Cheikh Hamidou Kane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kane.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cheikh Hamidou Kane Mathiara.

Cheikh Hamidou Kane

Description de cette image, également commentée ci-après

Cheikh Hamidou Kane à Dakar en 2008

Naissance 2 avril 1928
Matam
Nationalité Sénégal Sénégal
Profession Écrivain
Formation
Distinctions

Cheik Hamidou Kane, né à Matam le 2 avril 1928, est un écrivain et un haut fonctionnaire sénégalais, qui occupa notamment des fonctions ministérielles. Son livre L'Aventure ambiguë est devenu un classique de la littérature africaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cheikh Hamidou Kane fréquente d'abord l'école coranique, puis l'école française[1], à l'École primaire supérieure Blanchot de Saint-Louis, et par la suite au lycée à Dakar. Après son baccalauréat, il poursuit ses études à Paris et s'inscrit en faculté de droit pour préparer le concours d'entrée à l'École nationale de la France d'outre-mer (ENFOM) et, en parallèle, à la faculté de lettres, ce qui lui permet d'être, en 1959, titulaire de deux licences – droit et philosophie – ainsi que du brevet de l'ENFOM[2]. Pendant ses études à la Sorbonne, il collabore à la revue Esprit et fréquente les cercles intellectuels.

Il rentre dans son pays où il occupe rapidement d'importantes fonctions administratives. En mars 1960 il est nommé gouverneur de la région de Thiès. En 1961 il est chef de cabinet du ministre du Développement et du Plan[2]. C'est alors qu'est publié L'Aventure ambiguë, un récit teinté d'autobiographie écrit dès 1952[2].

Cheikh Hamidou Kane fut également représentant de l'UNICEF dans de nombreux pays africains. Il dirigea la société Dakar-Marine et, en 1981, les Industries chimiques du Sénégal (ICS)[2].

Le banquier et ministre Amadou Kane est son neveu[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Cheikh Hamidou Kane est avant tout l'auteur de L'Aventure ambiguë (Julliard, 1961)[4], conte du déchirement d'un émigré africain en Occident pris entre deux cultures : « Si je leur dis d'aller à l'école nouvelle (...) ce qu'ils apprendront vaut-il ce qu'ils oublieront ? ». Ce livre reçoit le Grand prix littéraire d'Afrique noire en 1962.

Après un silence littéraire de plusieurs décennies, il publie en 1995, aux éditions Stock, Les Gardiens du temple[5], une suite de L'Aventure ambiguë rapportant de façon très romancée le conflit qui opposa, en 1962, Mamadou Dia et Léopold Sédar Senghor, deux hommes dont il avait longtemps été proche.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pierrette Herzberger-Fofana, Écrivains africains et identités culturelles : entretiens, Stauffenburg, Tübingen, 1989, p. 77 (ISBN 3-923721-92-7)
  2. a, b, c et d Jean Getrey, Comprendre "L'Aventure ambiguë" de Cheikh Hamidou Kane, Les Classiques africains, Issy-les-Moulineaux, 1982, p. 5 (ISBN 2-85049-239-6)
  3. « Amadou Kane, un banquier pour manager les finances publiques », Rewmi, 5 avril 2012
  4. Présentation du livre sur Africultures [1]
  5. « Les Gardiens du temple. De l'occultation française à la culpabilisation africaine », article de Boniface Mongo-Mboussa sur Africultures [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hamidou Kane, Cheikh Hamidou Kane, Roger Mercier et Monique Battestini, Cheikh Hamidou Kane, écrivain sénégalais, Nathan, Paris, 1965, 64 p.
  • Annie Moriceau et Alain Rouch, "L'Aventure ambiguë" de Cheikh Hamidou Kane. Étude critique, Nathan, Paris, 1983, 95 p. (ISBN 2091690511)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :