Cheiry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cheiry
Blason de Cheiry
Héraldique
Vue du village
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Broye[1]
NPA 1529
N° OFS 2009
Démographie
Population 365 hab. (31 décembre 2012)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 57″ N 6° 50′ 00″ E / 46.749169, 6.833336 ()46° 44′ 57″ Nord 6° 50′ 00″ Est / 46.749169, 6.833336 ()  
Altitude 646 m (min. : 562 m) (max. : 754 m)
Superficie 648 ha = 6,48 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Cheiry

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cheiry

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cheiry
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Cheiry (Tsèri Écoutez en patois fribourgeois[4]) est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Broye. La commune de Cheiry, qui a fusionné avec celle de Chapelle en 2005, est peuplée de 357 habitants en 2011. Elle s'étend dans la vallée de la Lembe.

Historique[modifier | modifier le code]

Le territoire de Cheiry est peuplé très tôt puisqu'on y a retrouvé une pointe de lance datant de la période de La Tène. Il y a aussi une nécropole du Haut Moyen Âge. Le village est connu vers 1185 sous le nom de Chirie. Il fait partie de la seigneurie de Surpierre en 1380 puis du bailliage fribourgeois de Surpierre dès 1536. Le village est détruit par un incendie en 1624. Cheiry est inclus dans le district d'Estavayer dès 1798, dans le district de Surpierre dès 1803 et enfin dans le district de la Broye à partir de 1848[5]. Dans la nuit du 4 au 5 octobre 1994, la commune de Cheiry est le théâtre de la mort de vingt-trois membres de l'Ordre du Temple solaire[6]. Dans le cadre des fusions encouragées par le canton de Fribourg dans les années 2000, la commune voisine de Chapelle est intégrée à Cheiry le 1er janvier 2005.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Cheiry mesure 648 ha[3]. 6,9 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 65,6 % à des surfaces agricoles, 27,2 % à des surfaces boisées et 0,3 % à des surfaces improductives[3].

Avec Prévondavaux, Surpierre et Villeneuve, Cheiry fait partie d'un groupe de quatre communes du canton de Fribourg enclavé dans le canton de Vaud. Cheiry a des frontières communes avec Prévondavaux et Surpierre dans le canton de Fribourg ainsi qu'avec Forel-sur-Lucens et Valbroye dans le canton de Vaud.

Le territoire communal se situe dans le plateau suisse entre la vallée de la Broye et le lac de Neuchâtel. Il s'étend dans la vallée de la Lembe, rivière qui traverse la commune du sud-ouest au nord-est. Au nord-ouest de la vallée se trouve le bois d'Aclex et au sud-est se situe le Grand bois, sur la crête entre les vallées de la Lembe et de la Broye, qui contient le point culminant de la commune à 711 mètres d'altitude. En plus du village de Cheiry, la commune comprend Chapelle au nord, sur la gauche de la vallée, ainsi que Coumin-dessous au bord de la Lembe et Coumin-dessus sur la droite de la vallée.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Cheiry possède 365 habitants en 2012[2]. Sa densité de population atteint 56,3 hab./km². En 2000, la population est francophone à 89,1 %, germanophone à 7 % et anglophone à 1,5 %[7].

La population de Cheiry, d'environ 400 habitants au XIXe siècle, baisse jusqu'à 258 habitants en 1980 avant de remonter à 357 en 2011. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Cheiry (incluant la communes ayant fusionné avec elle) entre 1850 et 2011[8] :

Politique[modifier | modifier le code]

Sur le plan communal, Cheiry est dirigé par un conseil communal de cinq membres et dirigé par un syndic pour l'exécutif[9] et une assemblée communale pour le législatif[10].

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 32,8 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti démocrate-chrétien avec 31,4 % des suffrages et le Parti socialiste suisse avec 23,5 %[11].

Monuments[modifier | modifier le code]

Le village de Cheiry comprend une église au moins dès 1184. L'église actuelle date de 1967[5]. Il compte aussi un grenier inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[12]. Plusieurs bâtiments situés sur le territoire communal sont inscrits comme biens culturels d'importance régionale d'après la liste cantonale dressée en 2009 : une maison double à Cheiry, deux fermes et un grenier à Chapelle ainsi qu'un grenier à Coumin-Dessus[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle, l'économie locale était principalement tournée vers l'agriculture et l'élevage qui représentent encore une part importante des emplois locaux de nos jours. D'autres emplois ont été créés par de petites entreprises locales dans les services. On trouve par exemple un café restaurant. Pendant les dernières décennies, le village s'est transformé avec la création de plusieurs zones résidentielles habitées par des personnes travaillant principalement dans la région de Payerne.

Transports[modifier | modifier le code]

Cheiry se trouve sur la route principale reliant Granges-près-Marnand à Thierrens. Le village est relié à Granges-près-Marnand par une ligne de bus CarPostal[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20/01/2009)
  2. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2012 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 16 décembre 2013).
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 104
  5. a et b Marianne Rolle, « Cheiry », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ 14 juillet 2005 (consulté le 16 juillet 2013)
  6. « Les précédents », Libération,‎ 25 décembre 1995 (consulté le 16 juillet 2013)
  7. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  8. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20/01/2009)
  9. « Autorités communales », sur cheiry.ch (consulté le 16 juillet 2013)
  10. « Assemblées Communales. Dates et PV », sur cheiry.ch (consulté le 16 juillet 2013)
  11. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 16 juillet 2013)
  12. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Fribourg
  13. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 16 juillet 2013)
  14. « Cheiry–Granges-près-Marnand–Lucens », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 16 juillet 2013)