Chevaliers de Colomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chevaliers de Colomb
Devise : « In service to One,
In service to all. »

Région International
Création
Type Organisation catholique de service fraternel
Siège Knights of Columbus Building (New Haven, Connecticut)
Membre(s) Environ 1 800 000
Personne(s) clé(s) abbé Michael J. McGivney

Les Chevaliers de Colomb est une organisation catholique de bienfaisance, à but non lucratif qui regroupe plus de 1,8 million de membres à travers le monde. Elle a été fondée en 1882 aux États-Unis par Michael J. McGivney, un fils d'immigrant irlandais. Elle a pris son nom en souvenir de Christophe Colomb. Les Chevaliers de Colomb sont un ordre de laïcs catholiques engagés dans la célébration de la foi, de la famille et de la fraternité, leur premier principe étant la charité.

Historique[modifier | modifier le code]

L'abbé Michael J. McGivney, fondateur des Chevaliers de Colomb

L'abbé Michael J. McGivney, né à Waterbury (Connecticut), le 12 août 1852, fait des études en prêtrise en 1868 au séminaire de Saint-Hyacinthe (Québec) pour ensuite retourner aux États-Unis pour terminer ses études[1]. À l'époque, l'Église catholique est mal perçue par la majorité américaine qui est protestante. Le nom Colomb fut donc retenu dans le but de rappeler aux américains que le découvreur de l'Amérique, Christophe Colomb, était un catholique. L'abbé commence son ministère comme vicaire à Noël 1877 et célèbre sa première messe dans l'église de St. Mary (New Haven)[1]. C'est donc dans cette paroisse que l'abbé fonde le premier conseil des Chevaliers de Colomb en 1882.

Au Québec, le premier conseil #284 est fondé le 25 novembre 1897 par le grand chevalier Dr James Guérin.

Principes[modifier | modifier le code]

Selon l'organisme, le mouvement n'est pas rattaché à la structure juridique de l'Église. Ce n'est pas un mouvement religieux ou d'action catholique, mais essentiellement un ordre de laïcs catholiques appelés "chevaliers de Colomb" [2]. L'ordre est dirigé et géré par des laïcs, non des représentants de l'Église.

L'ensemble des cérémonies et des réunions d'affaires de l'ordre sont restreintes aux membres bien que tous les autres évènements soient ouverts au public. Une promesse de ne révéler aucun des détails des cérémonies mis à part à des chevaliers d'un rang égal est requise pour renforcer leur impact et leur sens auprès des nouveaux membres. Une clause additionnelle subordonne la promesse aux devoirs civils et religieux du chevalier[2].

Activités[modifier | modifier le code]

Chevaliers de Colomb défilant lors de la fête de la Saint-Patrick

Pour son soutien à l'Église et aux communautés locales, ainsi que pour ses efforts philanthropiques, l'ordre est souvent considéré comme le "bras droit et fort de l'Eglise". Les conseils ont été créés aux États-Unis, au Canada, au Mexique, dans les Caraïbes, en Amérique Centrale, aux Philippines, à Guam, à Saipan, au Japon, à Cuba et plus récemment en Pologne. En 2006, les Chevaliers de Colomb étaient présents dans 12 pays et comptent près de 13 000 conseils.

En 2005 ce regroupement a totalisé des dons de 135,7 millions $US, en plus de 63,1 millions d'heures en services bénévoles et a recruté 407 746 donneurs de sang. Au cours de l'année fraternelle 2006, l'ordre a directement donné 143,8 millions $US à des œuvres charitables (donnant un total 1,1 milliards $US pour la décennie) et effectué 68 millions d'heures de service volontaire.

En 2011, le programme d'assurance de l'ordre détient plus de 90 milliards $US en police d'assurance collectives pour ses membres et a reçu les meilleures évaluations données par A. M. Best, Standard & Poor's, et l'Association de normalisation du marché de l'assurance. Par contre, en août 2011, Standard & Poor's a abaissé sa cote à AA+[3].

L'on considère en 2012, qu'en 10 ans, les Chevaliers de Colomb ont fait don de 1,5 milliard de dollars au Saint-Siège[4].

Influence[modifier | modifier le code]

Siège des Chevaliers de Colomb

Au Canada, on retrouve plusieurs chevaliers dans les assemblées législatives provinciales. Cependant, ils ont eu peu d'impact en matière de législation sociale, notamment en matière du droit de l'avortement. Généralement, l'ordre n'agit pas à titre de groupe de pression et ne s'affiche pas en tant que tel.

Au Massachusetts, il y eut une controverse lorsque quinze chevaliers à la législature ont voté en faveur du mariage homosexuel. Cela est contraire aux préceptes de l'ordre et à la doctrine de l'Église.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Fondateur », Chevaliers de Colomb du Québec (consulté en 2009-01-02)
  2. a et b « Les racines du mouvement », Chevaliers de Colomb du Québec (consulté en 2009-01-02)
  3. Agence France-Presse, « États-Unis - Standard & Poor's décote des géants de la finance », Le Devoir,‎ 9 août 2011 (lire en ligne)
  4. « Vatileaks : le banquier de Dieu a peur », Le Point,‎ 7 juin 2012 (lire en ligne)