Cheseaux-sur-Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheseaux.
Cheseaux-sur-Lausanne
Blason de Cheseaux-sur-Lausanne
Héraldique
Clocher du temple de Cheseaux édifié en 1753
Clocher du temple de Cheseaux édifié en 1753
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Lausanne
communes limitrophes
(voir carte)
Sullens, Boussens, Étagnières, Morrens, Romanel-sur-Lausanne, Lausanne, Crissier
Syndic Louis Savary
Code postal 1033
N° OFS 5582
Démographie
Population 3 950 hab. (31 décembre 2012)
Densité 861 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ N 6° 36′ E / 46.6, 6.6 ()46° 36′ Nord 6° 36′ Est / 46.6, 6.6 ()  
Altitude 603 m
Superficie 459 ha = 4,59 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Cheseaux-sur-Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cheseaux-sur-Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cheseaux-sur-Lausanne
Liens
Site web www.cheseaux.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Cheseaux-sur-Lausanne est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lausanne à 8 km de Lausanne, 20 km d'Yverdon et 65 km de Genève.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Cheseaux est située à 8 km de la ville de Lausanne, elle est traversée par l'axe cantonal reliant Lausanne à Yverdon. Elle se situe entre Etagnières, Lausanne et Morrens. Sa population s'élève environ à 3700 habitants à la fin 2009. Elle est traversée par deux rivières, la Chamberonne (à l'ouest) et la Mèbre (à l'est). La commune se trouve sur un plateau qui fut auparavant formé de trois marécages, et elle est surplombée par la colline de Morrens à l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le Ier siècle av. J.-C., Cheseaux a une situation géographique très avantageuse, située non loin de l'axe Nord-Sud utilisé pour transporter les marchandises depuis des villes d'Italie jusqu'à des villes du nord de l'Allemagne et de la Hanse. On a retrouvé les vestiges d'une villa romaine au XVIIIe siècle sur la colline de Morrens.

Au XIIe siècle, Cheseaux est sous le contrôle d'un seigneur local dont on a retrouvé les vestiges du château au pied de la colline de Morrensnon loin du Bouzenet. Au XIIIe siècle, les seigneurs changeront de résidence et s'installeront plus au centre du village en bâtissant un nouveau château, (nommé actuellement "ancien château" par les habitants de Cheseaux). Au XVIe siècle, un nouveau château sera reconstruit sous la dynastie des De Loys qui fut la dernière famille seigneuriale qui régna sur Cheseaux. Parmi eux, Jean Philippe de Chéseaux, passionné d'astronomie qui découvrira une nouvelle comète à laquelle le village de Cheseaux donnera son nom.

Sociétés[modifier | modifier le code]

Il existe plus de 30 sociétés dans le village de Cheseaux allant du football, tennis jusqu'à la spéléologie et à l'équitation. Cheseaux comporte un manège à l'est nommé le manège St-Georges.

Education[modifier | modifier le code]

Il existe à Cheseaux ainsi que dans les villages qui l'entourent (Sullens, Boussens et Bournens) un établissement accueillant des classes primaires et secondaires nommé Etablissement de la Chamberonne, il est réparti à Cheseaux dans trois collèges:

- Le collège de la Plantaz: Classes du CIN

- Le collège du Marais-du-Billet: CIN+ CYP 1+2

- Le collège de Derrière-la-Ville: CYT+7-8-9Vsg et vsb.

Politique[modifier | modifier le code]

Le conseil communal (législatif) est formé de 60 conseillers. Il existe deux partis à Cheseaux, l'entente villageoise qui est un rassemblement du centre et de la droite (PDC, PLR, UDC et divers droite) et le PSIG (parti socialiste et indépendants de gauche) de gauche. 38 personnes siègent à l'entente villageoise, 22 au PSIG. Suite aux élections de mars 2011, la municipalité est constituée de 3 membres de l'entente villageoise, Louis Savary (syndic), Bernard Imfeld et Pierre Hämmerli, et de 2 membres du PSIG, Michelle Gay-Vallotton et Serge Sandoz. La commune est jumelée avec Aubignan, dans le département du Vaucluse, France[3].

Liste des syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?? 1953 Daniel Fleury    
janvier 1954 1974 Daniel Emery    
juin 1974 1986 Aimé Duperret PRD  
juin 1986 1998 Georges Favre Entente villageoise  
juin 1998 2006 Jacques Millioud Entente villageoise  
juin 2006 2010 Bernard Chenevière Entente villageoise  
septembre 2010 en cours Louis Savary Entente villageoise  
Les données manquantes sont à compléter.

Trafic routier et ferroviaire[modifier | modifier le code]

Dès 1905, l'apparition du moteur vient bouleverser le quotidien des habitants de Cheseaux. En 1930, on estime à environ 4-5 automobiles motorisés qui traversent Cheseaux. La route est goudronnée en 1949 et les habitants envisagent déjà la création d'une voix de contournement. Ce n'est qu'en 2001 que l'on construira cette voie et que l'on creusera également le tunnel de Cheseaux.

Cheseaux est également située sur la ligne ferroviaire du LEB qui relie Lausanne au Gros-de-Vaud. Elle est également reliée à [[Cossonay], [Cugy]] et Echallens par le réseau de Cars Postaux. Depuis le 10 décembre 2012, les Transports publics de la région lausannoise (TL) exploitent une nouvelle ligne reliant la gare de Renens. Les trois compagnies desservent le village depuis la gare de Cheseaux-sur-Lausanne ou ses environs immédiats.

Population[modifier | modifier le code]

La commune compte 3 900 habitants, dont principalement 89,4 % francophones, 4,1 % de langue allemande et 2,3 % de langue portugaise.

Spécialités et traditions[modifier | modifier le code]

"Lorsqu'on joue au chibre, jouer à la gremoise signifie mettre le nell avant le bourg lorsqu'on fait atout."

Citations[modifier | modifier le code]

"Toutes les routes mènent à Cheseaux !"

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, Cheseaux vivait principalement de l'agriculture. Celle-ci n'a actuellement qu'un rôle minoritaire dans la structure de l'emploi de la population de la commune.

En effet depuis la création de zones industrielles et commerciales à partir de 1960, la structure économique de la commune a changé de façon extrêmement marquante. L'activité importante de Cheseaux inclura l'entreprise Kudelski qui se situe dans la ville depuis 1969 et fabrique des appareils d'enregistrement et de systèmes de cryptage. On compte aussi dans les entreprises le siège des Éditions Atlas ainsi que d'autres sociétés d'ingénierie, de mécanique de précision mais également dans l'ameublement, la construction et l'industrie alimentaire.

Lors des dernières décennies, la commune s'est énormément agrandie en raison de sa situation privilégiée à une commune résidentielle. En effet, elle héberge beaucoup de travailleurs qui exercent leur profession à Lausanne.

Paroisses[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas (de confession catholique) est déjà mentionnée en 1174. Après la réforme, en 1741, on construisit l'actuel temple sur les vestiges de l'ancien édifice. Cheseaux contient également une communauté catholique et, depuis 1970, elle est desservie par un foyer dont le Saint Patron est toujours Nicolas.

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Siège de l'entreprise Kudelski
  • Entreprise Swis Clima S.A.
  • APPLIED MATERIALS Switzerland SA
  • Neon-Imsa SA

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec la ville d'Aubignan en France dans le Vaucluse depuis 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Jumelage

Sur les autres projets Wikimedia :