Chicago Board of Trade Building

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chicago Board of Trade Building
Le Chicago Board of Trade Building
Le Chicago Board of Trade Building
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Chicago
Adresse 141 W. Jackson Boulevard
Coordonnées 41° 52′ 41″ N 87° 37′ 56″ O / 41.878125, -87.6322541° 52′ 41″ Nord 87° 37′ 56″ Ouest / 41.878125, -87.63225  
Histoire
Architecte(s) Holabird and Root
Construction 1930
Statut Construit
Usage(s) Bureaux
Architecture
Style architectural Art déco
Hauteur du toit 184 m
Nombre d'étages 44
Nombre d'ascenseurs 23
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Chicago

(Voir situation sur carte : Chicago)
Chicago Board of Trade Building

Géolocalisation sur la carte : Illinois

(Voir situation sur carte : Illinois)
Chicago Board of Trade Building

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Chicago Board of Trade Building

Le Chicago Board of Trade Building est un gratte-ciel situé dans le centre de Chicago, dans l'Illinois. Il s'élève sur le 141 W. Jackson Boulevard, au pied de LaSalle Street canyon, dans le secteur du Loop (Downtown Chicago).

L'immeuble a été désigné Chicago Landmark par la ville de Chicago le 4 mai 1977[1], le bâtiment a été ajouté sur la prestigieuse liste des National Historic Landmark en juin 1978[2],[3]. Il a été ajouté au Registre national des lieux patrimoniaux : le 16 juin 1978. Initialement construit pour le Chicago Board of Trade (CBOT), il est désormais la principale plate-forme de négociation pour le groupe FMC, formé en 2007 par la fusion du CBOT et le Chicago Mercantile Exchange.

L'adresse actuelle de l'édifice, le 141 West Jackson Boulevard abritait auparavant le Old Chicago Board of Trade Building (conçu par William W. Boyington et détruit en 1871 lors du Grand incendie de Chicago) qui fut le plus haut bâtiment de Chicago avant que la structure actuelle, édifiée par la firme d'architecte Holabird and Root, qui a tenu le même titre pendant plus de 35 ans, soit dépassée en 1965 par le Richard J. Daley Center. L'immeuble est connu pour son architecture Art déco, ses grandes sculptures, ainsi que ses vastes salles de marché. Au sommet de l'immeuble, une statue de style Art déco nommée Cérès, la déesse de l'agriculture, coiffe le bâtiment.

L'immeuble est une attraction touristique populaire et un emplacement célèbre dans les prises de vue cinématographiques. En effet, le Chicago Board of Trade Building apparaît dans de nombreux films. Ses propriétaires et la direction ont remporté des prix pour leurs efforts visant à préserver le bâtiment et pour sa gestion.

Architecture[modifier | modifier le code]

Éclairage des derniers étages du Chicago Board of Trade et de la statue
La statue de Cérès, au sommet de l'immeuble

En 1925, le Chicago Board of Trade a commandé la firme Holabird and Root pour concevoir le bâtiment actuel. Les entrepreneurs Hegeman et Harris ont érigé le bâtiment pour 11,3 millions de dollars, bien que la valeur de l'hypothèque de vingt ans rapporta 12 millions de dollars[4],[5] (12 M $ en 1925 équivaut à environ 160 millions de dollars en 2014). L'immeuble est recouvert de calcaire gris de l'Indiana, son sommet est surmonté d'un toit pyramidal en cuivre sur lequel se dresse une statue. De style Art déco et d'une hauteur totale de 605 pieds (184 m), le CBOT a ouvert ses portes le 9 juin 1930. Il sert de frontière sud pour les gratte-ciel se situant sur LaSalle Street et est plus grand que les structures entourant plusieurs blocs. Le Chicago Board of Trade qui est situé au quatrième étage, est situé dans l'immeuble depuis son ouverture en 1930, occupant plus de 1 800 m² de ce qui était alors la plus grande salle des marchés de la planète[6].

L'avènement des structures en acier pour la construction des immeubles de grande hauteur à Chicago permit d'ériger le Board of Trade Building. La nuit, les flancs de la façade de l'immeuble sont éclairés par de puissants projecteurs orientés vers le ciel, soulignant en outre des éléments verticaux de la structure. La conception de l'éclairage de nuit était déjà à l'époque un thème architectural contemporain assez commun à Chicago. De nombreux immeubles de la ville possèdent un plan lumière, comme par exemple le Wrigley Building, le Jewelers Building, le Palmolive Building, le LaSalle-Wacker Building et la Tribune Tower.

La décoration intérieure comprend principalement des surfaces polies. L'utilisation du marbre noir et blanc, garniture principale du couloir central, recouvre également les murs et les sols. Le hall d'accueil s'ouvre sur trois étages qui, au moment de l'ouverture logeait le plus grand luminaire du monde. Le CBOT a été le premier bâtiment de Chicago à dépasser une hauteur de 600 pieds (180 m). Après avoir dépassé le Chicago Temple Building et la Metropolitan Tower, il était le plus grand gratte-ciel de la ville jusqu'à ce que le Richard J. Daley Center soit achevé en 1965.

Connue pour ses travaux sur le pont de Brooklyn, l'usine familiale John A. Roebling a fourni tous les câbles utilisés dans la construction des 23 ascenseurs Otis de l'immeuble.

Board of Trade[modifier | modifier le code]

Fondée en 1848, le Chicago Board of Trade est la plus ancienne bourse de commerce au monde, elle siège dans le quatrième étage de l'immeuble. Plus de 50 différentes options et contrats à terme y sont traités, par les quelque 3 600 membres de la CBOT, à la corbeille et par eTrading. Le volume des échanges en 2003 y a dépassé les 454 millions de contrats. Le 12 juillet 2007, la CBOT a fusionné avec la Chicago Mercantile Exchange et a cessé d'exister en tant qu'entité indépendante[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chicago Board of Trade Building », Commission on Chicago Landmarks, Historic Preservation Division of Chicago Department of Housing and Economic Development (consulté le 11 février 2012)
  2. « National Historic Landmarks Survey: Listing of National Historic Landmarks by State: Illinois » [PDF], National Park Service (consulté le 14 juillet 2007)
  3. « Chicago Board of Trade Building », National Park Service (consulté le 30 mars 2007)
  4. Bruegmann, p. 23
  5. Bruegmann, p. 34
  6. Gidel, Susan Abbott, « History of CBOT », Futures Industry Magazine, futuresindustry.org,‎ December 1999 – January 2000 (consulté le 14 juillet 2007)
  7. Claire Gatinois, « Le Chicago Mercantile Exchange et le Chicago Board of Trade fusionnent », dans Le Monde du 12/07/2007, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]