Chevron (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ChevronTexaco)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevron.

Chevron Corporation

Description de l'image  Chevron.svg.
Création 1879
Forme juridique Appel public à l'épargne
Action NYSE : CVX
Slogan Human Energy »
« L'énergie humaine
Siège social Drapeau du Brésil Brésil, Fortaleza
Drapeau des États-Unis États-Unis, Californie
Direction John S. Watson CEO.
Actionnaires Drapeau des États-Unis États-Unis
Capital Research and Management Company (6,02 %)
State Street Corporation (3,73 %)
Drapeau de la France France
AXA (3,30 %)
TG corp (2,62 %)
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Barclays (3,66 %)
Activité Raffinage et distribution (83,1 %)
Exploration et production de pétrole et de gaz naturel (15,9 %)
Pétrochimie (0,7 %)[1]
Produits Essence, Station-service (25 800)
Effectif 67 000 employés
Site web www.chevron.com
Capitalisation en augmentation 231,167 milliards USD
Chiffre d’affaires en augmentation 196,337 milliards de dollars US (2010)[2]
Résultat net 19,024 milliards de dollars US (2010)[2]

Chevron Corporation est la deuxième compagnie pétrolière des États-Unis derrière ExxonMobil, et la sixième au niveau mondial derrière BP, Shell, Sinopec et PetroChina . Basée en Californie, elle est présente dans plus de 180 pays et œuvre dans chaque aspect de l'industrie du pétrole et du gaz : exploration et production ; raffinage, vente et transport ; fabrication et ventes de produits chimiques ainsi que la production d'électricité.

En 2001, la société Chevron a fusionné avec Texaco pour former ChevronTexaco. Le 9 mai 2005, ChevronTexaco a annoncé qu'il abandonnait le terme de Texaco pour redevenir Chevron Corporation. Texaco reste une marque de la société.

Cotée au New York Stock Exchange (ticker NYSE : CVX), elle fait partie de l'indice Dow Jones depuis le 19 février 2008. En 2010, elle affichait un chiffre d'affaires de 196,337 milliards de dollars US, la classant au 10e rang des plus grandes entreprises mondiales classées en fonction de leur chiffre d'affaires.

Activité[modifier | modifier le code]

Chevron Corporation emploie approximativement 62 000 personnes dans le monde et avait approximativement 12 milliards de barils de réserves prouvées au 31 décembre 2003. La production quotidienne en 2003 était de 2,5 millions de barils par jour. La compagnie a un réseau mondial de vente dans 84 pays avec approximativement 24 000 stations services, y compris celle des filiales. Chevron possède aussi des intérêts dans treize producteurs d’électricité aux États-Unis, en Asie, et en Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2003, Chevron fut condamnée à payer quatorze mille dollars au gouvernement américain pour cause d'activités commerciales illégales avec l'Irak.

L'entreprise a marqué son 125e anniversaire en 2004, son origine remonte à la découverte de pétrole Pico Canyon, au Nord de Los Angeles. Cette trouvaille a permis la formation, en 1879, de la Pacific Coast Oil Company, l’ancêtre de Chevron Corporation. D’un autre côté en 1901, est fondée The Texas Fuel Company, une modeste entreprise qui a commencé dans trois chambres à Beaumont au Texas. Cette compagnie deviendra plus tard Texaco.

Fin octobre 2008, un tribunal de San Francisco a commencé à examiner une plainte contre Chevron; accusée par des plaignants nigérians de recruter et de transporter des militaires impliqués dans le meurtre de manifestants pacifistes. Ces derniers occupaient une plate-forme pétrolière de Chevron (située dans le delta du Niger, au Nigeria) pour protester contre les dégradations environnementales de l'activité pétrolière dans la région, et son manque de retombées économiques au niveau local[3].

Pour l'année 2008, Chevron a dégagé un bénéfice de 23,9 milliards USD[4].

En 2013, Chevron signe un contrat de 50 ans sur le gaz de schiste en Ukraine pour un montant de 10 milliards de dollars[5].

