Voie romaine Saintes-Périgueux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chemin Boisné)
Aller à : navigation, rechercher

45° 33′ 20″ N 0° 01′ 15″ O / 45.5556, -0.02083 ()

Le chemin Boisné au sud de Cognac entre la D731 et la D47

La voie romaine de Saintes à Périgueux est une voie romaine allant des cités antiques de Vesunna (Vésone, quartier actuel de Périgueux) à Mediolanum Santonum (actuellement Saintes). Elle figure sur la Table de Peutinger.

Elle traverse trois départements français : la Charente-Maritime, la Charente et la Dordogne. Elle est appelée chemin Boisné (ou chemin Boisne[1]) dans sa partie de la Charente.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle aurait été entreprise sous le règne d'Auguste, et poursuivie au IIe siècle pour établir une liaison entre la façade atlantique, Saintes et la voie Domitienne, par Périgueux, Sarlat, Rodez, Nîmes[2], car une liaison sud vers l'Italie était plus constamment praticable que par Lyon en franchissant les Alpes. Il est plausible qu'elle ait repris en tout ou partie une voie gauloise préexistante. Son tracé figure sur la Table de Peutinger.

Dans sa section charentaise, le nom de chemin Boisné figure sur tous les cadastres et sur de nombreux documents médiévaux, et la plus ancienne transcription date de 1297 où c'était déjà un nom propre[3], ou aussi chemin Boine ou Boisne[4],[1]. François Marvaud, certes plutôt spécialisé sur la région de Cognac, évoque l'emploi du terme chemin Boine depuis les « portes de Périgueux »[5].

Boisné signifierait borné ou remarquable par ses bornes[6]. Il s'agit peut-être d'un bornage supplémentaire à celui habituel des bornes milliaires, ou d’un bornage effectué par le comte d'Angoulême pour marquer l'emplacement du chemin. Charlemagne fait réparer des ponts et Louis le Pieux dans un capitulaire de 830 ordonne la réparation de douze ponts[7]. En effet les routes laissées sans entretien dès le Ve siècle étaient très détériorées et de nombreux ponts se trouvaient inutilisables. Le mot boyne signifiant borne n'a été rencontré par AF.Lièvre qu'en Charente, et boina a ce sens en occitan[N 1]. En 1826, le chemin était encore appelé Chomi Bouinat[8]. Quelques autres chemins anciens de Charente se sont appelés chemin Boyne par extension[6],[9].

D'autres sources ont rapproché le toponyme Boisné de Villebois-Lavalette. En effet, il faisait référence au tronçon de la voie entre Ville-Bois et le [réf. nécessaire], et d'ailleurs on ne retrouve ce toponyme qu'entre ces deux lieux. En tout cas, l'origine de ce nom semble s'être perdue dans le temps.

Itinéraire[modifier | modifier le code]

Les vestiges de la porte Normande à Périgueux, à Vésone

Le chemin Boisné quittait Périgueux par la porte Normande en suivant le tracé actuel de la route, puis s'en séparait en remontant vers le nord et en passant vers Chancelade, l'ancien prieuré de Merlande puis Bussac. Le comte de Taillefer, lui, la fait passer plus à l'est par le vallon de Vignéras près duquel une borne milliaire aurait son emplacement d'origine, franchir la crête où passait l'ancienne route d'Angoulême, traverser la Beauronne (au sud de Château-l'Évêque), et rejoindre le nord de La Chapelle-Gonaguet près de Crébantiéras[8].

La voie traversait la Dronne à Port-d'Ambon (ou Pont d'Ambon[1]) et Rochereil, au sud de Creyssac, sur un pont ou par un gué. Son tracé n'est retrouvé que par les photographies aériennes : il suit en partie la D2 puis la D106. Entre la Pouge et les Pouzes il est surélevé.

Le chemin Boisné coupant la D699 à Birac

Il entre en Charente en franchissant la Lizonne par un gué, au Pas de Fontaine ou à Pas Vieux, commune de Champagne-et-Fontaine[8]. Cette voie romaine traverse le département de la Charente sur 60 km et son tracé est parfaitement connu, car elle est nommée chemin Boisné ou Boisne sur toutes les cartes. Son tracé est recouvert par la D23, passe au sud de Villebois-Lavalette, puis est repris par la D22, la D5 et à nouveau la D22 pour passer au nord de Voulgézac, puis au sud de Claix.

