Chenouda III d'Alexandrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chenouda III
شنودة الثالث
Chenouda III à l'université du Caire, le 4 juin 2009.
Chenouda III à l'université du Caire, le 4 juin 2009.

Titre Pape d'Alexandrie, patriarche de toute l'Afrique et du siège de saint Marc
(Primat et patriarche de l'Église copte orthodoxe)
(19712012)
Prédécesseur Cyrille VI
Successeur Théodore II
Biographie
Nom de naissance Nazir Gayed Roufaïl
Naissance
Abnoub (Égypte)
Décès (à 88 ans)
Le Caire (Égypte)

Chenouda III — de son nom de naissance Nazir Gayed Roufaïl, en arabe نظير جيد روفائيل — (Abnoub, gouvernorat d'Assiout, Égypte, - Le Caire, [1]) est le 117e primatpape d'Alexandrie et patriarche de toute l'Afrique et du siège de saint Marc — de l'Église copte orthodoxe du au , successeur de saint Marc sur le trône papal d'Alexandrie. Il meurt le 17 mars 2012 à l'âge de 88 ans .

Outre l'orthographe Chenouda, on peut rencontrer Chénouda, ou Shenouda. La forme francisée est Chenouté ou Chénouté, mais n'est guère employée que pour le moine écrivain mort en 466. La forme latine est Sinuthius.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nazir Gayed Roufaïl est né près d'Assiout en 1923[2]. Il étudie l’histoire et l’archéologie à l’université du Caire et la théologie au séminaire copte du Caire, où il enseignera. Il entre au monastère Al-Sourian où il prend le nom d’Antonius al-Souriani. Il y est ordonné prêtre en 1955 et consacré évêque en 1962[2]. Enfin, en novembre 1971, il est élu et intronisé pape d’Alexandrie[2] et patriarche du Siège de saint Marc. Chenouda III a écrit de nombreux ouvrages de morale, de patristisque et d’ecclésiologie. Son règne est marqué par une rénovation profonde de l'administration de l'Église et une expansion sans précédent notamment vers les communautés coptes hors d'Égypte.

Entre et 1985, il est assigné à résidence au monastère Saint-Bishoy. Il a en effet été exilé d'Égypte par le président Anouar el-Sadate pour avoir refusé de conduire une célébration de Pâques, et ne revient au pays qu'à la suite de l'assassinat de ce dernier[2].

En 1991, il est élu membre de la présidence du Conseil œcuménique des Églises, dont le siège est à Genève. Chenouda III est désigné en octobre 2000 lauréat du prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence, sur recommandation d’un jury international. « Le Patriarche Chenouda est un religieux qui se consacre à la promotion de la tolérance. Nous pensons que la religion est un domaine où la tolérance doit être particulièrement encouragée car c’est souvent là qu’elle manque le plus », avait déclaré la présidente de ce jury, Tanella Boni[3].

L'Église copte connaît une expansion importante durant son pontificat - notamment aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande[2].

Il décède le 17 mars 2012 et est enterré, selon sa volonté, dans le monastère de Wadi Natrun[4].

Positions théologiques[modifier | modifier le code]

Il a exprimé son désaccord avec la doctrine du subsistit in, issue du concile Vatican II[5].

Se prononçant pour l'unité des Chrétiens, par-delà les différentes Églises, il rend visite au pape Paul VI en 1973. Il était alors le premier pape copte à visiter le Vatican « depuis 1500 ans »[2].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Il est critiqué par de nombreux fidèles, notamment en dehors de l'Égypte, pour avoir interdit aux Coptes de visiter les sites chrétiens en Israël, affirmant que les chrétiens ne devraient s'y rendre, « main dans la main avec les musulmans », qu'une fois résolu le conflit israélo-arabe. Des fidèles critiquent cette prise de position politique, qui contribue à sa brouille avec le président Sadate[2].

En 1976, lorsque le patriarche d'Éthiopie, Abuna Theophilos (en), fut arrêté par le gouvernement éthiopien puis exécuté, Chenouda III refusa de reconnaître le successeur nommé par les autorités éthiopiennes ; la rupture avec l'Église éthiopienne dura plus de trente ans[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Chenouda III Suivi par
Cyrille VI
Primat de l'Église copte orthodoxe
Théodore II