Chesalles-sur-Moudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chesalles.
Chesalles-sur-Moudon
Blason de Chesalles-sur-Moudon
Héraldique
Vue du village depuis la route de Brenles, avec sa girafe métallique et quelques ânes
Vue du village depuis la route de Brenles, avec sa girafe métallique et quelques ânes
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
communes limitrophes
(voir carte)
Curtilles, Sarzens, Brenles, Chavannes-sur-Moudon, Moudon
Syndic Christof Rüfenacht
Code postal 1683
N° OFS 5666
Démographie
Gentilé Chesallois
Population 148 hab. (31 décembre 2012)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 30″ N 6° 49′ 58″ E / 46.675005, 6.832782 ()46° 40′ 30″ Nord 6° 49′ 58″ Est / 46.675005, 6.832782 ()  
Altitude 705 m
Superficie 167 ha = 1,67 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Chesalles-sur-Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Chesalles-sur-Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Chesalles-sur-Moudon
Liens
Site web www.chesalles.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Chesalles-sur-Moudon est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. Elle fait partie du district de Moudon entre 1803 et 2007. La commune est peuplée de 148 habitants en 2012. Son territoire, d'une surface de 166 hectares, se situe entre les vallées de la Broye et de la Glâne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Chesalles vient du latin casale qui signifie ferme. Cela reflète que l'activité agricole est le secteur d'occupation professionnel principal dans le village[3]. Jusqu'en 2000, près de 50 % de la population travaille dans le secteur primaire. Toutefois, 66 % des personnes en activité, l'étaient hors de la commune[4]. Au XVIIIe siècle, la commune se fait connaître par les aventure de deux frères partis en Inde. L'un des deux, prénommé Daniel, devint Omrah, commendant de la garde impériale du Grand Moghol et gouverneur du Pendjab[3]. Il décède en 1749. Son frère fit naufrage lors de son retour en Suisse[3]. Diverses légendes naquirent de ces pérégrinations et un roman historique leur fut écrit en 1754[3].

La commune subit un remaniement parcellaire en 1960[4]. De 1970 à 1983, on y trouve un centre de sélection porcine[4].

Actuellement, la commune fait partie d'un projet de fusion avec Brenles, Cremin, Forel-sur-Lucens, Lucens et Sarzens[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chesalles-sur-Moudon Blason Tranché d'argent et de gueules, au lion persan d'or brochant[6]
Détails Les armoiries de la commune rappellent l'ancien attachement de la commune à l'évêché de Lausanne. Le lion quant à lui rappelle qu'un paysan nommé Daniel Moginié, originaire de Chesalles, fut serviteur en Perse à la cour du Grand Moghol[3].
Les armoiries de la commune sont adoptées et approuvées par le canton de Vaud en 1927[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Chesalles-sur-Moudon représente 166 hectares qui se décomposent en : 17 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 130 ha de surfaces agricoles, 19 ha de surfaces boisées et enfin moins d'un hectare de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2004, les aires industrielles et artisanales représentent moins de 1 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 6,02 %, les routes et infrastructures de transport 3,61 %, les zones agricoles 58,43 % et les zones arboricoles et viticoles 2 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Moudon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Curtilles, Sarzens, Brenles, Chavannes-sur-Moudon et Moudon.

Le territoire communal se trouve sur le plateau suisse, entre les vallées de la Broye et de la Glâne. La frontière nord-ouest de la commune suit la lisière de la forêt au-dessus de l'escarpement sur le côté droit de la vallée de le Broye ; à ouest, elle longe le cours du Voraire, un affluent de la Broye. À l'est, le terrain s'élève jusqu'à la terrasse de Chesalles-sur-Moudon et aux collines environnantes, dont le Brûle Fer qui, avec 800 mètres d'altitude, est le point culminant de la commune.

En plus du village de Chesalles-sur-Moudon, la commune compte le hameau Villars-l'Eperd à l'est du village ainsi que de nombreuses exploitations agricoles dispersées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Chesalles-sur-Moudon possède 148 habitants en 2012[1].. Sa densité de population atteint 88,6 hab./km2.

En 2000, la population de Chesalles-sur-Moudon est composée de 79 hommes (49,7 %) et 80 femmes (50,3 %). La langue la plus parlée est le français, avec 153 personnes (93,9 %). La deuxième langue est l'allemand (3 habitants ou 1,8 % de la population). Il y a 154 personnes de nationalité suisse (94,5 %) et 9 personnes étrangères (5,5 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 119 personnes (73 %), suivie des catholiques (18 paroissiens ou 11 % de la population). 18 personnes (11 %) n'ont aucune appartenance religieuse[7].

La population de Chesalles-sur-Moudon est de 133 habitants en 1850. Elle reste relativement stable jusqu'en 1888, avant de baisser à 86 habitants en 1980. Le nombre d'habitants double ensuite en trente ans pour atteindre 165 en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Chesalles-sur-Moudon entre 1850 et 2010[8] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 30,90 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 23,36 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 9,85 %[9].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour l'Union démocratique du centre à 34,13 %, les Verts à 24 %, le Parti libéral-radical à 14,93 %, le Parti socialiste à 13,07 %, le Parti bourgeois démocratique, les Vert'libéraux à 12,53 % et Vaud Libre à 1,33 %[10].

Sur le plan communal, Chesalles-sur-Moudon est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la moitié du XXe siècle, l'économie locale était principalement tournée vers l'agriculture, l'arboriculture fruitière et l'élevage qui représentent encore de nos jours une part significative des emplois locaux. Cependant, lors de ces dernières décennies, le village s'est développé avec la création de plusieurs zones résidentielles habitées par des personnes travaillant principalement à Moudon.

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Chesalles-sur-Moudon fait partie de la communauté tarifaire fribourgeoise Frimobil. Le bus des Transports publics fribourgeois reliant Romont à Moudon par Chavannes-sur-Moudon s'arrête dans la commune[12]. Le village est aussi desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[13].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune de Chesalles-sur-Moudon compte plusieurs associations, parmi lesquelles une abbaye vaudoise, une société de jeunesse, un chœur mixte et une société de tir sportif[14]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b, c, d, e et f BAST95, p. 98-99
  4. a, b et c Pierre-Yves Favez, « Chesalles-sur-Moudon » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 29 août 2005.
  5. « Projets de fusions officiels », sur vd.ch (consulté le 11 octobre 2012)
  6. [(fr) Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) (page consultée le 11 septembre 2011)]
  7. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  8. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  9. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  11. « Chesalles-sur-Moudon », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  12. « Romont-Moudon », sur 20heures.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  13. « PubliCar Thierrens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  14. « Sociétés locales », sur chesalles.ch (consulté le 8 octobre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Bastian, Charles Kraege et et al., Les communes vaudoises et leurs armoiries, t. 3, Chapelle-sur-Moudon, Ketty & Alexandre,‎ 1995, 165 p. (ISBN 2-88114-037-8), p. 99 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]