Cheikh Bamba Dièye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dièye.
Cheikh Bamba Dieye
Image illustrative de l'article Cheikh Bamba Dièye
Fonctions
Maire de Saint-Louis-du-Sénégal
Ministre de la Communication, des Télécommunications et de l'Economie numérique
Ministre de l'Aménagement du territoire et des Collectivités locales
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Louis (Sénégal)
Nationalité Sénégalaise
Parti politique Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël
Diplômé de École nationale des travaux publics d'Alger
Profession Ingénieur

Cheikh Bamba Dieye, de son vrai nom Cheikh Abiboulaye Dieye, est un homme politique sénégalais, maire de la ville de Saint-Louis, candidat malheureux à l’élection présidentielle sénégalaise de 2012[1]. Cheikh Bamba Dièye est membre du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (FSD/BJ). Il a été nommé Ministre dans le Gouvernement Mbaye.

Vie, études et carrières professionnelles[modifier | modifier le code]

Cheikh Bamba Dieye est né le à Santhiaba, un quartier de Saint-Louis (Sénégal). Il est marié et père de quatre filles. Son père est Cheikh Abdoulaye Dièye, ancien leader du FSD/BJ dont la pensée était très imprégnée de celle de Cheikh Ahmadou Bamba qu’il admirait beaucoup.

Cheikh Bamba Dièye a fait ses études secondaires au lycée technique André Peytavin de Saint-Louis. C’est en 1987 qu’il a obtenu le baccalauréat au collège Saint-Michel de Dakar. Cinq ans plus tard il devient ingénieur à l’École nationale des travaux publics d’Alger. Spécialiste des questions de transports, il a de bonnes connaissances en matière d’urbanisme et d’environnement comme données économiques.

Sur le plan professionnel, il est le directeur de la société Delta Ingénierie et d’une société de management de projet spécialisée en micro-finance. Journaliste à ses heures perdues, il a géré et managé plusieurs journaux dont Alternatives, un mensuel tiré à 15 000 exemplaires par mois.

Cheikh Bamba Dièye est membre fondateur du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (FSD/BJ). Il a été élu conseiller régional en 1996 suite aux élections locales auxquelles le FSD/BJ prenait part pour la première fois. De 1996 à 2002, date du décès accidentel de son père, ancien secrétaire général, il a occupé le poste de porte-parole de cette formation politique. Ce n’est qu’après cet évènement tragique qu’il a été investi par le congrès du parti à l’Ecole Nationale de Développement Sanitaire et Social (ENDSS) le .

Il a été élu député aux législatives de 2007, puis maire de Saint-Louis aux locales de 2009 sur la liste de Benno Siggil Sénégal, alliance politique devenu cadre de concertation dont il est membre-fondateur.

Militantisme politique[modifier | modifier le code]

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 1990, dans un climat de malaise national et de contestation généralisée a été créé à Saint Louis du Sénégal le « Front Sewe sa Dekk » par feu Cheikh Abiboulaye Dièye. Cheikh Bamba n’avait alors que 25 ans et été membre de ce mouvement qui avait pour seul but la défense de l’intérêt supérieur des Saint-Louisiens.

Les dispositions du code électoral empêchant les candidatures indépendantes dans les élections locales, les membres fondateurs du « Front SEWE sa Dekk » dont Cheikh Bamba Dieye ont alors décidé de transformer le mouvement en parti politique en l’occurrence le Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubbel en 1996.

Cheikh Bamba Dieye a secondé son défunt père dans toutes les démarches administratives pour la création du parti et fut par la suite porte-parole dudit parti.

Secrétaire général du FSD/BJ[modifier | modifier le code]

En 2002 après la mort du secrétaire général fondateur du parti, le FSD/BJ avait failli en périr. Cheikh Bamba Diéye convoque les assises du parti à l’ENDSS[Quoi ?] pour faire renaître le parti dont il est membre fondateur et porte-parole. À l’issue du vote, Cheikh Bamba Dieye fut élu secrétaire général en devançant son adversaire avec une large majorité.

Maire de la ville de Saint-Louis[modifier | modifier le code]

Cheikh Bamba Diéye fut conseiller régional à Saint-Louis de 1995 à 2001, avant d’être élu à la tête du FSD/BJ 2002. En 2007 il a été élu député à l’Assemblée nationale du Sénégal poste qu'il a quitté après sa nomination comme ministre le 04 Avril 2012. Il est maire de la ville de Saint-Louis depuis 2009.

Transparence dans la gestion[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Louis a été le précurseur de la gestion partagée au Sénégal. Toutes les décisions phares, les dépenses, les offres d'emploi, le budget de la municipalité sont à la disposition de tous les Sénégalais. Ces renseignements sont disponibles et mis à jour périodiquement sur le site internet de la ville.

Election présidentielle 2012[modifier | modifier le code]

Candidat malheureux à l'élection présidentielle du 26 février 2012, il fut un des soutiens du candidat élu M. Macky Sall dans le cadre du Benno Bok Yakkar. Cette élection a été marquée par la contestation de la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. C'est d'ailleurs dans ce climat de contestation que le FSDBJ n'a pas fait campagne et a mobilisé tout son energie pour contester contre la candidature inconstitutionnelle de Wade. Il obtient 1.93% des suffrages exprimés.

À l’issue de ces élections, il intègre le gouvernement de M. Abdoul Mbaye en tant que Ministre de l'aménagement du territoire et des collectivités locale il fut ministre de la communication suite au remaniement d'octobre 2012

Distinction[modifier | modifier le code]

Cheikh Bamba Dièye fut l’un des invités du gouvernement américain dans son programme Foreigner visitors.

Invité d’honneur de l’ISDR (International Strategy for Disaster Reduction[2] à Genève) grâce aux combats qu’il mène pour lutter contre le réchauffement climatique, l’avancée du désert.

Il est périodiquement en mission pour le compte de l’Union africaine (UA) pour la supervision des élections dans plusieurs pays africains.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « L’intégralité de l’arrêt du Conseil constitutionnel du 27 janvier 2012 » : Publication de la liste des candidats à l’élection du président de la République du 26 février 2012, Rewmi [1]
  2. Cette stratégie réunit de nombreuses organisations, universités et institutions qui œuvrent dans un objectif commun : réduire le nombre de blessés et de morts lors des catastrophes déclenchées par des dangers naturels)