Après la traversée de la N 10, elle est empruntée par le GR 4 et passe au sud de Châteauneuf-sur-Charente, sur la commune de Bouteville, et traverse Mainxe, puis Gensac-la-Pallue. De nombreuses villas romaines se sont construites le long de la voie, entre autres à Malaville, Bouteville et Nonaville[7].

Il est intéressant de constater qu'entre Saintes et Périgueux, le chemin Boisné longe parfaitement les couches géologiques calcaires du Crétacé, en particulier entre Cognac et la Dordogne, il occupe le replat existant entre deux cuestas, celle au nord concernant le Turonien et au sud le Campanien[10],[11].

Localisation de Sarrum[modifier | modifier le code]

C'est aussi entre Villebois-Lavalette et Charmant qu'on situerait une des deux étapes sur cette voie sur la Table de Peutinger. Il s'agit de Sarrum[12]. L'abbé Michon le situe plutôt vers Charmant[4]. AF.Lièvre la voit vers Vesne (commune de Voulgézac) ou Puygâti (commune de Chadurie)[6]. L'archéologue Jacques Dassié confirme la fourchette Villebois - Charmant, et la rétrécit avec un rayon de 6 km autour du château de la Mercerie (entre Ronsenac et Magnac-Lavalette-Villars)[13]. De nombreux vestiges romains ont été trouvés un peu partout dans la région (villas, postes militaires), mais on n'en a pas encore trouvé de probants dans cette fourchette.

Localisation de Condate[modifier | modifier le code]

L'autre étape est Condate[14], vraisemblablement situé à l'écart de la voie au bord de la Charente. Les archéologues Michon et Marvaud l'ont situé à Merpins[5], endroit acceptable (fort romain[4]) malgré les erreurs de copies de la Table de Peutinger[13]. À noter que les distances de la Table de Peutinger sont ici en lieues, comme dans toute l'Aquitaine, et non en milles[15].

Le passage du Né à l'Anglade

AF. Lièvre privilégie, lui, l'emplacement de la Frénade ou l'Anglade sur le Né, car on y a retrouvé quelques vestiges et, toponymiquement, Anglade comme Condate peut signifier confluence de deux bras du Né[6].

Le chemin Boisné continue sur la rive gauche de la Charente par le tracé de la D147 jusqu'à la Charente-Maritime et passe le à Port-de-Jappe sur la commune de Gimeux par un gué pavé.

Il continue vers Brives-sur-Charente, Courcoury puis Saintes où il entre par Diconche[7],[16]. En Charente-Maritime, il prend le nom de chemin Chaussé, chemin du Grand Chaussée ou route des Romains.

Embranchements[modifier | modifier le code]

En venant de Périgueux, une voie obliquant vers le nord-ouest se détachait de la voie de Saintes vers Gout-Rossignol ou Fontaine et passait la Lizonne au Pas de Pompeigne, puis se dirigeait vers Iculisma par la Chaussade pour aller vraisemblablement vers Germanicomagus et Avedonacum. Cette branche serait une des rares voies romaines à passer par Iculisma[6].

Le chemin de la Faye vers Birac

Vers Plassac, un autre embranchement se détachait de la voie de Saintes et longeait parallèlement le chemin Boisné au sud mais sur les hauteurs, par Jurignac, Birac, Bouteville, franchissait le vers Saint-Fort et rattrapait la D.731 à Echebrune, pour se diriger vers Pons (puis peut-être vers la côte et Novioregum par Gémozac). Il s'agit vraisemblablement d'un chemin pré-romain. Ce chemin s'appelle le chemin de la Faye (étymologie : faîte)[6].

Variante par Pons[modifier | modifier le code]

Une voie romaine reliait Saintes à Pons et Avy d'où bifurquait la voie de Coutras, et se dirigeait de façon nette au sud-est vers Neuillac, où une coupe de la voie est exposée, jusqu'à Guimps (Charente). Elle suit souvent une limite communale rectiligne, séparant les anciennes villas romaines devenues villages.

