Chazot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chazot (homonymie).
Chazot
Église de Chazot.
Église de Chazot.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Clerval
Intercommunalité Communauté de communes du vallon de Sancey
Maire
Mandat
Bernard Gauthier
2014-2020
Code postal 25430
Code commune 25145
Démographie
Gentilé Les Chazots
Population
municipale
126 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 37″ N 6° 32′ 38″ E / 47.3269444444, 6.54388888889 ()47° 19′ 37″ Nord 6° 32′ 38″ Est / 47.3269444444, 6.54388888889 ()  
Altitude Min. 428 m – Max. 641 m
Superficie 5,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chazot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chazot

Chazot est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Les habitants de Chazot sont appelés Les Chazots.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chasat en 1495, Chaisot en 1549[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Crosey-le-Grand Orve Rose des vents
N
O    Chazot    E
S
Vellevans Randevillers Sancey-le-Grand

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Bernard Chopard[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 126 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
233 247 247 240 245 270 240 261 254
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
262 263 294 272 298 289 273 239 213
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
199 206 187 190 191 196 195 195 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
186 160 135 146 141 124 129 130 126
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-François Boncerf est né le 19 septembre 1745 à Chazot, fils de Didier Boncerf et de Catherine Simonin[5]. Il est reçu avocat au Parlement de Besançon, en 1770. Probablement recommandé par l’intendant de la province de Franche-Comté, il entre en 1774, en même temps que Dupont de Nemours, au contrôle général des finances de Turgot, comme premier commis. Tous trois sont des physiocrates convaincus.

Début 1776, à Londres, Pierre-François Boncerf publie, sous le pseudonyme de Francaleu, "Les inconvénients des droits féodaux", où il propose un rachat des droits féodaux avec indemnité aux propriétaires (thèse qu’il développera en 1789). L’ouvrage fut condamné à être brûlé. Après la chute de Turgot, il se retire en Basse-Normandie et adresse en 1786 un mémoire sur le dessèchement des marais de la vallée d’Auge grâce auquel il devient membre de la Société d’Agriculture de Paris et à ce titre devint secrétaire du duc d’Orléans jusqu’à la Révolution. Ses idées adoptées par la Révolution lui procurèrent une réputation de patriotisme qui le fit nommer officier municipal de Paris. Personnage rigide, jalousé, on mit en avant pour le perdre, son ancienne liaison avec le duc d’Orléans. Il échappe d’une voix à la guillotine. Il décède début 1794 à Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE,‎ 1983
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. "Boncerf, portrait historique", Charles Thuriet. in Annales Franc-Comtoises, Besançon, 1902, p. 219-238.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :