Chef d'orchestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Chef d'orchestre
Image illustrative de l'article Chef d'orchestre
Le violoniste et chef d'orchestre français Charles Lamoureux.

Code ROME (France) L1202
Le chef d'orchestre américain Lorin Maazel

Un chef d'orchestre est un musicien chargé de coordonner le jeu des instrumentistes des orchestres symphoniques, de jazz, d'harmonie ou de fanfare. Sa tâche consiste, sur le volet technique, à rendre cohérent le jeu de l'ensemble des musiciens par sa gestuelle, notamment en leur imposant une pulsation commune. Il règle par ailleurs l'équilibre des diverses masses sonores de l'orchestre. Sur le volet artistique, c'est à lui que revient la tâche d'orienter l'interprétation des œuvres, un processus qui s'étend à partir du choix du répertoire, de la première répétition jusqu'à la représentation finale.

Arturo Toscanini disait en substance : « Le chef d'orchestre est un prisme, une sorte de diamant, par lequel passent les faisceaux de toutes les individualités de l'orchestre[réf. nécessaire] ». De même, si le metteur en scène est au texte théâtral un intermédiaire au service du dramaturge, le chef d'orchestre est à l'œuvre orchestrale un intermédiaire au service du compositeur.

Fonction et travail du chef d'orchestre[modifier | modifier le code]

Le chef d'orchestre peut être permanent ou invité. Dans le premier cas, un contrat le lie à l'orchestre avec qui il doit effectuer un certain nombre de concerts ou d'enregistrements dans l'année. Il participe également à l'administration de la phalange, aux recrutements des nouveaux membres et établit son programme. Le chef invité ne l'est que pour une courte période correspondant aux répétitions et à l'exécution d'un ou de quelques concerts.

Le travail proprement dit du chef d'orchestre se divise en trois phases : la préparation, la répétition, et le concert.

Phase de préparation[modifier | modifier le code]

Durant cette phase, le chef d'orchestre acquiert une grande connaissance et une grande compréhension de l'œuvre à diriger. On pourrait dire que c'est la partie « structurante » de son travail.

Le chef analyse consciencieusement la structure de la pièce musicale, sa construction harmonique et son essence musicale. Il en retire une sorte d'« axe de lecture », qu'on appelle l'« interprétation ». C'est généralement une vision personnelle, une manière de comprendre le travail d'un autre. Une bonne interprétation traduit au plus près les intentions du compositeur, en exploitant au maximum les libertés laissées aux interprètes, justement[1].

À partir de cette compréhension, le chef d'orchestre cherche ensuite à apprendre et à intégrer les gestes qui communiqueront au mieux aux musiciens de l'orchestre la pensée du compositeur.

Phase de répétition[modifier | modifier le code]

Après cette phase de préparation, le chef est prêt à faire travailler l'œuvre par les musiciens. Il est généralement l'organisateur du plan de répétition : timing, section de partition à travailler plus particulièrement, recherche de l'équilibre du son... Il peut aussi, par exemple, convoquer l'ensemble de l'orchestre, ou des pupitres séparés, comme vents d'un côté et cordes de l'autre. Si l'œuvre à interpréter comporte un soliste, il fait généralement travailler l'orchestre seul avant l'arrivée du soliste afin de rechercher un son d'ensemble et une cohérence musicale. Au bout du compte, il doit obtenir le son voulu, l'interprétation exacte qu'il désirait atteindre.

Cette phase, comme la phase suivante, requiert autant de qualités musicales que de qualités de communication avec les musiciens qui composent l'orchestre : communication gestuelle et diplomatie, bonne relation humaine afin de réduire tout stress, sensibilité musicale.

Phase de concert[modifier | modifier le code]

Chef d'orchestre en concert au nouvel orchestre de chambre de Rouen

En phase de concert, le chef d'orchestre a plusieurs outils pour communiquer avec ses musiciens, le principal étant ses gestes. Ses bras indiquent principalement :

Le chef d'orchestre ne néglige pas pour autant son expression faciale, qui pourra indiquer des subtilités supplémentaires : caractère du mouvement, nuance ou ambiance générale de l'œuvre.

Ainsi, on distingue dans l'action de diriger un orchestre deux catégories distinctes de gestes:

  1. un ensemble de signaux de commandement, établi selon un code conventionnel au cours des répétitions, et que l'instrumentiste déchiffre et traduit; on trouve dans cette catégorie les signes de départs, de mesure, de nuance, de nuances de jeu (amplitude du vibrato, timbre du son, etc.)
  2. un ensemble de gestes expressifs non conventionnels, qui ne traduisent aucun ordre explicite mais compréhensibles par les instrumentistes.

