Chauvry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chauvry
La mairie de Chauvry
La mairie de Chauvry
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Taverny
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Oise et des Trois Forêts
Maire
Mandat
Jacques Delaune
2014-2020
Code postal 95560
Code commune 95151
Démographie
Gentilé Chauvriots
Population
municipale
304 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 00″ N 2° 16′ 00″ E / 49.05, 2.266749° 03′ 00″ Nord 2° 16′ 00″ Est / 49.05, 2.2667  
Altitude 154 m (min. : 80 m) (max. : 195 m)
Superficie 5,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chauvry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chauvry

Chauvry est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Chauvriots. Le village a su conserver un caractère rural, illustré par la présence d'une ferme productrice de fromages de chèvre primés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Chauvry est situé dans le Val-d'Oise, à une distance orthodromique de 22,2 km[1] au nord-ouest de Paris, à la lisière nord de la forêt de Montmorency, dominant la vallée de Chauvry ainsi que la forêt de L'Isle-Adam. La commune est limitrophe de Saint-Prix, Saint-Leu-la-Forêt, Béthemont-la-Forêt, Villiers-Adam, Montsoult, Baillet-en-France et Bouffémont.

Communes limitrophes de Chauvry[2]
Villiers-Adam Montsoult
Béthemont-la-Forêt Chauvry[2] Baillet-en-France
Saint-Leu-la-Forêt Saint-Prix Bouffémont

Les limites communes avec Saint-Leu, Saint-Prix et Bouffémont se situent en pleine forêt de Montmorency. La limite sud du territoire communal est matérialisée par la route des Fonds, la plus au nord des trois principales routes forestières est-ouest du massif. La limite nord se situe au nord de la Francilienne qui traverse le territoire communal d'est en ouest, à environ 800 m au nord du village, sans le desservir directement. La limite nord est elle aussi matérialisée par une route forestière, la route Tournante du Saut-de-Loup de Chauvry.

Abstraction faite du village, le territoire communal est partagé entre forêt et surfaces agricoles. Les surfaces boisées n'appartiennent pas entièrement à la forêt de Montmorency, au sud : en effet, trois parcelles de la forêt de L'Isle-Adam sont situées en partie sur les terres de Chauvry (59, 60 et 64). Le point culminant de la commune se trouve en forêt de Montmorency, à 195 m au-dessus du niveau de la mer, près du carrefour de la Pointe. Ce dernier est établi sur un plateau, dont les versants descendent tant vers la route des Fonds au sud que vers la vallée de Chauvry au nord. Le village est bâti à une altitude variant autour de 150 m. Le point le plus bas se situe à l'endroit ou le ruisseau de Stors quitte la commune en direction de l'abbaye du Val. Deux ruisseaux prenant leur source sur le flanc nord de la forêt de Montmorency alimentent le ruisseau de Stors. Un quatrième ruisseau est présent à Chauvry avec le ruisseau de la Cailleuse, près de la route des Fonds.

Chauvry est desservie par des routes départementales quittant la commune dans cinq directions. Un carrefour de quatre routes se situe au nord du village, entre ce dernier et la Francilienne : la RD 9 se dirige vers la nord et la forêt de L'Isle-Adam ; la RD 3 va vers l'est et rejoint la Francilienne à Baillet-en-France ; la RD 44 va au sud et traverse le village puis continue vers Bouffémont ; enfin, la RD 44 va également à l'ouest où elle rejoint la Francilienne à Frépillon. Au sud du village, la RD 192p se greffe sur la RD 44 ; elle traverse la forêt de Montmorency du sud au nord et vient de Saint-Leu, avec possibilité de rejoindre l'A 115 vers Paris. Sur le plan des transports en commun, Chauvry est desservi du lundi au vendredi par la ligne 95-09 du réseau Bus Val-d'Oise du Conseil général, à raison de deux services pour la gare de Montsoult - Maffliers le matin, et trois au retour le soir. Cette offre est complétée par un service de transport à la demande[3], ainsi que par une ligne à vocation scolaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom proviendrait de Calvirius avec le suffixe -acum = « le domaine de ». Certains évoquent une origine dans le mot chèvre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village semble avoir été un lieu préhistorique de production d'outils en grès.