À l'est de Guimps, le terrain est plus accidenté et sa trace est difficile à suivre. AF.Lièvre la fait passer à Challignac, puis au sud de Poullignac, et traverser la Tude à Peudry (commune de Saint-Martial)[6] pour aller en direction de Ribérac (vestiges romains de Villetoureix) peut-être par Aubeterre-sur-Dronne[17].

Joseph Piveteau, de la Société archéologique et historique de la Charente a aussi étudié un tracé entre Guimps, Reignac, Condéon, Brossac, passant près de la villa de la Coue d'Auzenat, Chalais et Aubeterre[18].

Extrait de la Table de Peutinger[modifier | modifier le code]

Peutinger boisne.gif

On peut y lire :
Mediolano Santon.__ __Condate__X__Sarrum__XX__Vesonna
soient : distance inconnue entre Saintes et Condate, 10 lieues de Condate à Sarrum, 20 lieues de Sarrum à Périgueux, ce qui permet de localiser plus ou moins ces étapes, malgré les erreurs, car en fait il faudrait lire [13]:
Mediolano Santon.__X__Condate__XX__Sarrum__XXIII__Vesonna
avec 1 lieue = 2,45 km

Bornes milliaires[modifier | modifier le code]

La Grande Borne[modifier | modifier le code]

La Grande Borne de Gensac-la-Pallue (1844), aujourd'hui disparue

Au sud de Cognac, au bord de la voie entre la Frenade et Parveau (actuelle base aérienne), une pierre carrée avec une surface plate, appelée dans le pays la Grande Borne, la Grande Boune[19] ou la Grosse Boueno[5], était située entre les lieux-dits de l'Ormeau[N 2] et Bellevue[20]. Certains auteurs, comme François-Marie Bourignon en 1801, ou plus tard en 1863 François Marvaud[5], y déchiffraient quelques lettres et ont émis l'hypothèse que celle-ci soit une borne milliaire, mais d'autres, comme Jean-Hippolyte Michon en 1844 en doutaient fortement. Le monument en question a depuis disparu.

Lecture de l'inscription, telle que publiée dans le CIL XIII en 1907[21].

Borne du Toulon[modifier | modifier le code]

La borne du Toulon (1893), d'après le dessin de Auguste Allmer[22] revu par Espérandieu.

Une « précieuse » borne milliaire[23] a été trouvée avant 1754 à Périgueux, approximativement aux alentours de la source du ruisseau du Toulon[24] (selon Jean Lebeuf, en 1756[25]), voire plus au nord (selon Henry Wlgrin de Taillefer, en 1826[26]) en direction du vallon passant au sud de Vignéras (donc peut-être sur le territoire communal de Champcevinel - mais aucun auteur ne l'y a localisée formellement) ou en direction du château de Barbadeau[27].

Elle est un des rares milliaires à porter une dédicace de l'an 276 à l’empereur Florien, qui essaya de s'imposer par la force mais dont le règne fut de quelques mois. Émile Espérandieu trouve d'ailleurs, à son sujet, « choquant » « l'emphatique qualification de maître de l'univers et de la paix » (Domino orbis et pacis).

Enfin, bien que son inscription ne comporte pas de distance, elle marquerait la première lieue, soit 2 222 m (lieue romanisée) ou 2 450 m (lieue gauloise)[28], depuis le sanctuaire et temple gallo-romain dédié à Vesunna, dont il subsiste la tour de Vésone. Mais, vu les incertitudes concernant son emplacement d'origine, elle pourrait indifféremment s'être trouvée sur la voie principale menant à Bordeaux, ou sur celle menant à Saintes[29], voire avant un embranchement au nord-ouest de la cité antique des Pétrocores. Pour sa part, A.-F. Lièvre choisissant une des hypothèses de Taillefer[30], d'une localisation de la borne plus au nord, dans le vallon, il l'envisage plutôt sur une voie vers Poitiers et Nantes, route passant alors par Brantôme, Bouëx, Montignac-Charente, Mansle et Rom[6].

