Chemosphere (maison)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 07′ 39.2″ N 118° 22′ 07.6″ O / 34.127556, -118.368778

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chemosphere.
La Chemosphere vue depuis la rue : l'allée, visible au premier plan, descend jusqu'au bas de la colline.
Vue en contre-plongée de la Chemosphere.

La Chemosphere, ou résidence Malin du nom de son premier propriétaire, est une maison construite en 1960 à Los Angeles, en Californie, par l'architecte américain John Lautner, dans un style moderniste innovant.

Description de la maison et de son environnement[modifier | modifier le code]

Le bâtiment s'élève sur le versant de Hollywood Hills surplombant la vallée de San Fernando, juste au-dessus de Mulholland Drive. Situé à l'adresse 7776 Torreyson Drive, il est desservi par un funiculaire[1].

De plan octogonal, la maison est constituée d'un unique étage offrant environ 200 m2 de surface habitable, posé sur un pilier de béton d'environ 9 mètres de haut. Ce design original est la solution que Lautner a trouvé pour construire sur un terrain présentant une pente de 45 degrés, qui était considéré comme pratiquement inexploitable. Ce terrain avait été donné à un jeune ingénieur aérospatial, Leonard Malin, par son beau-père ; malgré ses moyens limités, Malin était résolu à vivre là[1].

Grâce à un piédestal de presque 6 mètres de diamètre, enterré et supportant le pilier, la maison a survécu à plusieurs séismes et pluies torrentielles[1].

Propriétaires successifs[modifier | modifier le code]

En 1976, le deuxième propriétaire de la maison, le Dr Richard Kuhn, y a été poignardé à mort par deux cambrioleurs, qui ont été condamnés à la prison à perpétuité[2].

John Lautner's Chemosphere (8189866290).jpg

En 1997, l'intérieur était en mauvais état. En effet, la maison avait été louée pendant dix ans et utilisée pour des fêtes, au cours desquelles la décoration avait subi des dégâts importants[1].

Depuis 2000, elle appartient à Benedikt Taschen, de la maison d'édition allemande Taschen, qui l'a restaurée. Cette restauration lui a valu un prix du Los Angeles Conservancy[1].

Critique[modifier | modifier le code]

La maison, que l'Encyclopædia Britannica a qualifié de « maison la plus moderne du monde » (« the most modern home built in the world »[1]), est admirée à la fois pour l'ingéniosité de la solution qu'elle propose au problème du terrain, et pour son design unique, rappelant celui d'une soucoupe volante.

La maison fait partie de la rétrospective du travail de Lautner qui a été exposée au Hammer Museum de Los Angeles entre août et octobre 2008[3].

La maison a été listée parmi les dix plus belles maisons de Los Angeles dans un sondage mené auprès d'experts par le Los Angeles Times en décembre 2008[4].

Le 10825 route 11 à Six Roads dans le Nouveau-Brunswick, au Canada, construit en 1970 par Yvon St-Cœur, est une réplique quasi-exacte de la Chemosphere[5].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été utilisé pour la première fois dans une fiction en 1964 comme résidence futuriste dans l'épisode The Duplicate Man de la série télévisée Au-delà du réel, d'après une nouvelle de science-fiction écrite par Clifford D. Simak. Les scènes d'extérieur ont été tournées sur place, tandis qu'un décor reproduisant l'intérieur de la maison a été construit pour les autres scènes.

Il a aussi été utilisé en 1984 dans le film Body Double, où il sert de garçonnière. En 2000, dans le film Charlie et ses drôles de dames, il appartient à un génie ayant fait fortune dans l'informatique.

Un bâtiment similaire apparait en 2004 dans le jeu vidéo Grand Theft Auto: San Andreas, près du panneau « VINEWOOD » (parodie du panneau « HOLLYWOOD »), dans la ville fictive de Los Santos parodiant Los Angeles.

En 1996, dans l'épisode Un poisson nommé Selma de la série télévisée Les Simpson, on découvre que le personnage de Troy McClure vit dans une maison similaire.

Les invités de Current TV apparaissent dans un décor qui est une réplique exacte de l'intérieur de la maison. Le personnage de Desolation Jones, dans le comics de Warren Ellis, vit dans la Chemosphere.

Dans la série d'animation Les Jetson, dont la diffusion a commencé deux ans après la construction de la maison, tous les bâtiments sont de forme circulaire et reposent sur des piliers[6]. Dans la série télévisée Perdus dans l'espace, le vaisseau spatial de la famille Robinson, le Jupiter 2, est similaire à la Chemosphere[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Scott Timberg, « Eight sides to this story », dans Los Angeles Times, 7 avril 2005.
  2. (en) « John Lautner, 'Technologist' Architect, Dies at 83 », dans The New York Times, 27 octobre 1994.
  3. (en) Nicolai Ouroussoff, « Bonding Humanity and Landscape in a Perfect Circle », dans The New York Times, 31 juillet 2008.
  4. (en) Sean Mitchell, « The best houses of all time in L.A. », dans Los Angeles Times, 27 décembre 2008.
  5. (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 226.
  6. a et b (en) Rick Worland et David Slayden, « From Apocalypse to Appliances: Postwar Anxiety and Modern Convenience in Forbidden Planet » dans David Desser (dir.) et Garth S. Jowett (dir.), Hollywood Goes Shopping, Minneapolis, University of Minnesota Press, coll. « Commerce and Mass Culture Series » (no 3),‎ 2000, 363 p. (ISBN 0-8166-3512-9 et 0-8166-3513-7), p. 153.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]