproducteur : Andrew Fingret
  • Assistant de production : Antonio Resines
  • Producteur exécutif : Angélica Huete
  • Directeur de production : Albert García Vila
  • Montage : Arnau Quiles
  • Montage son : Pelayo Gutiérrez
  • Mixage son : Nacho Royo-Villanova
  • Directeur de l’animation : Manolo Galiana
  • Supervision artistique des personnages : Bojan Pantelic
  • Supervision des couleurs : Nuria Puig
  • Direction technique 3D : David Campassol
  • Direction technique 2D : Jose Carlos Jiménez
  • Direction artistique : Pedrín E. Mariscal
  • Supervision story-board : Carlos Arroyo
  • Développement personnages : Marcello Quintanilha
  • Sociétés de production : Isle of Man Film, CinemaNX, Fernando Trueba Producciones Cinematográficas S.A., Magic Light Pictures
  • Sociétés de distribution : Rezo Films, Studio 37
  • Pays : Drapeau de l'Espagne Espagne, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
  • Langes : espagnol, anglais
  • Format : Couleur
  • Durée : (Royaume-Uni) 94 minutes
  • Dates de sortie :

Distribution (voix originales)[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Graphismes et animation[modifier | modifier le code]

Les graphismes du film se fondent sur les dessins de Javier Mariscal, qui dessine en particulier les décors à partir de ses souvenirs et de visites faites pour l'occasion à La Havane et New York, les principaux lieux où se déroule l'intrigue[1]. L'animation des personnages est réalisée en partie à l'aide de la technique de la capture de mouvement : les scènes du film sont d'abord jouées par de vrais acteurs (mais sans maquillage, sans costumes, sans décors et avec un minimum d'accessoires) qui guident les animateurs par la suite dans le rendu des mouvements, mais aussi des expressions des personnages[1]. Ce procédé permet au coréalisateur Fernando Trueba, dont c'est le premier film d'animation, de conserver une vraie maîtrise sur le résultat final en exerçant une véritable direction d'acteurs[1]. L'animation mêle un dessin animé en deux dimensions, dont les dessins sont finalisés et coloriés par ordinateur, et des éléments en images de synthèse[1].

Musique[modifier | modifier le code]

Le trompettiste Dizzy Gillespie est une des grandes figures du jazz américain qui apparaissent dans le film.

Très tôt au cours de sa conception, le film est conçu comme un hommage à la musique cubaine[2]. La musique originale du film est composée principalement par Bebo Valdés, dont c'est la dernière composition de musique de film ; certaines séquences additionnelles ont été composées par Michael Philip Mossman[2]. Les deux personnages principaux du film étant tous deux musiciens, des musiciens leur ont été assignés tout au long du film : Bebo Valdés joue (à une exception près) les séquences jouées au piano par Chico, tandis que la chanteuse Idania Valdés est la voix de Rita pour les chansons[2]. L'équipe du film a dû surmonter une difficulté pour les scènes où apparaissent des musiciens fameux, car recourir à des extraits d'enregistrements d'époque ne produisait pas un résultat assez vivant ; Fernando Trueba et Bebo Valdés demandent alors aux musiciens d'improviser des pastiches correspondant au style de chacun des grands noms du jazz apparaissant dans le film. Ainsi Chano Pozo est « joué » musicalement par Yaroldi Abreu, Charlie Parker par Germán Velazco, Dizzy Gillespie par Mike Mossman, Ben Webster par Himmy Heath et Miguelitó Valdés par Pedrito Martínez[2]. L'enregistrement de la musique a lieu à La Havane, New York et Madrid, et dure plusieurs mois[2].

Le film est présenté en compétition lors de l'édition 2011 du Festival international du film d'animation d'Annecy.

Réception[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie en France, le film reçoit un accueil critique très favorable. Le site AlloCiné donne au film une moyenne de 4,15 sur une échelle de 5, fondée sur vingt titres de presse[3].

Box office[modifier | modifier le code]

À sa sortie en France, le film, exploité sur 69 copies, cumule 28 868 entrées en première semaine[4] puis 55 335 entrées en deuxième semaine[5].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Finaliste

Bande originale du film[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est éditée en CD par Calle54 Records et Sony Music en 2011.

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La fin du film, qui amène Chico à reprendre sa carrière et à retrouver finalement Rita, révèle une filiation directe avec Buena Vista Social Club de Wim Wenders quant à l'histoire, et au disque Lagrimas Negras de Bebo Valdés (qui signe la musique du film, et qui avait déjà participé à un précédent film de Fernando Trueba : Calle 54. Lagrimas Negras associe en effet Bebo Valdés à Diego el Cigala, chanteur de Flamenco. Or la jeune chanteuse qui retrouve Chico chante avec des accents de Flamenco.

Édition en vidéo[modifier | modifier le code]

En France, le film est édité en DVD par Studio 37 en 2011. Le DVD contient la version originale sous-titrée et la version française du film, ainsi qu'un documentaire de making of de 27 minutes, la bande annonce du film et une galerie de photos.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Un roman graphique reprenant l'histoire du film est publié chez Denoël Graphic en juin 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Making of sur le DVD du film.
  2. a, b, c, d et e Mot de Fernando Trueba dans le livret du CD de la bande originale du film.
  3. Page « Critiques Presse » du film sur AlloCiné. Page consultée le 20 juillet 2011.
  4. Page Box office France pour la semaine du 6 juillet 2011. Page consultée le 20 juillet 2011.
  5. Box office du film sur AlloCiné. Page consultée le 19 octobre 2011.
  6. Liste des films primés sur le site du festival. Page consultée le 3 février 2012.
  7. Palmarès 2010 sur le site du festival. Page consultée le 4 mars 2012.
  8. Page Awards du film sur l'IMDB anglophone. Page consultée le 4 janvier 2012.
  9. Lauréats 2011, sur le site de l'ITFS. (en)
  10. « Nominees for the 84th Academy Awards » sur le site officiel des Oscars. Page consultée le 24 janvier 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]