La pierre est exposée[31], depuis 2003, dans le nouveau musée gallo-romain de Périgueux, dit musée Vesunna (ancien inventaire, no 251).

Lecture de l'inscription, telle que publiée dans le CIL XIII en 1907.

Borne de Chadenac[modifier | modifier le code]

Dans l'ancien cimetière de Chadenac (Charente-Maritime), près de la voie romaine de Pons à Guimps, une borne milliaire creusée et réutilisée en sarcophage a été trouvée en 1863. Elle semble dater de l'empereur Claude. On peut y lire le nombre XXIV.

AF.Lièvre a d'abord interprété cette distance comme 24 lieues, unité locale adoptée par les Romains dans toute l'Aquitaine, mais il pensait que la borne concernait la voie Saintes-Coutras, bien que Chadenac ne se trouve pas sur cette voie, et donc que cette distance se rapportait au fines entre les Santons et les Bituriges[6].

Jacques Dassié a vérifié que cette distance se rapportait bien au fines, mais celui de la cité des Pétrocores, limite qu'il place à Aubeterre-sur-Dronne où selon lui cette voie passait, et que l'unité employée était la lieue gauloise de 2 416 m et non la lieue romaine de 2 222 m[28],[17].

On peut toujours voir cette borne exposée dans le cimetière de Chadenac, non loin de la coupe de la voie romaine entre Neuillac et Neulles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le dialecte limousin (occitan) est employé dans la partie entre Villebois-Lavalette et Périgueux. Avant la guerre de Cent Ans, l'occitan était aussi la langue entre Saintes et Villebois. Voir Anciens dialectes et Langues de la Charente.
  2. Actuel carrefour de la voie avec la route de Cognac à Gimeux (D.47), dit les Six-Chemins 45° 38′ 56″ N 0° 17′ 21″ O / 45.6489101, -0.289136 (Carrefour des Six-Chemins).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  2. Alcide Gauguié, La Charente communale illustrée, t. I (arrondissement d'Angoulême), Bruno Sépulchre (Paris, 1982),‎ 1865, 411 p., p. 372
  3. "... stratam publicam que vulgaliter appellatur chemi Boynes" in Bulletin de la société archéologique de Charente, 1867, page 76
  4. a, b et c Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ 1844, 334 p. (lire en ligne), p. 161-163, Voie n° 3
  5. a, b, c et d François Marvaud, Étude sur la voie romaine de Périgueux à Saintes dans la traversée de Cognac, Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, Nadaud,‎ 1863, 390 p. (lire en ligne), p. 274-280
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i Auguste-François Lièvre, Les chemins gaulois et romains entre la Loire et la Gironde, Niort, L.Clouzot,‎ 1893, 127 p. (résumé)
  7. a, b et c Marcel Prade, Histoire du chemin Boisne, éditions la Péruse,‎ 1998, 87 p. (ISBN 2-907588-38-9, résumé)
  8. a, b et c Henri François Athanase Taillefer (Comte Wlgrim de), Antiquités de Vésone, cité gauloise, vol. 2,‎ 1826, 705 p. (lire en ligne), p. 239-240
  9. Auguste-François Lièvre, Les chemins boînés,‎ 1893, 5 p.
  10. Carte du BRGM sous Géoportail
  11. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  12. Ralph W.Matisen, « Sarrum (mutatio) » (consulté le 26 avril 2009)
  13. a, b et c Jacques Dassié, « Mediolanum Santonum - Vesunna » (consulté le 26 avril 2009)
  14. Ralph W.Matisen, « Condate (mutatio) » (consulté le 27 avril 2009)
  15. Jacques Dassié, « Grande lieue gauloise » (consulté le 26 avril 2009)
  16. Diconche sur Géoportail.
  17. a et b Jacques Dassié, « La voie romaine Pons-Guimps et la borne milliaire de Chadenac »,‎ 2009 (consulté le 23 novembre 2012)
  18. Joseph Piveteau, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente, Constantin,‎ 1955 (lire en ligne), p. 42
