Chaussure à semelles compensées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Compensé.
Chaussures à talons à semelles compensées.

Les chaussures à semelles compensées sont des chaussures, bottes ou sandales ayant une semelle épaisse souvent fabriquée à base de gomme, plastique ou de bois. Les semelles compensées sont également appelées talons compensés, lorsque le talon de la chaussure forme un unique bloc avec la semelle[1]. Lorsque le talon est haut et fin, séparé de la semelle, l’appellation de « plateaux » ou « plateformes » (de l'anglais "Platform shoe") est souvent utilisée. La semelle compensée permet d'augmenter la hauteur de talon sans augmenter la cambrure du pied[2]. Ce type de chaussure, lorsque la plateforme est de plusieurs centimètres, fait partie de l'univers du fétichisme, car régulièrement utilisé par les stripteaseuses.
Les semelles compensées étaient portées dans de nombreuses cultures avant de devenir une mode.

Historique[modifier | modifier le code]

Chopines

Leur première utilisation remonte à la Grèce Antique, au XVIe siècle, avant de revenir au XVIIIe siècle, époque à laquelle les semelles compensées étaient utilisées pour éviter la boue sur les trottoirs urbains (de la même origine, au Japon, que les geta).

À Venise, à la Renaissance, les femmes élégantes portaient des souliers rehaussés par des patins en bois : les chopines. Celles-ci pouvaient mesurer jusqu'à 60 centimètres de haut.

Les premiers modèles de semelles compensées sont apparus au milieu des années 1930. Ils sont signés par les chausseurs Roger Vivier, et Salvatore Ferragamo. Les chaussures à semelles compensées ont été popularisées à cette époque par l'actrice Carmen Miranda. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les réserves de cuir étaient très faibles en Europe puisque celui-ci était réservé à la confection des bottes militaires. En France, de nombreuses chaussures de femmes furent par conséquent pourvues de semelles compensées en bois. En Italie, Salvatore Ferragamo fit appel à différents matériaux pour créer ses semelles compensées : les résines synthétiques, le liège[3], le rhodoïd, la Bakélite, ...

En 1971, Yves Saint Laurent intégra les chaussures à semelles compensées dans l'une de ses collections, inspirée de la mode des années 1940[4]. Les semelles compensées furent largement popularisées dans les années 1970[5]. Elles étaient portées par de nombreuses stars de la pop : notamment Elton John et le groupe suédois ABBA. Ces semelles épaisses permettaient alors d'empêcher les pantalons à pattes d'éléphants et les robes longues de trainer par terre.

Paire de bottes à semelles compensées New Rock, caractéristiques de la mode gothique.

Les chaussures à semelles compensées sont revenues à la mode dans les années 1990, avec la collection « Mini-Crini » de Vivienne Westwood. Elles sont également et actuellement sous forme d'accessoires phares de la mode gothique, mais également icône des pages modes depuis plusieurs années avec les salomés de marque Yves Saint Laurent[3],[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. on peut trouver la dénomination anglaise de wedge ((fr)part de gâteau) ou (en) wedgies car l'ensemble semelle + talon ressemble à la forme d'une part de gâteau.
  2. parmi les fabricants de chaussures, nombreux sont ceux à utiliser de petites plateformes (10 à 25 mm) au niveau de la semelle afin de présenter des talons plus hauts, tout en maintenant un confort de marche.
  3. a et b « Hype, hype hourra ! Les compensées » Next Libération, 16 septembre 2011
  4. a et b Origine de la chaussure « Tribute » à semelle compensée - Yves Saint Laurent puretrend.com 02 juillet 2009
  5. par exemple portées par Jodie Foster dans le film Taxi Driver en 1976

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La mode au XXe siècle, Valerie Mendes et Amy de la Haye, éditions Thames & Hudson, avril 2000, (ISBN 2-87811-174-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]