Chez tonton, Pastis Ô Maître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chez tonton.
Le bar Chez tonton de nuit

Chez tonton est le nom actuel d'un célèbre bar de Toulouse, situé place Saint-Pierre. Sa dénomination complète est Chez tonton, Pastis Ô Maître.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1958 : L'établissement qui, jusqu'alors, était une épicerie-bar-cave, devient un café à part entière, rebaptisé 'Le suspendu, chez Léon dit Tonton'. Le bar prospère alors comme petit café de quartier[1]. Au cours des années 1970, le lieu devient le rendez-vous —en général le jeudi soir— des "soirées intelligentes" de quelques bandes d'étudiant(e)s et de joueurs de rugby. Les premiers mètres de pastis (17 verres à pastis alignés font 1 mètre) font leur apparition à cette époque. Les mètres de bière (12 verres de 25 cl) sont plus rares. Le local est très exigu, le zing, tout le long à droite, et trois ou quatre tables —pas plus— ne laissent que peu de place ; aussi, les jours d'affluence, les consommateurs sont souvent debout sur le trottoir ou même déambulent sur la place d'en face. Il n'en faut pas plus pour créer un mythe.
  • 1979 : L'établissement est racheté, et agrandi, par un jeune couple de cafetiers toulousains, Françoise et Pierre Abadie, qui, en l'hommage à l'ancien propriétaire, rebaptisent le bar Chez tonton, Pastis Ô Maître, jouant ainsi sur l'expression "pastis au mètre". Ils perpétuent la formule désormais mythique du mètre de pastis et de bière[2].
  • 2002 : Françoise et Pierre Abadie rachètent le CYBERIUM, café voisin et le rebaptisent La couleur de la culotte. Ils font de cet établissement un bar au standing plus élevé que Chez tonton, avec une carte aux tarifs plus onéreux et une sélection à l'entrée.
  • août 2007 : La politique d'expansion et de diversification se poursuit avec la reprise du bail d'un petit cybercafé situé à l'opposé de la place Saint Pierre, où le couple décide d'ouvrir son troisième établissement, qui devait à l'origine être baptisé Les couilles du pape, mais qui finalement, en raison du caractère provocateur du nom et face à l'hostilité de certains riverains et des autorités locales, gardera le nom du précédent établissement Le saint des seins. Ce bar devrait être un café rock, avec une scène pouvant accueillir des groupes de musiciens, et une "boîte à l'intérieur du bar".
  • 1er novembre 2007 : Inauguration du Saint des seins, établissement qui reçoit régulièrement des groupes de rock de la ville et d'ailleurs. Certaines scènes ouvertes se déroulent le mardi soir.

Le bar aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La clientèle[modifier | modifier le code]

De tradition rurale et populaire, la clientèle du bar s'est en réalité beaucoup diversifiée au fil des décennies. Même si les personnages figurant sur les tableaux de décoration (cf. infra) représentent le côté rural de la clientèle d'origine (bérets, polos rayés, etc.), l'établissement a vite été adopté notamment par les étudiants de la faculté de droit située à proximité, issus pour beaucoup de milieux favorisés.

Chez tonton a longtemps été le fief d'une clientèle de sportifs adeptes du ballon ovale, même si cet esprit "rugbymen" tend peu à peu à s'essouffler. Malgré tout, la tradition du rugby et aussi de la feria reste présente notamment au moment de l'happy hour (de 19h à 21h, et toute la soirée le lundi), où l'on boit son pastis aux rythmes du paso doble[2].

La clientèle actuelle est donc très variée ; ce bar est ainsi le bar des paradoxes et des contradictions, certains s'y retrouvant pour passer un moment convivial en toute simplicité, alors que d'autres y viendront pour voir et être vus. Il est ainsi courant d'entendre de la bouche de certains clients ce commentaire spontané mais qui du reste résume assez bien l'esprit de l'établissement : "Chez tonton est le bar de Toulouse le plus has-been et le plus glauque, mais c'est aussi le plus branché et le plus sympathique".