Ce sont souvent les gestes de la deuxième catégorie qui donnent son caractère à la direction d'un chef d'orchestre :

« Furtwängler remplace à peu près tous les signaux impératifs et volontaires [...] par des gestes expressifs [...]. Avant de battre la mesure, il s'avise qu'il ne plaît peut-être point à la mesure d'être battue. Il renonce donc très souvent à "faire savoir" les départs aux musiciens par le geste de convention. Mais il ne le leur suggère qu'avec plus de précision. Et les musiciens partent avec une simultanéité absolue et, partant sous une impulsion directe et non pas "par ordre" [...] »

— Fred Goldbeck, La Revue musicale, no 147, juin 1934

En concert, le chef est donc capable de « corriger » l'interprétation brute émise par les musiciens, en direct et discrètement... puisqu'il tourne généralement le dos au public. Le chef pourra également rattraper un décalage — rythmique, ou concernant la justesse — au moment même où celui-ci intervient.

Les chefs d'orchestre sont généralement formés en conservatoire : la formation comprend des cours d'harmonie, de solfège, d'orchestration, de pratique devant l'orchestre et de pédagogie.

Le bâton de direction, utilisé pendant l'époque baroque, a laissé la place à la baguette, dont l'usage n'est plus du tout systématique. Le bâton de direction servait surtout à taper la pulsation commune à l'ensemble des musiciens (Jean-Baptiste Lully en est mort après s'en être donné un violent coup sur le pied). Cet usage s'est perdu à l'époque classique et les musiciens ont été dirigés soit par le claveciniste (quand il y avait un continuo), soit par le premier violon. Ce dernier donnait des indications avec son archet : respirations, coups d'archet, phrasé, attaques, etc... La partie la plus visible de l'archet était la mèche de par la couleur blanche des crins. Quand les fonctions de premier violon et de chef se sont séparées, cette ligne blanche de direction s'est matérialisée par une baguette dont la couleur est aujourd'hui celle du matériau la composant : fibre, carbone, bois ou autre.

Le chef d'orchestre dirige généralement depuis un praticable placé au bord de la scène et équipé d'un garde-corps de sécurité. Malgré cette précaution des accidents peuvent se produire. Ainsi, Kurt Masur qui dirigeait l'Orchestre national de France au théâtre des Champs-Élysées, a perdu l'équilibre en se penchant vers les premiers violons ce qui a entraîné sa chute en arrière depuis la scène devant le premier rang de spectateurs[2].

De la fonction au métier[modifier | modifier le code]

Au cours des siècles la fonction de chef d’orchestre a été tenue par différentes personnes. Au commencement de la musique dite classique les formations étaient assez petites pour qu’un des musiciens de l’orchestre dirige ou que le groupe n’ait pas besoin de chef. Ainsi le premier violon ou le claveciniste pouvaient jouer ce rôle. L’orchestre prenant de l’ampleur il a fallu aménager un poste propre à ce chef d’orchestre. Beaucoup de compositeurs dirigeaient ainsi certaines de leurs œuvres avec plus ou moins de succès (Mozart, Beethoven…).

Le musicien considéré par la plupart des musicologues comme le premier chef d’orchestre de métier fut Hans von Bülow, pianiste de formation et compositeur, mais surtout connu pour avoir suivi Wagner en créant notamment Tristan et Isolde et en instituant le poste de chef d’orchestre. À partir de von Bülow le métier de chef d’orchestre émerge et l’ampleur prise par les œuvres de la fin du XIXe siècle (les symphonies de Bruckner ou de Mahler par exemple) le rend indispensable. Il ne faut pas oublier le rôle essentiel d'Hector Berlioz dans l'histoire de la direction d'orchestre. Ce dernier, après avoir révolutionné l'orchestre moderne dans son Grand Traité d'Instrumentation et d'Orchestration a été le premier -avant Hans von Bülow- à bien saisir l'importance de l'équilibre scénique grâce à sa vision spatiale de la musique. Il a d'ailleurs rédigé un ouvrage dans lequel il explique comment il faut diriger convenablement, Le Chef d'orchestre, Théorie de son Art [3].

