Cheppy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cheppy
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Varennes-en-Argonne
Intercommunalité Communauté de communes de Montfaucon-Varennes-en-Argonne
Maire
Mandat
Jean-François Lamorlette
2014-2020
Code postal 55270
Code commune 55113
Démographie
Population
municipale
122 hab. (2012)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 57″ N 5° 03′ 32″ E / 49.2325, 5.058949° 13′ 57″ Nord 5° 03′ 32″ Est / 49.2325, 5.0589  
Altitude Min. 155 m – Max. 239 m
Superficie 14,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Cheppy

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Cheppy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cheppy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cheppy

Cheppy est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Bois de Cheppy,
  • Vallée et rives de la Buanthe.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Site de batailles de la Première Guerre mondiale. Cimetières allemand et français et monument du Missouri, monument dédié aux volontaires américains de l'État du Missouri.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cheppy Blason D'azur au chevron d'or accompagné en chef d'une église à dextre, d'une étoile au point du chef et d'un léopard lionné à senestre, et, en pointe, d'une roue à aube, le tout d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours
(au 17 avril 2014)
Jean-François Lamorlette UMP Conseiller général du canton de Varennes-en-Argonne (depuis 1998)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 122 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
531 551 581 624 653 657 664 673 642
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566 573 555 532 506 475 518 493 492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419 401 344 306 273 279 273 248 223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
180 179 157 152 141 131 128 125 122
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint Martin et le monument aux morts
  • Monument aux morts, 1927
Le monument aux morts rend hommage aux 26 victimes (dont 5 civils) de la Première Guerre mondiale, ainsi qu'à un soldat tombé lors d'une expédition en Égypte en 1956[3].
  • Église Saint Martin, 1928
L'église, consacrée le 4 août 1928, est édifiée sur l'emplacement de l'ancien château détruit en 1914. Le 12 juin 1940, lors du dynamitage d'un pont, tous les vitraux de la nouvelle église se cassent à l'exception de celui de Saint Martin, patron et protecteur de la paroisse[3].
  • Calvaire, 1928
Le calvaire est érigé en 1928 sur l'emplacement de l'ancienne église. Cette dernière avait été construite en 1756 sur les fonds de Charles Maltot, alors curé de la paroisse, restaurée en 1880, puis détruite par un bombardement lors de la Première Guerre mondiale. Le calvaire a depuis été déplacé de quelques mètres pour permettre la construction de maisons[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  3. a, b et c Le Patrimoine des Communes de la Meuse, t. II, Flohic Éditions, coll. « Le Patrimoine des communes de France »,‎ 1999 (ISBN 2-84234-074-4), p. 980 - 982