La décoration[modifier | modifier le code]

Le Pastis Ô Maître est réputé pour sa décoration intérieure, et plus particulièrement pour ses tableaux surréalistes créés en 1987 par un jeune étudiant (Androuz) de l'école des Beaux Arts de Toulouse.

La série de tableaux représente des personnages aux formes étranges, dans des situations absurdes, et qui indiquent la direction des toilettes. Les tableaux traduisent une évolution décadente. Débutant sur un premier tableau assez simple et paisible, la série conclut sur une scène de débauche alcoolisée.

Cette décoration fut complétée en 2002, toujours par Androuz et dans le même style. Dans cette dernière série, chaque tableau représente une scène mêlant ironie, surréalisme et absurde ; au nombre de dix, tous portent un titre comportant souvent un jeu de mot :

  • Fait divers n°I ;
  • Fait divers n°II ;
  • Jeanne Crossfeld-Jacob ;
  • Jeanne d'Arc ;
  • Rayé buvant à l'œil ;
  • Boisson rouge ;
  • Canar ;
  • La bierra ;
  • La couleur de la culotte ;
  • Les picadores.

La musique[modifier | modifier le code]

Même s'il est encore fréquent en 2008 d'entendre de la musique de ferias à l'heure de l'apéritif, la tendance depuis une dizaine d'années est à la musique rock et pop, surtout en fin de soirée.

Quelques clients célèbres[modifier | modifier le code]

Il n'est pas rare de croiser au Pastis Ô Maître quelque célébrité du monde sportif, politique, ou artistique. Quelques personnes qu'il n'est pas impossible de rencontrer :

Détails anecdotiques[modifier | modifier le code]

  • Certains voient dans les couleurs de Chez tonton (jaune et noir) la signification selon laquelle "après quelques jaunes (pastis), on est vite noir".
  • Le bar abritait jusqu'en février 2007 un chien de race Matin de Naples portant un foulard basque, nommé Marius[1]. Véritable mascotte de l'établissement, le personnel l'appelait avec affection "Doudou". À sa mort, il a été remplacé par un chien de même race, nommé Raoul[3].
  • Chaque année, l'établissement fête son anniversaire durant la première semaine du mois de février. Ainsi, tous les soirs pendant 7 jours consécutifs, le bar propose des soirées à thèmes différents.
  • Le café servi est sans doute l'un des plus compétitifs de la ville ; 0,90 € la tasse.
  • Chez Tonton serait le bar avec le plus gros débit de bière d'Europe. Et le plus gros débit de pastis (en concurrence avec un bar de marseille).
  • Un jeudi de 1979, une vingtaine d'étudiants fêtent une victoire (ou une défaite?) en rugby universitaire chez Tonton. Les mètres de pastis défilent. Arrive un jeune homme au poil très ras, qui s'approche du comptoir et s'adresse à Tonton : "Combien le mètre ?", puis "Et le comptoir, il fait combien de mètres ?", et finalement "Alors, un comptoir de pastis !". Tonton et son adjoint imperturbables ont aligné les verres tout le long du comptoir, vidé une puis deux bouteilles de pastaga, mis les glaçons. Le gars a payé puis lancé un "Tournée générale !". Dans la pagaille qui a suivi nous nous sommes retrouvés chacun avec trois ou quatre verres calés le long du bras gauche, et personne n'a pensé à demander quoi que ce soit au bonhomme, qui a disparu comme il était venu. Comme l'Hôpital Militaire Larrey était juste en face, nous avons supposé que le gars venait de réussir à se faire réformer !
  • Un vendredi soir de 2012, quelques amis prennent un pot chez Tonton. Ils se rendent alors compte qu'un des leurs n'est pas parmi eux car il s'est égaré dans une ville du Languedoc connue pour sa féria du 15 août. Ils décident de l'appeler pour qu'il les rejoigne. Ce dernier, alors sans emploi, saute dans le premier train venu et les rejoint. Notre bande d'amis passe alors une soirée mémorable égayée par le geste héroïque de ce personnage haut en couleur. Cette belle histoire relève sans doute de la légende, car ce personnage héroïque refuserait désormais de descendre sur Toulouse le vendredi soir...

Notes et références[modifier | modifier le code]