Parmi les chefs d’orchestre les plus connus certains se sont quasi exclusivement consacrés à la direction lorsque d’autres ont mené de front plusieurs carrières. Dans la première catégorie nous pourrons citer Hans Richter, Arturo Toscanini ou Herbert von Karajan ; dans la seconde Gustav Mahler, Leonard Bernstein ou Daniel Barenboim, compositeurs pour les deux premiers, pianiste pour le dernier.

Femmes chefs d'orchestre[modifier | modifier le code]

Historiquement, les femmes chefs d’orchestre « se révèlent encore plus rares que les compositrices : nous n’avons relevé qu’une dizaine entre 1789 et 1914[4],[5] », observe Florence Launay qui cite parmi celles-ci entre 1789 et 1914 des noms oubliés : Laure Micheli, vers 1860 ; Mme Maquet, vers 1900 ; Charlotte Bérillon, vers 1912 ; Mme Boucherit-Le Faure, à la tête d’un orchestre parisien en 1913, avant d’ajouter : « il semble néanmoins se dessiner un mouvement ascendant depuis une dizaine d’années. »


Longtemps réservé aux hommes par le passé, le rôle de chef s'est féminisé au cours du XXe siècle et a vu apparaitre plusieurs générations de femmes tenant la baguette depuis Nadia Boulanger ou Jane Evrard jusqu'à, de nos jours, Marin Alsop, Claire Gibault, Susanna Mälkki, Nathalie Stutzmann, Zahia Ziouani

La présence de femmes à la direction d'orchestre demeure rare : une étude de la SACD portant sur les instutions publiques françaises montre que, durant la saison 2013-2014, seuls 17 concerts seront dirigés par des femmes contre 557 par des hommes[6].

Le 26 mars 2013, le collectif La Barbe « s’invite » à la salle Pleyel afin d'attirer l'attention sur le faible nombre de femmes chefs d'orchestre[7]. Parmi les formations invitées pour la saison 2013-2014 [8] [9] à la salle Pleyel, sur 102 noms de chefs d’orchestre, 99 sont masculins[10]. Les trois femmes chefs invitées cette saison-là sont : Laurence Equilbey, Claire Gibault, Nathalie Stutzmann.

Les obstacles symboliques seraient considérables : Florence Launay tente un rapprochement entre l'absence de femmes au pupitre et leur absence dans la prêtrise, dans la plupart des religions[11]

Le fait même qu'une femme puisse mener une carrière de chef d'orchestre est encore l'objet de discussion et de polémiques. En septembre 2013, selon le magazine Causette, Vasily Petrenko affirmait qu'en Russie, « une jolie fille sur l'estrade pouvait déconcentrer les musiciens »[12]. De son côté, dans une interview à France Musique en octobre 2013, le directeur du Conservatoire de Paris, Bruno Mantovani, expliquait que les femmes ne sont « pas forcément intéressées » par le métier de chef d'orchestre, qui « est compliqué ». D'autant qu'une telle carrière pour une femme nécessiterait selon lui d'« assurer le service après-vente de la maternité, élever un enfant à distance, ce n'est pas simple » [13].

Un orchestre sans chef ?[modifier | modifier le code]

Un orchestre peut-il se passer de chef ? Cette situation est courante dans les petits ensembles (orchestre de chambre, combo de jazz…), mais plus difficile à concevoir pour de plus grandes formations.

Il existe cependant des exemples d'orchestres symphoniques sans chef. Durant plusieurs années, une telle formation a existé en URSS de 1922 à 1932, le Persimfans (l'abréviation du russe « Perviy Simfonicheskiy Ansambl bez Dirizhora » - Premier ensemble symphonique sans chef). Sa disposition était particulière : les musiciens se réunissaient de sorte à former un cercle de musiciens, certains devant tourner le dos au public. Les plus grands musiciens de l'époque ont collaboré avec eux, et cet ensemble réclamait énormément de répétitions[réf. nécessaire].

En France, l'ensemble Dissonances joue également sans chef d'orchestre[14]. Présentant un enregistrement de la Cinquième de Beethoven, son créateur, le violoniste David Grimal, explique dans une interview donnée à Slate.fr que jouer cette œuvre sans chef est « emblématique de l’esprit révolutionnaire du compositeur ». Il ajoute que « l’organisation du travail et de l’échange musical symbolise un modèle social différent, où chacun des musiciens a son rôle dans l’élaboration du résultat final. […] Dans notre société qui privilégie les chefs de tous ordres à travers une organisation pyramidale des rapports sociaux et économiques, on peut parler d’une proposition alternative[15]. »

Plus couramment, le rôle de chef d'orchestre peut être cumulé avec celui de soliste (pour un concerto typiquement) ou d'un autre musicien – par exemple dans les ensembles de musique baroque, parfois dirigés par le premier instrumentiste d'un pupitre, ou dans les big bands de jazz, souvent dirigés par leur fondateur quel que soit son instrument (piano, trompette, batterie…).

