Chemin des Espagnols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le chemin des Espagnols, parfois dénommé couloir sarde, est un itinéraire utilisé au XVIe et XVIIe siècles (de facto jusqu'à 1714) par les armées espagnoles pour rejoindre les Pays-Bas, qui commençait à Gênes et traversait le Duché de Savoie, la vallée de la Valserine, la Franche-Comté et la Lorraine.

Parcours[modifier | modifier le code]

Éloise

Le pont de Grésin retint longtemps l'attention des grands de ce monde. Souvent opposés aux rois de France, les ducs de Savoie avaient une alliance avec les rois d'Espagne qui étaient en même temps rois des Pays-Bas (ils étaient au début ducs de Bourgogne et de Gante). Le chemin des Espagnols commençait à Gênes, et en passant par la commune de Clarafond (Fruitière), le pont de Grésin, la vallée de la Valserine et la Franche-Comté, les troupes espagnoles pouvaient aller, grâce à son alliance avec les ducs de Savoie et les ducs de Lorraine, de la Méditerranée aux Pays-Bas sans toucher les territoires français.

Léaz

Le pont de Grésin est un pont suspendu qui franchit le Rhône sous le hameau de Grésin. On peut y accéder en automobile depuis Grésin. En revanche, en direction d'Éloise, sur le versant savoyard du Rhône, seul un chemin de terre conduit au pont. Ce pont a été construit à la suite de la mise en eaux en 1948 du barrage de Génissiat et de la formation du lac de barrage, qui a noyé un ancien pont situé en dessous. Cet ancien pont avait eu dans le passé une importance stratégique, au XVIIe siècle. En effet, il faisait partie du chemin des Espagnols, par lequel les armées espagnoles traversaient le duché de Savoie pour rejoindre la Franche-Comté (alors territoire espagnol) à partir de Gênes, en passant par Chézery.

Lancrans

Lancrans fit partie du "chemin des Espagnols", enclave savoyarde entre le Bugey et le pays de Gex de 1601 à 1760. En 1858, Vanchy et Confort se séparèrent de Lancrans pour devenir des communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Traité de Turin (1760)[modifier | modifier le code]

Au Nord, le pays de Gex était séparé de la France par la vallée de la Valserine, qui permettait auparavant le passage des troupes espagnoles entre la Savoie et la Franche-Comté (et était nommée pour cette raison chemin des Espagnols). Ce territoire n’était plus stratégique en 1714, du fait de l’alliance de famille entre la France et l’Espagne et de l’acquisition de la Franche-Comté par la France.

Le traité régularise donc la frontière entre les deux États : échange des villes de Seyssel (en partie), Chanaz et La Balme situées sur la rive gauche du Rhône, mais faisant partie du Bugey, qui passent au Piémont, en échange de la vallée de la Valserine : ainsi, le chemin des Espagnols entre Franche-Comté et Savoie devient français, et le pays de Gex n’est plus une enclave séparée de la France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

François Pernot, La Franche-Comté espagnole : À travers les archives de Simancas, une autre histoire des Francs-Comtois et de leurs relations avec l'Espagne, de 1473 à 1678, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté,‎ 2003, 457 p. (ISBN 978-2-84867-032-4)