Affaire Chevron Texaco vs Équateur[modifier | modifier le code]

Mais depuis, la compagnie se retrouve de nouveau devant des procédures judiciaires. En effet, De 1964 à 1990, Texaco, filiale de Chevron, a contribué directement ou indirectement à une déforestation illégale et fragmentation écologique, et a délibérément déversé des millions de tonnes de déchets toxiques liés aux forages et à l’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne en pleine jungle ou dans les fleuves ou marais, sur plusieurs centaines de sites, dont dans le parc national Yasuni (Hot-spot de biodiversité) et une réserve ethniques qui protège théoriquement le peuple premier des Huaoranis. Texaco s’est retirée des sites exploités sans dépolluer[6].
Quelque 30 000 Équatoriens (dont leaders autochtones chasseurs-cueilleurs, représentants des milliers de personnes vivant dans la jungle, dont les ressources en eau ont été polluées) poursuivent la multinationale pour avoir contaminé le sol et les cours d’eau. En 28 ans de présence, Texaco a contaminé une vaste zone du territoire national, rejetant des déchets toxiques dans les estuaires et les fleuves utilisés par plus de 30 000 personnes comme source d’eau potable, d’irrigation et de pêche et chasse. La pollution très importante des eaux et des sols a des conséquences catastrophiques pour la santé des populations de la zone, où les taux enregistrés de cancers, leucémies, problèmes digestifs et respiratoires sont sensiblement supérieurs à ceux du reste du pays. De nombreuses personnes ont dû abandonner leurs terres[6].
S'ensuivit un véritable marathon judiciaire complexe dont les étapes furent les suivantes :

  • 1993 : La première plainte est présentée par les communautés affectées devant la Cour fédérale de New York ;
  • 2002 : La Cour d’appel de New York renvoie l’affaire devant les tribunaux équatoriens. Le procès de Chevron Texaco est un cas sans précédent : c’est la première fois qu’une transnationale pétrolière doit comparaître devant la justice d’un pays de « Tiers monde » suite à une plainte groupée déposée par des particuliers
  • 2003 : Une plainte est déposée à la Cour Supérieure de Nueva Loja ;
  • 2005 : Chevron multiplie des manœuvres visant à saboter l’inspection des sites contaminés  ;
  • 2006 : Le gouvernement de l’Équateur accuse Chevron Texaco de fraude dans son programme de réparation des dommages ;
  • 2010 : La justice équatorienne s’apprête à rendre son jugement final dans le procès opposant les populations locales et ONG au géant pétrolier ;
  • 2011 : Un juge équatorien condamne le groupe pétrolier à verser plus de 18 milliards de dollars pour dégâts environnementaux causés par Texaco.
  • Janvier 2012 : Chevron est condamnée en appel à payer 9,5 milliards de dollars pour avoir pollué la forêt amazonienne équatorienne et porté atteinte à la santé des habitants de la région de Sucumbos, dont 30 000 avaient porté plainte contre la firme. L'entreprise doit présenter publiquement ses excuses aux victimes, sans quoi l'amende sera doublée et portée à 18 milliards de dollars[6].

Les marques[modifier | modifier le code]

Carburants[modifier | modifier le code]

Lubrifiants[modifier | modifier le code]

  • Havoline
  • DEX
  • DELO
  • URSA
  • Chevron Oils

Additifs de carburant[modifier | modifier le code]

  • Techron - Chevron
  • Clean System 3 - Texaco

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boursorama : http://www.boursorama.com/profil/profil.phtml?symbole=CVX
  2. a et b (en) Classement du fortune 500 pour l'année 2010.
  3. (en) « Drilling and Killing: Landmark Trial Against Chevron Begins Over Its Role in the Niger Delta », Democracy Now!, 28 octobre 2008.
  4. AFP, « ExxonMobil dégage des profits historiques de 45,2 milliards $US », Le Devoir,‎ 31 janvier 2009 (lire en ligne)
  5. Ukraine signs $10 billion shale gas deal with Chevron, Pavel Polityuk et Richard Balmforth, Reuters, 5 novembre 2013
  6. a, b et c Hernando Calvo Ospina, « Chevron, pollueur mais pas payeur en Equateur : Quito décidé à obtenir réparation », Le Monde diplomatique,‎ mars 2014 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le Challenge : le procès du pétrole en Amazonie, web-documentaire de Laeticia Moreau, produit par Honkytonk Films.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]