L'existence du village est attestée au XIIe siècle sous le nom de Chalveri. Le village vit depuis le Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle essentiellement de l'exploitation du bois des deux forêts avoisinantes. Thomas Clouet, chanoine de Montmorency né à Bessancourt, y fait construire une église en 1547. Le château et son parc, détruits durant la Révolution, étaient propriétés de seigneurs vassaux du duc de Montmorency. Il n'en reste aujourd'hui que les communs, sous le nom La Conciergerie.

Hormis quelques demeures au XIXe siècle, et un petit lotissement dans les années 1970, peu de changements sont intervenus dans la vie de la commune. La construction de la « Francilienne » (voie rapide) dans les années 1990 a rencontré une forte opposition de la part des habitants, qui ont contribué, malgré sa construction, à une meilleure intégration de l'ouvrage au site de la vallée de Chauvry.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Chauvry fait partie de la juridiction d’instance de Montmorency, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[4],[5].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Gérard Ribiollet - -
2008[6] mars 2014 Jean Delignières - -
mars 2014 en cours Jacques Delaune - -

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 304 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308 290 305 318 352 290 309 335 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305 307 295 309 282 269 257 273 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 279 274 268 290 272 259 198 217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
238 240 250 263 287 279 288 289 304
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas
Assortiment de fromage de chèvre de Chauvry.

Aucun monument historique classé ou inscrit ne se trouve sur le territoire communal.

  • Mairie-école, Grande rue : Elle date des années 1880 et est décorée seulement d'un fronton simple[9].
  • Église Saint-Nicolas, Grande rue, à l'angle avec la RD 44 : Datant des XVIIe et XIXe siècles, elle présente la particularité d'être pratiquement encastrée dans un vaste corps de ferme au centre du village. Sa nef unique de cinq travées se termine par un chevet en hémicyle. Une petite chapelle se situe devant la quatrième travée, au nord. La façade occidentale donne immédiatement sur un bâtiment agricole. Elle est dominée par un clocher trapu de faible hauteur, dépassant à peine en hauteur le faîtage du toit de la nef[10],[9].
  • Grande ferme, Grande rue : Elle date du XVIIe siècle et s'organise autour d'une vaste cour pavée ceinte entièrement de bâtiments et fermée de murs aveugles. L'église se situe à l'extrémité nord-est de la cour. L'habitation est de style bourgeois[9].
  • Les vestiges du château, rue de Baillet (RD 44) : De ce château ne subsistent que l'imposante grille du XVIIIe siècle et, dans le parc, un lion de pierre du XIXe siècle. Une demi-lune bornée, face à la grille, permettait le mouvement des équipages attelés. L'aménagement du parc et l'implantation de la végétation offrent une vue paysagère sur la campagne environnante à l'endroit où se dressait l'édifice[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Aubert, La Grande Histoire du Val d'Oise - Toutes les communes de Ableiges à Wy-dit-Joli-Village, Edijac, (ISBN 2-904-675-17-5)
  • Claude Adam, Jean-Claude Cavard, Amélie Marty et Laure Schauinger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Chauvry », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 846-847 (ISBN 2-84234-056-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Chauvry et Paris », sur Localisation Interactive, Orthodromie et Navigation (lion1906) (consulté le 4 octobre 2012).
  2. Communes limitrophes de Chauvry sur Géoportail.
  3. [PDF] « Horaire de la ligne 95-09 », sur Keolis Val-d'Oise (consulté le 4 octobre 2012).
  4. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  5. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  6. Préfecture du Val-d'Oise - Liste des maires du département du Val-d'Oise, avril 2008
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. a, b, c et d Claude Adam, Jean-Claude Cavard, Amélie Marty et Laure Schauinger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Chauvry », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 846-847 (ISBN 2-84234-056-6).
  10. Mathieu Lours, « Chauvry - Saint-Nicolas », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ 2008, p. 74-75 (ISBN 9782953155402).