  19. [PDF] Description d'André Balout, P.Lacroix, Chronique, Faits historiques et traditions de l'Angoumois occidental, in Bulletin départemental de la Charente, Études locales, 2e année, no 12, 1921
  20. Société archéologique et historique de la Charente, Mémoires,‎ 1865 (lire en ligne), p. 280-281
  21. Corpus inscriptionum Latinarum [13]. Inscriptiones Trium Galliarum et Germaniarum Latinae. Partis secundae. Fasciculus II. Miliaria Galliarum et Germaniarum, éd. par Theodor Mommsen, Otto Hirschfeld, Alfred von Domaszewski, Berlin, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, 1907, inscr. no 8896 p. 654 (ISBN 3-11-001408-4) [= CIL XIII, 8896] (en ligne).
  22. Cf. Emile Espérandieu 1893, p. 114. Voir aussi la description de la borne (n° 22), en 1878, par Auguste Allmer.
  23. À propos de sa dénomination, est retenue ici celle utilisée par Emile Espérandieu (p. 13), dans son Musée de Périgueux. Inscriptions antiques, Périgueux, Impr. de la Dordogne, 1893, p. 11-13, avec une bibliographie exhaustive en fin de volume (en ligne). L'affirmation d'Auguste-François Lièvre (p. 14 : « trouvée dans le vallon de Vignéras ») se révélant être très hypothétique.
    Voir aussi
    * Corpus inscriptionum Latinarum [13]. Inscriptiones Trium Galliarum et Germaniarum Latinae. Partis secundae. Fasciculus II. Miliaria Galliarum et Germaniarum, éd. par Theodor Mommsen, Otto Hirschfeld, Alfred von Domaszewski, Berlin, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, 1907, inscr. no 8895 p. 654 (ISBN 3-11-001408-4) [= CIL 13, 08895] (en ligne).
    * Corpus inscriptionum Latinarum [17]. Miliaria Imperii Romani. Pars secunda, Miliaria provinciarum Narbonensis Galliarum Germaniarum, éd. par Gerold Walser, Berlin, New York, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, 1986, inscr. no 369 p. 139 (ISBN 978-3-11-004592-5) (partiellement en ligne) [= CIL 17-02, 00369].
    * La Dordogne. [1], sous la dir. de Hervé Gaillard, avec Claudine Girardy-Caillat, Christian Chevillot, Frédéric Berthault, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1997 (Carte archéologique de la Gaule : pré-inventaire archéologique, 24/1) (ISBN 978-2-87754-051-3) (à voir, impérativement, les hypothèses routières).
  24. Voir sur Geoportail.
  25. Jean Lebeuf, « Sur quelques antiquités de Périgueux », Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 23, Paris, 1756, p. 206 (en ligne).
  26. Henry Wlgrin de Taillefer, Antiquités de Vésone, cité gauloise, remplacée par la ville actuelle de Périgueux, 2, Périgueux, F. Dupont, 1826, p. 239 et 251 note 1 (en ligne).
  27. Voir à la page 654 où Taillefer, revenant sur son premier tracé, fait l'hypothèse d'une route allant du sud de Barbadaud 45° 12′ 24″ N 0° 41′ 43″ E / 45.206742, 0.695271 (Château de Barbadeau) jusque Beaurone 45° 13′ 30″ N 0° 40′ 18″ E / 45.225092, 0.671791 (Beauronne), donc évitant par l'Ouest la vallée en question.
  28. a et b Jacques Dassié, « Milliaire de Chadenac »,‎ 2009 (consulté le 23 novembre 2012)
  29. CIL XVII-2, p. 129-130 et la carte p. 131. Voir, par exemple, la carte sommaire du site Regnum Francorum Online ou les trois indications du site Itinéraires romains en France sur les pages « de Bordeaux à Périgueux », « de Périgueux à Limoges » et « de Saintes à Périgueux ».
  30. Dite « Hypothèse par Vignéras » sur le tracé reconstitué, en lien en bas de page.
  31. Le musée confirme la conserver (le 3 février 2014, par mail), bien qu'aucune information ne soit donnée dans les sites, catalogues ou inventaires en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir le tracé: Google / Bing

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]