Chemin de fer Arica-La Paz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne
d'Arica à La Paz
Ligne de Arica à La Paz
Carte du chemin de fer
Carte du chemin de fer
Pays Drapeau du Chili Chili,
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Historique
Mise en service 1912
Fermeture 2005
Caractéristiques techniques
Longueur 440 km
Écartement Voie étroite (1 000 mm)
Crémaillère De type Abt
Nombre de voies Voie unique avec évitements
Trafic
Propriétaire Empresa de los Ferrocarriles del Estado
Exploitant(s) Empresa de los Ferrocarriles del Estado

Le chemin de fer Arica-La Paz (en espagnol ferrocarril Arica-La Paz) est un chemin de fer construit par le chili selon le Traité de 1904 entre le Chili et la Bolivie pour relier les villes d'Arica et de La Paz. Il a été inauguré le 6 mars 1912, c'est la voie la plus courte entre la côte de l'Océan Pacifique et l'intérieur des terres avec une longueur de 440 km, dont 233 km en Bolivie. Le chemin de fer traverse la cordillère des Andes à une altitude de 4 265 m et se relie au système ferroviaire de Bolivie vers Viacha.

Le chemin de fer a été construit par l'allemand Philipp Holzmann[1] et comporte 7 tunnels.

La voie a été en service jusqu'en 2005 lorsqu'elle a été détruite par l'hiver bolivien. Après la faillite des propriétaires de la ligne, elle a été rachetée par l'entreprise de chemin de fer Chilienne en 2006 qui a annoncé un plan de réparation[2] sur deux ans avec une réouverture en décembre 2011[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. westdeutscherundfunk
  2. http://www.plataformaurbana.cl/archive/2008/09/11/reponer-tren-arica-la-paz-cuesta-us-26-millones/ retrieved 29 juin 2009
  3. http://www.mundomaritimo.cl/noticias/adjudican-rehabilitacion-del-ferrocarril-arica-la-paz/ retrieved 23 mars 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (es) E., Alberto Decombe, Historia del ferrocarril de Arica a la Paz, Santiago, [s.n.],‎ 1913, 130 p. (lire en ligne)