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est le public qui doit transpirer, pas le chef... » (Richard Strauss)
  • « Un chef (d'orchestre) doit avoir la partition dans la tête et non pas la tête dans la partition » (Igor Markevitch)
  • « Ce que tous les grands chefs possèdent en commun, c’est une oreille parfaite, un charisme, une volonté d’aller son chemin quoi qu’il arrive, de hautes capacités d’organisation mentale, une grande solidité physique et psychologique, enfin une ambition impitoyable. À quoi il convient d’ajouter un sens inné de l’ordre qui leur permet de retrouver parmi des milliers de signes qui composent une partition d’orchestre, la capacité d’intégrer cette partition, d’en transmettre une conception cohérente à l’orchestre pour parvenir au but qui est l’interprétation » (Norman Lebrecht)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Chef d'orchestre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Tabachnik, Rôle du chef d'orchestre: interprétation, émotion, ascendant, Micheltabachnik.com, 22 juin 2010
  2. « Kurt Masur chute en plein concert », « Kurt Masur se remet de sa chute » Le Figaro, 26 et 27 avril 2012.
  3. Berlioz H, (Le Chef d'orchestre, Théorie de son Art
  4. « Les musiciennes : de la pionnière adulée à la concurrente redoutée », Travail, genre et sociétés 1/2008 (Nº 19), p. 41-63.
  5. Pour une dizaine de femmes chefs sur la même période, Florence Launay a dénombré environ un millier de compositrices en France au XIXe siècle (Florence Launay, Les Compositrices en france au XIXe siècle, Fayard, 2006
  6. « Théâtre, musique : où sont les femmes ? », étude publiée en septembre 2013 par la SACD en partenariat avec le Laboratoire de l'Égalité et le Mouvement HF.
  7. « Après l’Opéra, les féministes du groupe La Barbe continuent à perturber avec leur humour grinçant les présentations 2013-2014 outrageusement masculines », La Lettre du spectacle, 5 avril 2013 ; événement relayé aussi par France Musique (Dépêches notes), Forumopera et Resmusica, 26/03/13.
  8. Les activistes de La Barbe ont analysé l’index du programme de la salle Pleyel de la saison 2013/2014. L’action et sa préparation ont été racontées en détail : « La Barbe à Pleyel », chap. 18, pp. 301-328, in Dominique Sels, Un sanglier dans le salon, 2013, éd. de la Chambre au Loup.
  9. « Comme à l'Opéra de Paris dimanche 17 mars, le groupe d’action féministe La Barbe s'est invité samedi dernier à la présentation de la nouvelle saison de la Salle Pleyel. Autre institution musicale parisienne, mêmes griefs : “ « 96 % de la musique que nous entendons a été écrite par des hommes ; 89 % des compositeurs vivants déclarés sont des hommes ; 76 % des musiciens interprètes sont des hommes ; parmi les professions culturelles, les compositeurs et les musiciens interprètes remportent la palme de la masculinité. ” Et à propos de Pleyel plus particulièrement, “quand on analyse les postes de direction musicale de l’ensemble des formations accueillies la saison prochaine, sur 102 noms prestigieux, 99 sont masculins. ” » , Forumopera.com, 25/03/13 : « La Barbe frappe encore à Paris  »
  10. La Lettre du spectacle, 5 avril 2013, « La Barbe s’invite à Pleyel » ; et index du programme de la Salle Pleyel 2013-2014.
  11. « Compositrices et cheffes d’orchestres : des obstacles symboliques considérables » intertitre d’un article de Florence Launay, « Les musiciennes : de la pionnière adulée à la concurrente redoutée », Travail, genre et sociétés 1/2008 (Nº 19), p. 41-63.
  12. « Bien dure, votre baguette ? », article publié en page 13 du n° 40 de Causette, novembre 2013.
  13. « Femme et chef d'orchestre ? Le compositeur Bruno Mantovani n'y croit pas », article publié par Le Monde le 10 octobre 2013.
  14. Présentation de l'ensemble sur son site web.
  15. [« Un chef d'orchestre ? Pour faire quoi ? » http://www.slate.fr/story/61467/chef-orchestre-utile], article publié par Slate le 8 septembre 2012.